Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 janvier 2012 5 27 /01 /janvier /2012 08:18

qatar-image.jpg

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Arts _Culture (Chansons de la Révolution - contest
commenter cet article
23 janvier 2012 1 23 /01 /janvier /2012 08:35

860970.jpg

SOS pêche en danger 

400 étudiants sénégalais forment un poisson géant sur la plage de Yoff Diamalaye à Dakar, le jeudi 19 janvier. A l'occasion de l'élection présidentielle, les organisations de pêcheurs, soutenues par Greenpeace, veulent attirer l'attention sur les difficultés du secteur de la pêche dans le pays. lexpress

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Arts _Culture (Chansons de la Révolution - contest
commenter cet article
22 janvier 2012 7 22 /01 /janvier /2012 01:48

Wadi Essafi : (arabe) http://ar.wikipedia.org/wiki/%D9%88%D8%

                        (anglais)  http://en.wikipedia.org/wiki/Wadih_El_Safi

J'aime également ... 
 

 

 
Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Arts _Culture (Chansons de la Révolution - contest
commenter cet article
17 janvier 2012 2 17 /01 /janvier /2012 06:34

 

 


 

 

________________________________________________________

Libéré, le rappeur marocain L7a9d dénonce encore "l'impunité des voleurs"

 

 

AFP/CHAFIK ARICH

Accusé d'agression, Mouad Al-Haqed, un rappeur marocain de 24 ans, connu pour ses chansons virulentes contre le pouvoir royal, a été libéré, jeudi 12 janvier, par le tribunal de Casablanca. Dès sa sortie de prison, il dénoncait de plus belle "les injustices" et "l'impunité des voleurs".

Le rappeur était détenu depuis le 10 septembre et avait comparu mardi, pour la sixième fois, devant le tribunal de Casablanca pour "coups et blessures avec préméditation". Mouad Elghouat, dit" L7a9", ce qui signifie le "rancunier" en arabe, selon une écriture mélangeant chiffres et lettres romaines, est une figure du Mouvement du 20-Février, lequel revendique des changements politiques profonds, l'élimination de la corruption et une monarchie parlementaire à l'image de l'Espagne.


>> Lire : "Mobilisation au Maroc pour L7a9d"

"Il n'y aura aucun retour en arrière. Vive le peuple. Grâce au rap, je suis engagé pour le peuple et pour ses problèmes. Nos revendications sont énormes", a déclaré le chanteur à sa sortie de prison, à Casablanca.

Mouad Al-Haqed avait été condamné à à quatre mois de prison pour l'agression d'un membre de l'alliance des jeunes royalistes, Mohamed Dali. Après le verdict, des centaines de jeunes contestataires du Mouvement du 20-Février se sont rassemblés devant le tribunal, scandant des slogans de soutien au rappeur. 

Largement diffusées sur les réseaux sociaux, les chansons d'Al-Haqed sont critiques à l'égard de la monarchie marocaine et abordent des thèmes liées aux injustices et aux inégalités sociales. L'un de ses morceaux les plus célèbres critique ouvertement le roi Mohammed VI et dénonce sa fortune. Né dans un quartier populaire de Casablanca, Mouad Al-Haqed était magasinier dans une grande surface avant d'être arrêté.

source .lemonde.

 

______________________________________________________________

 __________________

_____________________________________

 

الحاقد في أول حوار بعد خروجه من السجن: أحد المحققين سألني 'علاش كاتجبد الملك في الأغاني ديالك؟'

الحاقد في أول حوار بعد خروجه من السجن: أحد المحققين سألني 'علاش كاتجبد الملك في الأغاني ديالك؟'

غنى للسجناء فهتفوا له 'كلنا حاقدين غير ديونا كاملن' وأحدث أغانيه عن 'حكومة حديدان'

في أول حوار له مع جريدة مغربية، يكشف فنان الراب معاد بلغوات الملقب "بالحاقد" لموقع لكم تفاصيل الأشهر الأربعة التي قضاها وراء القضبان بسجن عكاشة. كما يكشف عن الحقيقة التي كانت وراء اعتقاله ومتابعته، ويتحدث لقراء الموقع عن ألبومه الجديد الذي كتب أغلب قصائده داخل الجناح 6 بسجن عكاشة بالبيضاء.

- مبروك الحرية معاذ؟

الله يبارك فيك خويا، والعقبة للشعب كامل يتحرر.. وسنتحرر

- هل ما زلت "حاقد" على الوضع رغم أيام الزنزانة أم أن هناك شيئا ما تغير؟

ما زلت حاقد كما كنت، لأنه لم يتغير أي شيء من حولنا، وسأبقى "حاقد" ما داموا مستمرين في تجاهلهم لمطالب الشعب المغربي، وسأبقى حاقد ما داموا قرروا أن الوضع سيبقى على ما هو عليه، وسأبقى حاقد كذلك لكي أرفع صوتي عاليا بكلمة الحق ضد الفساد والاستبداد والظلم.

