Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 janvier 2012 4 19 /01 /janvier /2012 05:42

 

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2012 4 19 /01 /janvier /2012 04:09

Les Indignés de Dunkerque - Compte rendu de l’action “Occupons Pôle Emploi”


La marche funèbre organisée le 17/01/2012 par les Indignés de Dunkerque pour symboliser la disparition de l’emploi a été un franc succès.


 

Une vingtaine de personnes ont participé à cette action, pour accompagner le cercueil de l’emploi de la place Jean Bart jusqu’au Pôle Emploi des Bazennes, où nous avons rejoint des militants du Front de Gauche.

De nombreux médias étaient présents, ce qui nous a assuré une bonne couverture médiatique, et donc une plus grande diffusion de notre message sur le dunkerquois.


 

Il est nécessaire de rappeler que cela fut notre première action, et que nous en sommes très fiers. Il y a trois mois, lorsque les cinq premiers indignés se sont rassemblés pour lancer le mouvement sur Dunkerque, beaucoup étaient sceptiques sur la capacité du mouvement à perdurer et à imaginer de nouvelles formes d’actions. Nous leur démontrons aujourd’hui qu’ils ont eu tort.


 

Nous remercions par ailleurs tout ceux qui ont participé de près ou de loin à l’organisation de cette action, et nous espérons qu’elle en appellera d’autres très rapidement.


 

Pour terminer, nous vous mettons à disposition des articles qui ont été rédigés sur la ”marche funèbre” d’hier, ainsi qu’une vidéo tournée par nos propres soins.


- Article du Monde.fr : Au petit matin, la ”marche funèbre” des Indignés. 


- Delta.fm : Les Indignés ont enterré l’emploi


Notre vidéo sur YouTube 

 


Publié par Les Indignés de Dunkerque

source democratie-reelle-nimes


__________________________
 A Londres, la justice autorise l'éviction des indignés de Saint-Paul

 

Les tentes des "indignés" devant la cathédrale Saint-Paul de Londres, le 31 octobre 2011.

Les tentes des "indignés" devant la cathédrale Saint-Paul de Londres, le 31 octobre 2011.AFP/CARL COURT

La Haute Cour de Londres a autorisé mercredi 18 janvier l'éviction des manifestants anti-capitalistes installés depuis trois mois devant la cathédrale Saint-Paul, en plein cœur de la City, le quartier des affaires de la capitale britannique.

La justice a donné raison à la ville de Londres, qui avait demandé l'évacuation du camp, arguant notamment que les dizaines de tentes constituaient une "obstruction illégale de la voie publique". La municipalité de Londres a salué cette décision."Nous espérons maintenant que les manifestants vont volontairement enlever leurs tentes. Dans le cas contraire, et s'il n'y a pas d'appel, nous examinerons les mesures à prendre pour faire appliquer" la décision de justice "aussi vite que possible", a prévenu la ville de Londres.

"Des manifestations légales font partie de la vie de la City mais une voie publique n'est pas faite pour accueillir des tentes (...) et de plus en plus de désordre et de bruit. Le public est perdant", a-t-elle ajouté dans un communiqué.

 

BASTION DES INDIGNÉS D'EUROPE

Le campement de Londres, créé dans la foulée d'"Occupy Wall Street", fait figure de bastion des "indignés" en Europe. L'attitude à adopter à l'égard des protestataires a profondément divisé les responsables religieux de Saint-Paul au point que plusieurs d'entre eux, dont le doyen, ont remis leur démission.

Fin octobre, la cathédrale avait dû fermer ses portes aux visiteurs quelques jours pour des raisons de sécurité et d'hygiène, une première depuis la seconde guerre mondiale.

Alors que le mouvement anti-Wall Street tend à s'essouffler aux Etats-Unis, ses sympathisants ayant été chassés des parcs et places de diverses villes où ils manifestaient, celui des indignés parisiens a pris fin début décembre. Vingt-trois d'entre eux, qui s'étaient installés dans des tentes sur le parvis de la Défense, s'estiment avoir été victimes de "violences illégitimes et disproportionnées" de la part des forces de l'ordre, et ont porté plainte.

source lemonde

 

_____________________________________

Updated with judgment documents – Judge Rules Against OccupyLSX

*** Updated with copy of the judgment handed down by Mr Justice Lindblom, along with a summary ***

The High Court this week ruled in favour of the City of London Corporation’s calls for the eviction of the Occupy London protest camp outside St. Paul’s Cathedral. Mr Justice Lindblom pointed to the extent and duration of the obstruction of the highway at St. Paul’s as factors behind his decision to back the City, as well as the effect of the camp on Cathedral worshippers and visitors, and an alleged ‘private nuisance’ to the church.