- هل من شيء ما زال عالقا في الذاكرة من أيام الزنزانة؟

هناك صور ومشاهد كثيرة: عندما ولجت سجن عكاشة بالدار البيضاء وأمضيت فيه الأسبوع الأول، اكتشفت أنه لم يكن سجنا في الحقيقة وإنما مغربا آخر صغير.. هناك كثير من المظلومين وراء أسوار سجن عكاشة، هناك أبرياء كثر في سجون المملكة، لكن ما يحضرني الآن من ذكرى قوية في ظلمة الزنزانة هو عندما طلب مني بعض سجناء الحق العام أن أؤدي لهم مقطوعة غنائية، فأديت لهم أغنية، كما طلبوا، وعندما انتهيت حدث أمر لا يصدق: صاروا كلهم يصرخون من داخل سجنهم "كلنا حاقدين غير ديونا كاملين".. إنها صورة لن أنساها ما حييت. ما يمكنني أن أضيفه في هذا الصدد هو صورة من واقع الفساد داخل السجون المغربية: في عكاشة اكتشفت ماذا تعني كلمة "حكرة" بالفعل، في عكاشة من لا يملك المال يموت ويقهر، ومن يملك الأموال يشتري الخدمات، كل الخدمات، وكأنه في أوطيل 5 نجوم.

- لنعكس السؤال إذن، ما الذي كنت تشتاق إليه عندما تعصف بك حقيقة أنك داخل سجن بالفعل؟

كنت أشتاق إلى الميكروفون، اشتقت كثيرا إلى الغناء، الشيء الذي كان ينقذني من هذا الاشتياق ومن هذا العشق هو رفاقي السجناء، الذين كانوا يتعاطفون معي، ويطالبونني في كل مرة بتأدية بعض الأغاني أمامهم، وكانت تعجبهم كثيرا أغنياتي عن السجن، ومن هنا أحييهم جميعا في الجناح رقم 6.

- المصريون يقولون "ياما في السجن مظاليم"، الآن وبعد أن عانقت الحرية هل تحس أنك ظلمت؟

الحقيقة أنه كان دائما يخالجني إحساس بأنني سوف أعتقل في يوم من الأيام، إما بسبب أغاني أو بسبب انخراطي في الحراك الشعبي المغربي، حتى أن أغلب من كانوا يستمعون إلى أغاني كانوا يرددون تعليقا واحدا "دابا يشدوك يا مسخوط"، وبالتالي فالاعتقال في حد ذاته لم يكن يرهبني فأنا أتصارع مع مخزن ومع نظام، وإذا كان اعتقالي هو الضريبة فليكن، ولكي أجيب على سؤالك أقول: بغاو يحكروني ويظلموني وماقدوش

- هل بالفعل تم اعتقالك ومحاكمتك لأنك اعتديت على "بلطجي"؟

أعتقد أن من حاولوا تصوير الأمر على هذا الشكل كانت لهم أهداف أخرى من وراء ذلك، لأنني لم أعتدي على أي أحد، وأنا، وكما يعرفني كل أبناء حيي وأهلي لا أعتدي على أحد، حقيقة اعتقالي مرتبطة بنشاطي داخل حركة 20 فبراير، أكثر من ذلك فاعتقالي كان بسبب الأغاني التي أؤديها والتي يبدو أنها صارت تخيفهم، وقد تبين للرأي العام طيلة أطوار اعتقالي ومحاكمتي كيف تمت فبركة الملف وكيف كان مسار المحاكمة غير ديموقراطي وماذا كانت النتيجة.

- أثناء التحقيق، هل وجهت إليك أسئلة خارج سياق القضية؟

لقد اتضحت لي الصورة منذ اليوم الأول لاعتقالي، عندما أمضيت 3 ساعات مع محققين اثنين، ووجه إلي أحدهما سؤالا مباشرا وواضحا: "علاش كتجبد الملك في الأغاني ديالك؟"، ولإعطاء السؤال طابع النصيحة قال الآخر: "آصاحبي هضر على كل شي ولكن الملك لا"، وفي الحقيقة أثناء التحقيق لم يكن هناك أي عنف، وأعتقد أن هذا راجع إلى ضغط الشارع. وبالتالي أعتقد أن سبب اعتقالي واضح.

- هل كتبت شيئا جديدا داخل زنزانة عكاشة؟

كتبت العديد من القصائد، سيتضمها ألبومي القادم، وواحدة من هاته القصائد، وعنوانها "حكومة حديدان" تقول: شري شري لبلاصة/ سياسة الكراسة/ وغمقو على الشعب بصندوق المقاصة/ عزلو سلعة وماركة/ دخل تلعب الماتش/ خلي البيت يتماركة/ الحركة والتقدم خليها تدخل الكووول/ العدالة في الواجهة/ ودركو ديك الجهة/ الاستقلال كول ولاد الشعب/ كول وزيد كول.

- رافقت أيام اعتقالك حملة تضامن واسعة معك، هل كنت تنتظر كل هذه التعبئة من أجل قضيتك؟

عبر موقع "لكم" أشكر كل من تضامن معي، وأعترف اليوم أن ذلك التضامن هو ما كان يقويني، وكنت أقول لنفسي "راني ماشي بوحدي.. خاصني نكمل". فشكرا لكم جميعا.

---

تعليق الصورة: معاد بلغوات بعد خروجه من السج


source lakome

 

 

______________________________________________

3ASH IL SHA3B AL 7A9ED 7URR (rap et révolution 1/3)


 


Non, pas de problème avec votre navigateur ! En fait, vous venez de lire de l’arabe dans le texte, mais écrit en arabizi, l’interface « inventée » par l’internationale populaire de la jeunesse arabe numérisée (IPJAN). 3ash il sha3b al 7a9ed 7urr! , qui s’écrit en lettres arabes ainsi عاش الشعب الحاقد حر , signifie : Vive le peuple, El Haqed est libre !


Ce slogan, quelques centaines de manifestants l’ont repris à Casablanca il y a quelques jours à l’occasion de la sortie de prison de Moad Belghouat (معاذ بلغوات ), alias El Haqed (الحاقد), aka (also known as) L7AQD (“le rancunier”, disent les dépêches d’agence, qui ne fréquentent pas assez « les quartiers », sinon elles traduiraient, bien plus fidèlement, « celui qu’à la haine »).


Après une longue nuit d’audience – l’affaire était d’importance, visiblement –, le jeune rappeur marocain a donc été libéré après quatre mois de prison. Il y était entré, le 9 septembre dernier, à la suite d’une distribution de tracts qui aurait tourné à la bagarre avec un certain Mohamed Dali, membre des « Jeunesses royalistes » (حركة الشباب الملكي, une organisation toute récente, soupçonnée de réunir des gros bras au service du régime, à l’image des trop célèbres baltagiyyaségyptiens).


Jour de victoire pour la jeunesse marocaine pas totalement convaincue par les ouvertures démocratiques de la monarchie. Auteur de textes particulièrement mordants, El-Haqed est en effet devenu en quelque sorte la voix du mouvement du 20 février, un groupement de jeunes qui ne se reconnaissent guère dans ce qu’ils appellent les « partis administratifs » (voir cet article sur le très intéressantMamfakinch), lesquels ont, eux, accepté de participer, en novembre dernier, aux législatives remportées par les « islamistes » du parti Justice et développement (PJD).


Originaire d’un quartier populaire de Casablanca, ancien magasinier, El-Haqed s’inscrit dans une longue tradition locale du protest song dont la saga remonte au moins jusqu’aux Nass El Ghiwane des années 1960. Musicalement, il est bien entendu davantage l’héritier du L’Boulevard, à la fin des années 1980. « Vive le peuple. Grâce au rap, je suis engagé pour le peuple et pour ses problèmes », s’est écrié El Haqed devant la foule venue célébrer sa sortie de prison. Pour lui, la question ne se pose pas : le rap, par définition ou presque, est du côté de ceux qui combattent pour la justice. D’ailleurs, nombreux sont ceux qui pensent comme lui !


Pourtant, les choses ne sont pas aussi simples car on trouve aussi au Maroc des rappeurs qui ne sont pas loin de chanter les mérites du régime. D’après « Momo » (Mohamed Mghari حمد المغاري ), le fondateur du L’Boulevard (voir cet article en arabe), les choses ont commencé il y a une bonne dizaine d’années quand de jeunes rappeurs ont voulu prouver à leurs détracteurs que leur musique était bien « nationale », et pas seulement une importation US. Mais de fil en aiguille, la fibre nationale s’est faite chauvinisme et même, dans certains cas, « rap de palais » (par allusion à M6, la « maison royale »), un genre qui, naturellement, reçoit tout le soutien nécessaire de la part des appareils du régime.


Fort bien, mais les vrais connaisseurs ne s’y trompent pas, pourrait-on espérer, et cela ne concerne que de « petites pointures » du rap marocain. Hélas non ! Toufik Hazeb (توفيق حازب ), alias El-Khaser (en marocain, celui qui  parle la langue de la rue) aka Don Bigg  est sans conteste une des grandes vedettes de la scène rap locale (par ailleurs, une des plus vivantes du monde arabe). Apparu sur le devant de la scène au début des années 2000 avec la mouvance Nayla, il a dû malgré tout attendre 2006 pour sortir son premier disque, « Marocain à en mourir »(مغاربة تالموت ).


Un énorme succès, qui lui est peut-être monté à la tête au point de lui faire oublier qui il était, d’où il venait (un quartier déshérité de Casablanca, celui des Nas El-Ghiwane, d’ailleurs) et qui était son vrai public. Alors qu’une bonne partie de la jeunesse se mobilisait autour du mouvement du 20 février, Don Bigg a sorti une nouvelle chanson, « Je ne veux pas » (ما بغيتش ). Avec deux phrases assassines sur « les gamins qui jouent avec la bouffe de ramadan et les barbus qui jettent en enfer le peuple » (لبراهش وكالة رمضان لعب، والّلحايا اللي بغاو يكفرو الشعب ).