The  High Court ruling comes on the heels of recent headlines regarding the  failed attempt by the Metropolitan Police to clear the entirety of the  Parliament Square protest camp at the start of the week – the site where  highly acclaimed peace campaigner Brian Haw spent a decade in protest  against British foreign policy in the Middle East.

With the facts of the latest eviction case largely undisputed, the argument before the court instead focused on whether the City of London could prove that an eviction would be a “lawful, necessary and proportionate” interference with protesters’ right to freedom of conscience, freedom of expression and freedom of assembly. According to the court’s interpretation of the European Convention of Human Rights, any interference with these rights must present the “least intrusive way” of addressing protests and meet the aforementioned conditions of lawfulness, necessity and proportionality.

In his decision, the Judge accepted the argument of the City of London that concerns about safety, cleanliness and access to public highways presented “powerful considerations… that easily outweigh factors against [an eviction]” and that an eviction did not “impose excessive burden” on Occupy’s right to free speech and freedom of assembly. He stated that Occupy had “ultimately [failed]… to put right many of the problems caused by the camp.” The Judge also ruled that the camp cannot simply be moved to adjacent land, and that the City of London “had no sensible choice but to do what it has”.

Judge Lindblom paid tribute to the way Occupy London activists conducted themselves in this case, and stated that his ruling was not intended to delegitimise protests against greed and injustice. In avid affirmation of this fact, mic checks sounded out inside the court, stating: “No matter what they say about Occupy, our behaviour has been better than those we are fighting.”

The Judge turned down a direct request to appeal the decision, but granted permission to Occupy defendants to take their case to the court of appeal. Addressing a courthouse packed with supporters, the Judge ruled that in the event of no registered appeal by 16:00 on 27th January,  eviction proceedings would be permitted to get underway. Defendant Daniel Ashman responded to the eviction ruling by stating outright that an appeal would be lodged with the Court of Appeal – a position later reiterated by defence John Cooper QC. Leave to appeal the ruling is expected to be made on Thursday. Commenting on the motivation behind such legal action, Ashman stated: “There are still avenues that can be exhausted. We will exhaust these avenues to see whether true justice can exist.”

Barrister Michael Paget commented on the High Court’s conclusion with claims that proportionality and necessity of an eviction are far from obvious, stating: “The Judge could have said that we are not allowed to stay overnight. But he has gone much further than that and said that we’re not allowed to go there during the day. That is the ground for the appeal.”

Charges against the Occupy London site were initially brought forward by the City of London Corporation – the local governing body for London’s Square Mile. This week’s court activity was a follow-up to a five-day hearing ahead of Christmas, which saw the City bring legal action against activists, citing concerns about sanitation on site alongside allegations relating to safety, vandalism, the appeal of the site to some of the city’s more vulnerable residents and obstruction of the public highway. During the earlier hearing, Judge Lindblom turned down a request by David Forsdick, the counsel for the City of London Corporation, for a decision on an eviction order ahead of the festive holiday. Judge Lindblom concluded that more time was needed to reflect on a final decision, pushing the ruling back to the opening of the courts in the New Year.

During the course of this week’s hearing, defendants George Barda, Daniel Ashman and Tammy Samede represented Occupy London. George Barda argued that protest movements are within the interests of wider society, reiterating a sentiment expressed earlier in the day by former Cathedral canon chancellor Giles Fraser, who tweeted ahead of the hearing: “Whatever happens, the voice of protest must continue to be heard.”

Fraser famously resigned his position at the Cathedral in the early days of the occupation site, stating his belief that the church should not put its name to any course of action that may lead to violence against the protesters.

The hearing was followed by a procession of activists and supporters from the Royal Courts of Justice to the St. Paul’s camp. The mood of the subsequent General Assembly was described as “emotional and defiant” by Occupied Times reporter Mircea Barbu, and activists noted that the Judge made no comment on the merit of the protest – instead noting that its up to Parliament to decide on the running of the City of London. While some protesters expressed disappointment in Judge Lindblom, many vowed to continue their protest. According to one attendee at the General Assembly, “some people are starting to talk our language. We are having an impact”.

Speaking at the GA, main defendant Tammy Samede said: “All I want you to do is carry on Occupying. If you’re watching livestream, thank you. If you’re doing other things thank you. We’re all doing different stuff. Think back to how it was in the first few weeks. Keep the energy. Stop fighting, we need to be united. Carry on occupying.” Added Mark Weaver: “As the Judge said, ‘You cannot evict an idea.’ This signals another turning point for the Occupy movement. Occupy is moving and it will continue to move for many years. This is just one turn in the road.”

By Martin Eiermann & Mark Kauri

source occupylsx

          _____________________________________________________

USA : Occupy congress

 

 

Partager cet article
Repost0
15 janvier 2012 7 15 /01 /janvier /2012 06:51

Le chant des indignés (Catherine et Philippe Richeux) 

 

Des voix qui disent
Des voix qui osent
Des voix qui grondent
Plus fort que les bombes,
Des voix sans honte
En chœur affrontent
Le fracas du monde
Entends le chant des peuples indignés
Clameur muette
Ferveur secrète
Cent mille murmures
Plus haut que les murs
L'espoir qui marche
Dans le vacarme
Plus fort que les larmes 
C'est un cri une clameur muette
Le calme précède la tempête
Entend, entend monter le murmure
Plus haut que les murs, que les murs
Un espoir plus fort que le mépris
C'est un chant d'espoir pour aujourd'hui
Plus fort que les larmes 
Entends le chant des peuples indignés
Cent mille étoiles
Tissent une toile
Cent mille lueurs
Plus fort que la peur
Le chant des hommes
Le chant des femmes
Plus fort que les armes 
S'étend sur la toile un chant choral
A l'unisson des hommes et des femmes
Cent mille voix qui chantent en chœur
Plus fort que la peur, que la peur
Un espoir plus fort que le mépris
C'est un chant d'espoir pour aujourd'hui
Plus fort que les armes 
Entends le chant des peuples indignés

Des voix qui disent
Des voix qui osent
Des voix qui grondent
Plus fort que les bombes,
Chanter encore
Chanter toujours

 
Et se lever pour... ...Retrouver la fierté de s'indigner

 

 

 

______________________________________________________

 

_____________________

 

 

Les indignés de Vannes

 
Partager cet article
Repost0
15 janvier 2012 7 15 /01 /janvier /2012 06:08

 

occupy the courts

 

 

via Occupy Portland:

This is a national day of action just one day before the second anniversary of the infamous Supreme Court decision in Citizens United v. Federal Election Commission, which held that corporations (as people entitled to the rights of the U.S. Constitution) can spend unregulated and undisclosed sums of money in order to influence elections. [There are] over 80 rallies at federal courthouses around the country, including the U.S. Supreme Court in Washington, D.C.

Actions planned in New York City:

http://occupywallst.org/

 

___________________________________________

Intervention musclée de la police contre les indignés au Vatican


CITE DU VATICAN - La police italienne est intervenue samedi de manière musclée contre une cinquantaine d'indignés en provenance de plusieurs pays, notamment d'Espagne et de France, qui manifestaient sur la place Saint-Pierre pour contester le pouvoir du pape et la richesse du Vatican.

Après avoir passé près de trois heures devant la crèche géante installée sur la place en criant des slogans hostiles au pape ou au Vatican, les manifestants ont été évacués manu militari par les forces de l'ordre, a constaté l'agence d'informations religieuses I.Media.

Ces dizaines de jeunes, en majorité Espagnols, Français, Italiens, Belges ou Grecs, s'étaient installés au pied du sapin de Noël dressé à côté de la crèche géante, devant la basilique.

Ils criaient de nombreux slogans, parmi lesquels : Eglise corrompue, pape criminel ou encore Vatican paie les impôts comme tout le monde.

Alors qu'ils avaient planté quelques tentes derrière les barrières entourant la crèche et le sapin, ils ont été, dans un premier temps, évacués des lieux par la police italienne et par des hommes de la Gendarmerie vaticane.

Trois manifestants ont été arrêtés par les forces italiennes, en charge de la sécurité de la place, dont l'un qui avait grimpé dans le sapin de Noël. Ils ont été conduits dans un commissariat.

La police a donné quelques coups de matraque et attrapé plusieurs jeunes par les pieds et les épaules. De nombreux indignés ont résisté, les mains levées en l'air, au cri de Non à la violence. Francisco, un jeune Espagnol, a été blessé, frappé au visage par un policier.

En quelques minutes, le groupe s'est retrouvé en dehors du territoire du Vatican, sur la place Pie XII, au milieu d'une bonne centaine d'hommes des forces de l'ordre.

Le directeur du Bureau de presse du Saint-Siège a jugé juste et opportune cette évacuation. Interrogé par l'agence italienne Ansa, le père Federico Lombardi a expliqué que les manifestants avaient voulu utiliser la place Saint-Pierre de manière impropre, regrettant leurs expressions et leurs actes.

Selon Gigi, un des responsables du mouvement, le Vatican fait partie des riches et nous contestons sa suprématie. Cette militante belge précise que le mouvement, qui comptait de nombreux croyants, ne conteste pas l'aspect spirituel ou l'engagement de l'Eglise. 

Sur un site Internet (http://indignado.org), un autre mouvement annonce que les indignés entendent occuper en mai prochain durant trois jours la place Saint-Pierre, au centre moral du capitalisme mondial.

Selon le manifestant espagnol Julian Gardia, personne n'a été blessé gravement mais ce qui s'est passé est très grave, parce que nous manifestions aussi pour eux, pour les policiers, en ce moment de crise pour tous.