Passe encore l’allusion aux barbus islamistes du PJD, dont le public n’est pas forcément le sien – encore que, on verra cela dans les prochains billets… Mais la critique implicite des « dé-jeûneurs » du Ramadan (un mouvement qui prône le droit des citoyens à ne pas se conformer, y compris en public, au jeûne de ramadan) n’est pas passée du tout. Don Bigg a eu beau publier sur Youtube une vidéo « explicative », la rupture est consommée entre la jeunesse en révolte, et le révolté qui n’est plus si jeune !


Pas loin de 700 000 visionnages pour cette vidéo d’El 7a9ed !

source cpa.hypotheses

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Arts _Culture (Chansons de la Révolution - contest
commenter cet article
7 janvier 2012 6 07 /01 /janvier /2012 22:27

Nass El Ghiwane (Arabe) wikipedia

Nass El Ghiwane (Français) wikipedia

 

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Arts _Culture (Chansons de la Révolution - contest
commenter cet article
23 décembre 2011 5 23 /12 /décembre /2011 18:15

 

__________________________________________________

Quand les militaires étouffent la révolution égyptienne

Douze jeunes ont été fauchés par les balles assassines de la police militaire (PM) pendant trois jours d’affrontements violents.

 

 



 

L’image est bouleversante, choquante et traumatisante. Les Egyptiens et particulièrement les Egyptiennes l’ont ressenti comme une profonde humiliation. Une énième pour un peuple qui a pourtant cru avoir débarrassé à jamais le pays des pratiques aussi cruelles qu’inhumaines. Mais voilà que les démons opèrent impunément en plein jour. L’image de cette jeune femme dénudée à moitié et traînée par terre, à la place Tahrir, par des soldats acharnés, a causé une profonde blessure chez les Egyptiens, et au-delà. La scène s’est passée, dimanche dernier après-midi, pas loin de la rue Qasr Al Ayni devenue un sinistre lieu qui sent la mort. Douze jeunes ont été fauchés par les balles assassines de la police militaire (PM) pendant trois jours d’affrontements violents. Ce jour-là, la PM a fait un assaut brusque et brutal pour reprendre la place Tahrir en chargeant à tout-va. Les manifestants fuient dans tous les sens évitant d’être «capturés», car ils risquent un fâcheux sort. Beaucoup ont réussi à éviter le piège, mais d’autres sont tombés dans les mailles de la redoutable PM.

 

Parmi eux, cette jeune femme dont la photo fera le tour de la planète pour «dénuder» le vrai visage de ceux qui gouvernent l’Egypte d’une main de fer. Une meute de la police militaire comme des charognards se jette sur elle, la traînant par terre. Des militaires contre une seule et pauvre femme qui lui assènent des coups de pied et de matraque, qui la tirent par ses vêtements la laissant presque nue. Dans leur déchaînement, les militaires retirent la robe de la femme la laissant seulement avec son soutien-gorge. La scène a bouleversé tout le pays, sauf peut-être les auteurs de ce lâche acte et leurs commanditaires. Le porte-parole du Conseil militaire, le général Adel Amarra, lors d’une conférence de presse, a honteusement déclaré qu’«il ne faut pas s’arrêter à l’image, mais il faut la mettre dans son contexte». Existe-t-il un contexte qui pourrait justifier une telle humiliation ? «Rien ne pourrait expliquer un tel acte. Ce n’est pas dans notre culture. En commettant cet acte, l’armée veut terroriser les gens pour qu’ils ne manifestent plus. Les militaires avec leur pensée diabolique savent bien viser, mais qu’ils sachent que rien ne pourra arrêter ce peuple», a déclaré Djamila Ismaïl, figure féministe et candidate malheureuse aux élections législatives. Le même jour, des milliers d’étudiants ont marché sur le ministère de la Défense pour dénoncer le «comportement indigne des militaires qui s’attaquent aux femmes». L’image de cette femme, à moitié dévêtue, restera à jamais témoin de la répression sauvage des militaires.

 

L’image qui choque


Les Egyptiens, connus pour leur pudeur, étaient touchés dans leur dignité. «Plutôt mourir qu’une telle humiliation. Je préfère recevoir une rafale que de voir ma fille, ma femme, ma voisine, ma sœur ou une quelconque femme égyptienne ou autre subir une telle humiliation. Les militaires viennent de commettre l’irréparable. Ils sont indignes de cette tenue qu’ils portent», lâche un ancien volontaire qui a participé aux guerres de 1967 et de 1973 contre Israël. Sitôt que l’image ait fait le tour de la toile et tourné en boucle sur les chaînes de télévision, des comités de soutien et de solidarité avec la jeune femme se sont formés. Un groupe de jeunes militants a lancé sur les réseaux sociaux un comité qui s’appelle «Nous sommes toutes et tous dénudés». De nombreuses femmes sont descendues à la place Tahrir pour dénoncer «une grave atteinte à la femme égyptienne». L’ancien directeur général de l’Agence internationale de l’énergie atomique, Mohamed El Baradei, s’est dit outré et s’indigne : «N’avez-vous pas honte !» Des partis politiques et autres personnalités se sont réunis en urgence pour appeler «l’armée à mettre un terme à cette escalade et exiger d’elle de remettre le pouvoir au futur président de l’Assemblée du peuple jusqu’à l’élection d’un président». Les excuses présentées par le Conseil militaire n’ont pas suffi pour calmer la situation. Près de 30 000 femmes ont manifesté, mercredi, pour réclamer le départ de l’armée du pouvoir.