Cette manifestation a eu lieu quelques heures après que le président du Conseil Mario Monti se fut entretenu de la crise économique en Italie avec le pape Benoît XVI.

Le mouvement parti d'Espagne pourrait reprendre de l'ampleur en Italie à la faveur de l'aggravation de la crise et des mesures d'austérité adoptées par le gouvernement de Rome.

 

____________________

Occupy Vatican

 

_________________________________________________________________________

Une heure avec les indignés de Genève!

IMG_7781-ssssss1111.jpg

14h00 devant le mur des réformateurs au Parc des Bastions début de l’assemblée générale. Pas de faire part ni d’invitation. Séance publique en marge de la Journée mondiale des assemblées populaires pour faire l’état des lieux, cueillir de nouvelles propositions et faire le suivi des recommandations et des projets à venir. Décontractée comme chez les scouts, une douzaine d’indignés dont le gérant de ce blog a formé un cercle et a pris place à même le sol. Que cela  ne déplaise au Maire de Genève, Pierre Maudet et à tous les empêcheurs de tourner en rond, le mouvement des indignés a encore de beaux jours devant lui. Certes, il y a eu des moments de flottement et un peu d’essoufflement mais la résistance continue. L’ordre du jour est de débattre du dernier article de la Tribune de Genève consacré aux indignés suite à leur lettre adressée au Conseil administratif de la Ville de Genève le 8 janvier dernier. Pendant une heure ce sujet n’a été que très peu évoqué. Il y a d’autres urgences comme par exemple organiser la riposte médiatique contre l’exagération des dégâts occasionnés dans le Parc des Bastions ou encore s’occuper comme il se doit de l’accueil des indignés vaudois qui feront le déplacement demain à Genève. Ce que j’ai retenu de ce rassemblement c’est la détermination de ce groupe d’hommes et de femmes qui veut donner à ce mouvement un nouvel élan. Après la résistance et l’indignation place aux propositions, il y va de la survie des indignés de Genève!

IMG_7830-ssssss1111.jpg
IMG_7825-ssssss1111.jpg
IMG_7826-ssssss1111.jpg
IMG_7829-ssssss1111.jpg
IMG_7831-ssssss1111.jpg
IMG_7832-ssssss1111.jpg
IMG_7833-ssssss1111.jpg
source planetephotos
_______________________________________
Tempête de neige
Les Indignés de Montréal


Les Indignés ont dû sortir les pelles ce matin au square Victoria.

    Les Indignés ont dû sortir les pelles ce matin au square Victoria.
    Le camp des Indignés de Montréal était couvert de neige ce matin.
Les photos de Jacques Nadeau
Partager cet article
Repost0
5 janvier 2012 4 05 /01 /janvier /2012 06:56

 

Le groupe Occupons Fredericton est expulsé

 

 

 

Occupons FrederictonLe campement des indignés à Fredericton.

  

Des employés de la municipalité de Fredericton et un policier ont expulsé, tôt mardi matin, le groupe d'indignés qui campait au centre-ville.

Mathieu Bertin, l'un des trois manifestants qui étaient sur place à ce moment, affirme que l'expulsion s'est déroulée rapidement, en une dizaine de minutes, et qu'il a perdu des effets personnels.

Les manifestants avaient établi leur camp dans le carré Phoenix, devant l'hôtel de ville, en octobre dernier.

Le maire, Brad Woodside, explique qu'il a rencontré les manifestants à dix occasions pour les convaincre de démanteler volontairement leur campement de fortune, qui ne respectait pas les règlements municipaux. Il souligne qu'il a encore rencontré les occupants le 31 décembre pour leur donner une dernière chance, mais qu'ils ont refusé de partir.

Le maire Woodside ajoute qu'aucune amende ne sera imposée aux militants. Il invite le groupe à manifester devant l'hôtel de ville, mais sans y installer de structure permanente.

Les indignés n'ont pris aucune décision sur la suite des événements. « Le occupy, c'est une idée plus qu'une tente. On va procéder et continuer le mouvement », promet M. Bertin.

Un campement similaire a récemment été démantelé de force à Halifax. Des tentes sont toujours visibles à Moncton et à Saint-Jean à Terre-Neuve. Elles sont occupées par quelques militants.

Rappelons que le mouvement des indignés dénonce les excès du capitalisme. Il s'inspire des indignés antipauvreté de Wall Street, aux États-Unis.

source radio-canada

______________________________

Les Indignés de  Fredericton (Canada)


 

 

______________________________________________________________

En Espagne, les Indignés « libèrent » des immeubles pour les familles à la rue

 

Emmanuel Haddad

Chaque jour, en Espagne, 300 familles sont expulsées de leur maison ou de leur appartement. Dans la lignée du mouvement des Indignés, des collectifs pour le droit au logement se multiplient. À Barcelone, des occupations d’immeubles vides viennent d’être reconnues « légitimes » par la justice. Le début d’un mouvement social massif face à la spéculation immobilière ?






Dans l’Edificio 15-O, à Barcelone, neuf familles vivent sans craindre l’expulsion. À l’issue des grandes mobilisations de l’automne pour s’opposer aux coupes budgétaires dans la santé et l’éducation, ainsi qu’au manque de logements publics, les Indignés ont pris possession de cet immeuble vide de la rue Almagro. Grâce à un petit miracle juridique, les familles qui s’y sont installées ne craignent désormais plus les poursuites pénales. Le procès pour occupation illégale s’est achevé sur un non-lieu, le 7 novembre. La fête organisée en l’honneur de ce jugement a sonné comme un coup de départ pour d’autres occupations du même genre.

 

300 familles expulsées chaque jour

Inoccupé depuis cinq ans, cet immeuble de la rue Almagro appartient à la banque Cajamar. Il a été racheté par la banque à la suite de la faillite de la société immobilière en charge des travaux. L’ancien propriétaire a tout perdu dans l’affaire, et la banque attend patiemment que le cours du marché de l’immobilier espagnol reprenne pour revendre le bâtiment. L’Edificio 15-O n’est pas un cas isolé : en Espagne, 3 millions de logements vides, parfois inachevés, prennent la poussière dans l’attente d’une reprise de la spéculation. Pendant ce temps, 300 familles sont expulsées chaque jour de leur logement, incapables de rembourser l’emprunt contracté pour devenir propriétaire, à une époque où l’hypothèque coûtait souvent moins cher qu’une location (voirenotre reportage).

« En Hollande et dans d’autres pays, il y a des amendes, voire plus, au bout d’un an et demi d’inoccupation des logements. Mais l’Espagne est à la traîne. Si l’État est incapable d’octroyer un logement digne, l’occupation devient une alternative légitime », considère Jon Aguirre Such, membre de Democracia Real Ya et dePaisaje Transversal, une plateforme qui travaille sur de nouveaux modèles de gestion urbaine.« Tous les Espagnols ont le droit de jouir d’un logement digne et adéquat », énonce l’article 47 de la Constitution. Le 7 novembre, le juge d’instruction a pris acte de ce droit, en tenant compte des circonstances exceptionnelles de la crise : l’occupation est liée« au chômage des jeunes, au difficile accès au logement, à la spéculation urbanistique et aux alternatives autogérées ». Un jugement qui fera désormais jurisprudence.

 

Vers un mouvement d’occupation de masse ?

L’occupation comme arme politique ? L’idée n’est pas nouvelle. Mais, à Barcelone, elle est en train de subir un« saut qualitatif  », selon un voisin de l’Edificio 15-O venu apporter de la nourriture aux habitants.« Il est difficile de parler d’"okupa" – terme qualifiant la mouvance des squats de Barcelone – dans le cas de l’Edificio 15-O. Car ses nouveaux locataires ne sont pas des militants, des professionnels du squat, mais des victimes de la crise du logement », explique Manuel Delgado, anthropologue à l’université de Barcelone. Une partie du mouvement Okupa est en train de se convertir en mouvement de masse.« Un large pan de la gauche, des plus radicaux jusqu’à des membres du parti socialiste, soutiennent l’évolution du mouvement. En stoppant des centaines d’expulsions et en relogeant des familles, ils montrent qu’il est encore possible d’obtenir des victoires », s’enthousiasme Manuel Delgado, proche du mouvement Miles de Vivienda, le collectif de « réappropriation urbaine » filmé par le documentaireSquat, la ville est à nous.

Ce nouveau type de squat a surtout un objectif social [1]. Les familles qui vivent aujourd’hui dans l’immeuble de la rue Almagro ont déjà subi au moins une expulsion. Dans l’immeuble inachevé, où il a fallu attendre un mois avant d’installer l’eau courante, on trouve des appartements neufs et de qualité, mais sans meubles. Certains ont dégoté un four pour cuisiner. Pour les autres, les Indignés qui s’occupent de l’organisation de l’immeuble font tourner une cantine communautaire au rez-de-chaussée.

 

Quand les collectifs de squatteurs remplacent les services sociaux

Adrián passe la plupart de ses journées à chercher du travail et ne profite de la cantine que le soir. Ce jeune Roumain vit au premier étage avec sa femme. Ils sont un des seuls couples sans enfant de l’immeuble : leur fils de 11 mois a été pris en charge par les services sociaux à Cadix. Ils font tout pour le récupérer. Une séparation douloureuse pour tous ceux qui, parmi les 150 000 familles espagnoles menacées d’expulsion, ne sauront pas trouver un toit pour leurs enfants.