 

La femme qui a dénudé les chefs militaires


«Militaires, honte à vous, la femme égyptienne ne se dénude pas», «Nous refusons les excuses, porter atteinte à la dignité de la femme égyptienne est inexcusable», ont scandé les manifestantes. Le Conseil militaire, qui dirige le pays depuis la chute de Moubarak, est au pied du mur. Durant 4 jours, la répression à Qasr Al Ayni, où se trouvent le siège du gouvernement et celui de l’Assemblée du peuple (Parlement), a fait 13 morts et plus 500 blessés. Il est devenu le théâtre de rudes combats à armes inégales. Les affrontements ne cessent ni de jour ni de nuit. Impossible d’atténuer la colère des manifestants.

Les militaires utilisent la propagande des médias officiels et mobilisent les baltaguia, ces bandes de miliciens dirigés par les moukhabarate. «Les jeunes de la révolution sont conscients et se battent pacifiquement. Les jeunes qui avaient sauvé le Musée d’Egypte ne vont pas brûler l’Institut d’Egypte, ce sont des baltaguia et des militaires en tenue civile qui ont mis le feu à l’institut», a indiqué un membre du Mouvement du 6 avril. On accuse les barons de l’ancien régime d’utiliser les baltaguia pour jeter le pays dans le chaos.

 

Au bout de près d’une semaine d’un face-à-face intenable, l’armée n’arrive pas à maîtriser la situation. Impossible de «faire régner l’ordre», les militaires ont construit un mur en béton coupant en deux le boulevard Qasr Al Ayni. Seule solution pour parer à une éventuelle déferlante humaine. Durant la nuit de dimanche à lundi, les soldats ont bâti une muraille infranchissable. Mais en réalité, ils sont en train d’ériger un mur de séparation d’un autre genre entre eux et le peuple : celui qui sépare le peuple qui désire ardemment la liberté et une direction militaire qui s’accroche au pouvoir avec la baïonnette.


La rupture semble être consommée entre le Conseil suprême des forces armées (CSFA) et le peuple de la révolution. Il faut dire que les Egyptiens avaient un rapport fusionnel avec l’armée. Mais l’intensité de ce sentiment faiblit de plus en plus et les chefs militaires perdent de leur prestige. Eux qui étaient pourtant accueillis, il y a onze mois, comme des héros protecteurs à la place Tahrir. Acclamée par tout un peuple pour son comportement lors de la première semaine de la révolution qui a déposé Hosni Moubarak, l’armée est aujourd’hui vertement critiquée et accusée d’avoir assassiné des manifestants. «L’ange sauveur» se transforme en démon qui écrase tout le monde sur son passage. En fait, le Conseil militaire en onze mois de pouvoir a multiplié les bavures. Massacres des Coptes en mars devant le ministère de la Communication, arrestation de plusieurs milliers de manifestants, instauration de tribunaux militaires, la répression de Mohamed Mahmoud (Caire) en novembre dernier a fait 42 morts pour arriver à la violence de Qasr Al Ayni.

 

Le mur de séparation  


Les généraux cumulent des fautes qui ne sont pas sans conséquence sur l’avenir politique du pays. Le CFSA ne jouit plus de cette crédibilité qui lui permet de gérer la période de transition, si tel est réellement son objectif. De nombreux Egyptiens commencent sérieusement à s’interroger sur les velléités des chefs militaires. Travaillent-ils à la réussite de la transition démocratique à travers un processus électoral ou bien cherchent-ils à se recycler dans un nouveau système à visage démocratique ? Une bonne partie de la classe politique doute  de la bonne volonté de l’armée de transférer le pouvoir aux mains des civils. Pour Mohamed El Baradei, potentiel candidat à l’élection présidentielle, «le régime n’a pas changé, on a juste mis de nouveaux visages à la place des autres». Tandis que l’intellectuel engagé Alaa Aswany, dont l’influence sur la jeunesse révolutionnaire est considérable, estime que «le Conseil militaire n’a pas l’intention de lâcher les rênes. C’est le régime de Moubarak sans Moubarak. Il a depuis le début joué sur la division de la classe politique pour casser la cohésion de la révolution, puis adouber un candidat à la présidentielle qui obéirait à ses ordres».