À l’instar des autres familles, ils n’ont ni le temps ni la tête aux tâches quotidiennes de l’immeuble.« Au début, il y avait beaucoup d’échanges, mais à présent seules quelques familles viennent manger et cuisiner de temps en temps avec nous », souligne Natacha. La jeune femme fait partie de ceux qui se sont portés volontaires pour organiser la vie quotidienne. Cette photographe dort depuis le 15 octobre dans l’immeuble, après avoir passé ses nuits avec les Indignés de la plaza Catalunya. Une suite logique, pour elle. Et un quotidien éreintant, entre nettoyage et assemblées à répétition, où se décident les questions internes à l’immeuble, les fêtes de quartier ou les relations avec la presse. Pour beaucoup de ces jeunes issus du mouvement Okupa, c’est une nouveauté de vivre avec des habitants qui ne suivent pas leur mode de vie communautaire.« On n’est pas une secte ! Nous sommes ici pour les soutenir et leur permettre de vivre le mieux possible », précise Natacha. Balai en main, elle nettoie une salle destinée à accueillir des jeux d’enfants.

 

Spéculation privée ou logements sociaux ?

Soutenir les familles expulsées : une mission des services sociaux de la ville. Mais leurs efforts ne suffisent plus face à la vague quotidienne de gens jetés à la rue.« Les services sociaux construisent un hôtel d’urgence pour accueillir les familles dans le besoin. Mais celles-ci doivent quitter les lieux au bout de trois jours... C’est la seule solution qu’ils ont trouvée », rélève Antonio, membre de « 500x20 ». 500 logements avec un loyer correspondant à moins de 20 % du revenu de leurs habitants : telle est la revendication de ce collectif de quartier né à Nou Barris en 2006, qui dénonce la pénurie de logements publics à Barcelone. Chaque semaine, ils reçoivent plusieurs cas de familles sur le point d’être expulsées :« On les dirige vers un avocat et, pour les cas sans solution légale, on se charge de les "reloger". »Avec une occupation de logements vides.« Nous devons agir de manière subtile pour ne pas être accusés d’incitation au délit », souligne-t-il.

Indignés, 500x20, Miles de Viviendas... Si ces collectifs en viennent à outrepasser la loi, c’est, soutiennent-ils, parce que la politique du logement à Barcelone privilégie la spéculation privée au détriment de l’offre publique. Récemment, 500x20 a envahi le siège de l’Agence du logement de Catalogne pour dénoncer la spéculation immobilière. En réponse, l’agence publique s’est engagée à consacrer 3 000 logements vides à la location publique, à des prix accessibles. Preuve pour Antonio que la municipalité préfère réserver ses immeubles vides au marché privé plutôt qu’aux familles désœuvrées.

 

Des centaines de maisons murées par la municipalité

Une critique dure à avaler pour Gerard Capó, directeur technique au Consortium du logement de Barcelone. Depuis 2009, le programme pour lequel il travaille a permis de reloger 337 familles modestes, avec un loyer s’élevant à 20 % de leurs revenus.« La situation actuelle à Barcelone nous dépasse tous, on ne peut financer des logements que selon nos capacités », reconnaît Gerard. Le programme se charge de trouver des logements, mais aussi de financer 80 % du loyer.

Beaucoup de militants du droit au logement négligent de souligner les efforts de l’administration publique, regrette Gerard. Des efforts réels, souligne-t-il, dans la même veine que le programme « location accessible » lancé le 10 novembre par la Fondation sociale de la Caixa. La fondation de cette banque va permettre l’accès à 3 000 logements pour des familles précaires, à des loyers accessibles.« Ils nettoient leur image. C’est un bon début, mais il faudrait qu’il n’y ait plus aucun logement vide à Barcelone », considère Antonio, de 500x20.« Dans le quartier de Bon Pastor, il y a des centaines de maisons murées, aux toits détruits par la municipalité même de Barcelone !, témoigne Manuel Delgado.Pourquoi ne les utilise-t-on pas ? »En attendant, les Indignés continuent de « libérer » des logements vides. Suivant l’exemple de l’Edificio 15-O, cinq nouveaux bâtiments ont été occupés en novembre.

Emmanuel Haddad

____
Notes

[1] DansDésobéissance civile et démocratie, l’historien états-unien Howard Zinn définit la désobéissance civile comme une« violation délibérée de la loi dans un objectif social ». L’auteur américain évoque des actions, comme celle de« voisins qui empêcheraient l’expulsion d’une famille incapable de payer son loyer » :

« Même s’ils ne concernent qu’un individu ou une famille, [ces actes] adressent un message plus général sur les défaillances de la société. »

source bastamag

 

Partager cet article
Repost0
27 décembre 2011 2 27 /12 /décembre /2011 04:51

Occupy London presents a reading of Charles Dickens’ A Christmas Carol –  6pm Friday 30 December at the steps of St. Paul’s Cathedral

Adapted by: Timberlake Wertenbaker
Directed by: Josh Appignanesi
Readers will include: Allan Corduner, Alan Cox, Sara Kestleman, Pam Miles, Tim Pigott-Smith, Ian Redford
Produced by: Occupy London

As Dickens’ bicentennial approaches, it seems only fitting for Occupy London to stage a public reading of A Christmas Carol at St Paul’s Cathedral.

Dickens was compelled to write A Christmas Carol out of a strong desire to comment on the enormous gap between the rich and poor in Victorian Britain. It is a similar strength of conviction that has motivated the growth of the Occupy movement to work to transform the growing social, economic and political injustices of our time.

As Giles Fraser, former canon of St Paul’s Cathedral said: “Christmas is the most political of the Church’s festivals … all politics is about people, and without a fundamental sympathy for the plight of other human beings, and in particular for the dispossessed, no political movement for social change is ever going to capture the heart.

“For Dickens, Christmas was the emotional centre of the big society. Peace on earth and goodwill to all.”

In the preface to his book, Dickens conveys his intentions: “I have endeavoured in this Ghostly little book, to raise the Ghost of an Idea, which shall not put my readers out of humour with themselves, with each other, with the season, or with me. May it haunt their houses pleasantly …”

Occupy London invites all to join in the playfulness and seriousness of the Christmas spirit, and to ‘haunt pleasantly’ in a way that calls attention to the reality that our status quo is unsustainable and unjust.

James Sevitt, supporter of Occupy London said: “We are here, like Dickens, to creatively disrupt, and to make Christmas mean something beyond a consumerist spending frenzy. This Christmas, and in the year ahead, we invite you to combine irreverent fun with spiritual contemplation and a continuation of the fight against social and economic injustice and the creation of real, direct democracy. Please join us.”

_________________________________________

 « Occupy London » : la crèche vivante des « Indignés »


La crèche de Noël sur le campement d'« Occupy London » (Romain Gicquiaux)

(De Londres) 24 décembre, 16 heures. Une foule ininterrompue longe la cathédrale Saint-Paul. Le campement d'Occupy London est cerné.

La soupe populaire des « Indignés » ? Non. Des centaines de paroissiens qui attendent l'ouverture des portes de l'église pour les « Christmas Eve carols », la messe de Noël donnée à l'église Saint-Paul, où l'on peut entendre les traditionnels chants religieux que les radios et télévisions du pays diffusent en boucle depuis deux jours.

Le campement des « Indignés » devient vite une attraction. On prend des photos, on observe curieusement les campeurs. Un public inédit pour les « Indignés » qui en profitent pour prêcher la bonne parole.

Mais la boîte en fer dédiée aux dons restera bien silencieuse cet après-midi… Les cloches de l'immense dôme de Saint-Paul, elles, résonnent puissamment dans le ciel gris de Londres.

Les « Indignés », eux, ont eu leurs « carols » il y a quelques jours. Une chorale de sympathisants est venue chanter pour soutenir le mouvement sur les marches de la cathédrale Saint-Paul. 200 personnes entonnant « Enough is enough » (« Assez, y en a assez »). Des chants traditionnels revisités à la sauce « Indignés ».

Et d'ailleurs, que pense l'église Saint-Paul des manifestants qui campent à ses pieds ? Après avoir demandé à plusieurs reprise une interview au service communication, c'est un vigile de la cathédrale Saint-Paul, athéiste convaincu, qui va nous livrer des informations de l'intérieur du « holly (saint) bunker ».


Les tentes des « Indignés » décorées pour Noël (Romain Gicquiaux)

Nous n'aurons ni nom, ni photos. Les salariés, religieux et laïcs, ont l'interdiction officielle de parler. Le rendez-vous est pris dans un discret café Starbucks du quartier. C'est dire si l'omerta est bien réelle…

LE GARDIEN DE LA CATHÉDRALE

Ligotée par les largesses que lui accorde la City (Goldman Sachs, UBS et HSBC sont des donateurs), Saint-Paul préfère se taire sur ce sujet polémique.

Seul l'archevêque de Canterbury, le chef de l'Eglise d'Angleterre (après la reine) et plutôt progressiste, a fait référence dans son sermon de Noël à la crise financière et ses conséquence sur la population en ce Noël 2011.

Sur le campement, il y a Ruth, une religieuse franciscaine de 71 ans qui a rejoint le camp des « Indignés ». Elle ne mâche pas ses mots.

Le repas de Noël des « Indignés », c'est une dinde aux marrons offerte, comme tout ce qu'ils mangent, par des donateurs. L'église n'a pas déboursé un sou pour les agneaux égarés sur son parvis...