 

Historiquement, l’armée égyptienne a de tout le temps été au cœur du pouvoir. «C’est elle qui a fondé l’Etat égyptien contemporain avec le Mouvement des officiers libres. Mohamed Naguib était un militaire», rappelle le chercheur, Tawfik Aclimandos. Durant 60 ans, l’armée, soutenue par les Américains, est devenue un véritable Etat dans un Etat avec un contrôle sur la vie politique et économique du pays. Pas facile pour elle de s’imaginer hors du jeu politique. Mais pour pouvoir garder les rênes, il lui faut des alliés politiques. Elle est allée les chercher dans le camp des islamistes. Les Frères musulmans étaient les premiers à avoir appuyé la démarche de l’institution militaire en soutenant le référendum sur la révision de la Constitution et le calendrier électoral. Ils étaient sûrs d’une victoire aux élections législatives. Les nouveaux «alliés» suivis par les salafistes avaient opté pour un processus démocratique par étapes, alors que la rue tenait à la dynamique révolutionnaire.


A mesure que les élections approchent, les islamistes prennent leurs distances avec la place Tahrir. Les jeunes se font tuer et les islamistes sont à l’assaut du Parlement.


Islamistes et militaires, alliés, objectifs ?


Pendant les événements sanglants de Mohamed Mahmoud, les Frères musulmans et les salafistes regardaient les jeunes se faire massacrer à partir de leurs bureaux. Ils avaient non seulement refusé de descendre manifester avec les jeunes révolutionnaires, mais lancé une campagne de dénigrement contre le mouvement. Le guide de la confrérie, Mohamed Badai, avait déclaré à propos des manifestations : «Que celui qui a mal à la tête appelle à une manifestation.» Les salafistes, plus royalistes que le roi, avaient même traité les manifestants de «fauteurs de troubles» qui veulent entraîner le pays dans le «chaos». S’engage alors une confrontation politico-idéologique entre islamo-conservateurs et libéraux. La coalition des jeunes de la révolution réplique. «Les salafistes ont été de tout temps des alliés du régime de Moubarak et  ils étaient contre les appels au soulèvement populaire de janvier. Les Frères musulmans sont connus, les intérêts de la Gamaâ passent avant ceux de la nation», a résumé le coordinateur national du Mouvement du 6 avril, Ahmed Maher. «Les révolutionnaires versent leur sang et les islamistes raflent les sièges au Parlement», indique une affiche à la place Tahrir. Dopés par leur victoire à l’occasion de la première phase des élections, les salafistes et leurs «Frères» ne veulent plus entendre parler de la place Tahrir.

 

Les chaînes de télévision proches des islamistes mènent une campagne de dénigrement contre le mouvement. Un cheikh salafiste a déclaré sur la chaîne Ennas : «On fait toute une histoire sur cette femme dénudée, alors qu’on ne la connaît même pas.» Cette femme «est une Egyptienne digne, elle porte un hidjab et elle est plus musulmane que tous les salafistes réunis», a répliqué Angy, une activiste au sein du Mouvement du 6 avril.
Mais les islamistes ne veulent surtout pas rater cette occasion historique pour prendre le pouvoir du Parlement.

 

Quand la répression a repris à Qasr Al Ayni, ils étaient absents. Ils estiment que ces événements sont provoqués dans le but de «saborder» le processus électoral. Mais «l’histoire retiendra que lorsque des Egyptiens se font tuer et que des Egyptiennes sont humiliées, les islamistes courent derrière des strapontins», regrette le fondateur du mouvement Kifaya, Abdelhalim Kandil.


Et aux Frères musulmans de répliquer en estimant que seul «le respect du processus de transition pourrait ramener la stabilité au pays». Ainsi, l’union sacrée réalisée au début de la révolution est brisée par l’attrait irrésistible du pouvoir. L’armée a réussi à ramener la classe politique du processus révolutionnaire vers un processus réformateur.
Ce qui lui assure de garder le pouvoir quitte à marcher sur les cadavres d’une jeunesse éprise de liberté. Mais c’est sans compter sur l’inébranlable détermination des Egyptiens à faire tomber tout le régime.  

par Hacen Ouali

source elwatan.

 


Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Arts _Culture (Chansons de la Révolution - contest
commenter cet article
18 décembre 2011 7 18 /12 /décembre /2011 06:24
_________________________________________________
________________________
_______________________________________________________________________

 
_______________________________
___________________________
      

 

 

      __________________________________________________________

 

La chanteuse Cesaria Evora est morte


La chanteuse Cesaria Evora, ici en concert au rex de Paris en 2009, est morte, samedi 17 décembre, à l'âge de 70 ans.

La chanteuse Cesaria Evora

 

 

La chanteuse Cesaria Evora, connue sous le nom de la "diva aux pieds nus", est morte, samedi 17 décembre, à l'âge de 70 ans. L'information, d'abord diffusée par des médias portugais, a été confirmée par le ministre capverdien de la culture,Mario Lucio Sousa.

La chanteuse, qui avait mis un terme à sa carrière en septembre en raisons de problèmes de santé, avait été admise à l'hôpital Baptista de Sousa, sur l'île de Sao Vicente, vendredi soir à cause d'une "insuffisance respiratoire" et une "tension cardiaque élevée", selon l'agence LUSA.

Le gouvernement du Cap Vert a décrété un deuil national de 48 heure pour rendrehommage à la chanteuse, dont le président de la République, Jorge CarlosFonseca, a estimé qu'elle était "l'une des références majeures de la culture du Cap Vert". Le premier ministre José Maria Neves est allé plus loin, estimant que Cesaria Evora ne "mourra jamais parce qu'une icône et une star ne meurent jamais. Elle restera à jamais dans la mémoire du Cap Vert et de tous les Capverdiens".

"JE VEUX QUE VOUS DISIEZ À MES FANS : EXCUSEZ-MOI"

Depuis son explosion sur la scène française au début des années 1990 avecSôdade et jusqu'à la fin de la décennie, Cesaria Evora a mené une carrière exemplaire, en tournée dans le monde entier. Elle chante avec Caetano Veloso,Marisa Monte, travaille pour Emir Kusturica, ou avec Linda Rondstadt.

En 2003, elle reçoit un Grammy Award américain et une Victoire de la musique française pour son album Voz d'Amor. En 2007, elle marque une pause à la suite d'un problème coronarien.Dans la même année, elle est reçoit la Légion d'Honneurde la part du président Jacques Chirac.

>> Lire notre récit Cesaria Evora, vingt ans de carrière internationale

En 2008, la chanteuse est victime d'un accident vasculaire cérébral après un concert à Melbourne. Diabétique, la chanteuse indisciplinée, qui n'a pas renoncé à la cigarette, avait interrompu le régime qui lui interdisait graisses et chocolat.

Trois ans plus tard, de passage à Paris pour des examens à l'Hôpital américain de Neuilly, une Cesaria Evora très amoindrie confiait au Monde : "Je vais arrêter, un jour, mais pas que ça. En fait, j'arrête tout. Je n'ai pas de force, pas d'énergie. Je veux que vous disiez à mes fans : excusez-moi, mais maintenant, je dois me reposer".

emonde.

ici en concert au rex de Paris en 2009, est morte, samedi 17 décembre, à l'âge de 70 ans.AFP/THOMA

_________________________

Cesária Évora obituary

Singer who took the melancholy mornas of Cape Verde round the world

 

Cesaria Evora
Cesária Évora performing in Bourges, France, in 1993. Photograph: Francois Guillot/ AFP/Getty Images

 

The singer Cesária Évora, who has died aged 70 after a long period of ill-health, rose from absolute poverty on the Cape Verde archipelago to achieve worldwide fame in her later years. She put the islands – off the coast of west Africa – on the world music map by performing their distinctive morna ballads with a serene mix of sweetness and melancholy.

When she first came to European attention in 1988, Évora appeared an unlikely candidate for international stardom, yet within five years she was selling hundreds of thousands of CDs, with concert audiences to match. Grammy nominations, critical adulation and the praise of famous singers quickly surrounded the chain-smoking, barefoot grandmother, yet Évora remained remarkably blasé about her newfound celebrity.

She was, she always emphasised, a good singer, and thus it was natural that people would enjoy hearing her. That she had had to endure decades of obscurity was, she would add, frustrating. Eschewing false humility and proud of her heritage, Évora knew her own standing among the world's greatest vocalists.

She was born in Mindelo, a port city on the island of Sao Vicente. Her family was musical: her uncle B Liza was a noted morna composer. After becoming an orphan, Évora made a living from the age of 15 by singing in bars. By 1960, she was singing on local radio stations and for the Portuguese cruise ships that docked at Mindelo.

On those ships she gained a certain celebrity for refusing to wear shoes and performing barefoot. This was natural enough, since she had grown up without shoes, but it became her trademark. Evora sang in Kriolu, a Creole language mixing Portuguese with the west African dialects of her enslaved ancestors. The minor-key morna ballads she sang with such stoic feeling reflected themes of loss, poverty and immigration – all constants to Cape Verdeans.

Portugal's neglect of its colony and the resulting struggle for independence, which came in 1975, provided an unpromising backdrop for Évora's early career. She married three husbands and was deserted by each, raising three children largely by herself. In 1985, the Lisbon-based Cape Verdean singer Bana invited Évora to Portugal to perform.

This was the first time Évora had had the opportunity to leave the islands. Her Lisbon performances were well received by its immigrant population, and José da Silva, a young Parisian musician of Cape Verdean origin, was extremely impressed. He invited Evora to record for his tiny Lusafrica label.

Her 1988 debut album, La Diva aux Pieds Nus (The Barefoot Diva), and a 1990 follow-up featured an electronic pop sound unsuited to Evora. For her 1991 album Mar Azul (Blue Sea), Da Silva recorded Evora singing mornas backed by a small acoustic group. This allowed her limpid vocal style to shine, and French media began championing her. The international record company BMG signed a deal with Da Silva to distribute Évora's albums. Miss Perfumado (1992) was backed by a BMG campaign that helped it sell more than 300,000 copies in France.

Évora, for so long resident only on Sao Vicente, took to the road for the next three years, touring all over the world and quickly establishing herself as Africa's most internationally successful artist. A love of rum and cigarettes – part of her performance involved taking a break on stage for a smoke and drink while the band played an instrumental – alongside a no-nonsense approach to both audiences and media helped ensure her formidable reputation.

Her anti-diva behaviour was no affectation: when asked if she was impressed by performing at legendary concert halls in the world's greatest cities, Evora shrugged and replied that if Cape Verde had access to the same resources, it too would have such venues.

From 1995 to 2009, Evora recorded an album every two to three years and undertook long tours. Da Silva remained her producer and manager, and the standard of the material she recorded, almost always Cape Verdean in origin, remained very high. She was one of the few singers in a foreign language to win a large US audience.

Though success brought Évora considerable wealth, she remained a barefoot, chain-smoking stoic who shrugged off fame's affectations and retained Sao Vicente as her home. Even after her health began to decline in 2005, she continued to work hard. Three years later, a minor stroke before a Melbourne concert caused the tour to be curtailed. In 2010, a heart attack after a Paris concert necessitated open-heart surgery, and last September she retired from performing.

Évora's voice – silky, weary, supple yet never showy, rich with her extraordinary presence – remains compelling.

• Cesária Évora, singer, born 27 August 1941; died 17 December 2011

SOURCE guardian

 

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Arts _Culture (Chansons de la Révolution - contest
commenter cet article
17 décembre 2011 6 17 /12 /décembre /2011 06:42

Amira Chebli

 

 

Quand Amira danse, la frénésie de la Tunisie postrévolutionnaire s’efface un temps, laissant place aux mouvements sensuels, mélange de traditions orientales et de danse contemporaine. A elle seule, sa danse dit pourtant tout d’une société complexe, en pleine recherche identitaire.


Née à Zarzis, ville pauvre du sud tunisien, d’une mère pratiquante et d’un père agnostique, Amira a su tirer parti de ses origines pour devenir une féministe tunisienne hors normes. Elle refuse de s’insurger contre les résultats des élections, qui ne l’ont pas étonnée : « Ces gens-là ont été marginalisés, écrasés pendant des décennies et aujourd’hui, leur seul repère, c’est la religion et les militants d’Ennahdha, le parti islamiste, très présent sur le terrain. C’est le choix du peuple, nous devons le respecter. »


Pour Amira, c’est l’élitisme des féministes historiques et des partis progressistes tunisiens qui a causé leur défaite. Amira souhaite être plus présente sur le terrain, tenter de comprendre, d’accepter et surtout d’écouter. « Ce n’est pas en allant fumer ma clope dans un village traditionnel et en disant "je suis une femme libre", que les choses vont changer. A l’opposition frontale, je préfère le dialogue. »


Longtemps représentante de l’UGET (Union générale des étudiants tunisiens) à l’école des beaux-arts Beb Saadoun, Amira aimerait aujourd’hui participer à l’instauration d’une vraie décentralisation de la culture en Tunisie, afin de la rendre accessible à tous.

monde-arabe.arte

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Arts _Culture (Chansons de la Révolution - contest
commenter cet article
4 décembre 2011 7 04 /12 /décembre /2011 17:36

tahrir-soir du 21-11-11

Non Négociables !

 

Non négociables


Je le répète : Non négociables


Coup de cœur : Non négociables


Coup de gueule : Non négociables


Vous ne le voyez peut-être pas...


Mais mon sujet n'est pas singulier mais pluriel


Je ne suis pas la seule, nous sommes plusieurs


À décréter que c'est NON NÉGOCIABLES


Non négociables... avec un S pour dire que ça cesse


Que nous n'accepterons plus jamais d'être tenus en laisse


Si ça ne va pas... on fait la Révolution!



http://www.lejournaldepersonne.com/2011/11/non-negociables/

 

___________________________________________________

Merci «lejournaldepersonne» pour vos mots non négociables ! 

Noureddine Bourougaa Mnasri

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Arts _Culture (Chansons de la Révolution - contest
commenter cet article
1 décembre 2011 4 01 /12 /décembre /2011 07:28
Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Arts _Culture (Chansons de la Révolution - contest
commenter cet article

Présentation

  • : thala solidaire.over-blog.com
  •  thala solidaire.over-blog.com
  • : ThalaSolidaire est dédié à la ville de Thala, ville phare de la Révolution tunisienne. Thala est une petite agglomération du centre-ouest de la Tunisie. Elle est connue pour son histoire antique, ses sources, ses carrières de marbre, devenues une sorte de tragédie écologique et économique, sa résistance et sa misère. Thala solidaire a pour objectif de rassembler toutes les voix INDIGNÉES pour donner à cette terre ainsi qu'à toutes autres terres un droit à la vie et à la dignité…
  • Contact

Recherche

Vidéos

Catégories