Lire la première partie de ce texte  rue89

___________________________________________

 by OccupyWallSt

‎2011 was a revolutionary year for a new movement that is changing the world. From NYC to Cairo, we are just getting started. We are still busy building this amazing movement, and we couldn't do it without you -- our supporters! Let's make next year even better!

(This video was passed by consensus through the New York City General Assembly on Tuesday, December 20, 2011.)

 

_____________________________

Par Occupy France

 Revue de presse de la semaine du 19 au 25 décembre

Trop occupé par les festivité de Noël ? On revient pour vous sur l’actualité indignée de la semaine.

 

 Indignés, Occupy, les nouvelles du mouvement selon la presse


Occupy Wall Street a-t-il servi à quelque chose ? – Le plus – Nouvel Observateur

 Parc des Bastions: sous la neige, quelques rares indignés gardent encore le camp - La Tribune de Genève

 Grèce: Pour Noël, les sœurs font expulser les Indignés - La Dépêche

 Le monde des Indignés - Paris Match

Chrétiens indignés, unissez-vous! - La Vie

Quand des pdg donnent raison aux Indignés - lesaffaires.com

INFOGRAPHIE. Indignés de tous les pays, unissez-vous ! Nouvel Obs

L’année des indignés… et des indignes - voir.ca

 Les indignés, la fin ou le début d’un mouvement ? - Etudiant Ontario

Vidéo: Les indignés selon le sociologue Albert Ogien - par Mediapart

Londres poursuit ses Indignés en justice - Le Point

« Occupy London » : les « Indignés » de la City font de la résistance - Rue 89

 « Occupy London » : la crèche vivante des « Indignés » - Rue 89

 Russie, cadeaux aux banques, et tribunes.

La condamnation de M. Chirac signe-t-elle la fin d’un pouvoir féodal ? Le Monde

L’espoir en 2011 : la possibilité d’une île – Cafebabel

Un ancien de Lehman Brothers aux commandes de l’économie espagnole – Le Monde

Pourquoi il faut constitutionnaliser la désobéissance civile – Rue 89

Russie: manifestation monstre de l’opposition à Moscou – Actualutte

Des dizaines de milliers de Moscovites manifestent pour « une Russie sans Poutine » – Le Monde

Russie : Alexeï Navalny, le « hamster du Net » symbole de la lutte anti-Poutine – Rue 89

Noël à la Banque centrale européenne: des cadeaux pour les banques, la rigueur pour les peuples – Actualutte

 

Partager cet article
Repost0
22 décembre 2011 4 22 /12 /décembre /2011 06:05

 

 

 

_________________________________


 

 

 

________________________________________________________________________________________

 

 

Les rappeurs de Y'en a marre lancent «faux ! pas forcé» contre la candidature d'Abdoulaye Wade


YENAMAR2-senaigal.JPG

Les membres du collectif Y'en a marre sont mobilisés contre la candidature d'Abdoulaye Wade.

RFI / Laurent Correau


Le groupe de rappeurs engagés Y'en a marre vient de lancer un nouveau disque contre la candidature d'Abdoulaye Wade à un troisième mandat. « Faux ! Pas forcé » a été tiré à cinquante exemplaires distribués aux médias. Ce « single » appelle le président sénégalais à renoncer à se présenter à la présidentielle du 26 février prochain par respect pour la Constitution.

 

C'est un « single » de combat que les rappeurs de Y'en a marre ont lancé aujourd'hui. Le morceau s'intitule « Faux ! pas forcé ». Le jeu de mots s'adresse directement au président sénégalais, Abdoulaye Wade. Sous entendu : « Faut pas forcer la Constitution en briguant un troisième mandat ».

« Le Sénégal est sur le point de s'embraser par le fait de l'obsession et de l'entêtement d'un seul homme au pouvoir, a déclaré au début de la conférence de presse Fadel Barro, l'un des responsables du mouvement. Notre responsabilité est de lui barrer la route avant qu'il ne soit trop tard ».


« Ne sois pas comme Kadhafi »

 

Y'en a marre interpelle le chef de l'Etat sans prendre de pincettes : « Mauvais cocher, tu dévies le cheval / Notre argent tu nous le vole et le partage avec ton clan », scande ainsi Kilifeu dans le premier couplet. « Abdoulaye Respecte ta parole / Je le jure faut pas forcer » reprend le refrain. « Si tu aimes ton peuple, chantent les rappeurs, ne t'entête pas au pouvoir, ne verse pas son sang. » ou un peu plus loin « Ne sois pas comme Kadhafi, si tu ne veux pas que l'on fasse comme la Libye ».


Les artistes de Y'en a marre se disent déterminés « On ne bougera pas d'un centimètre, père, dit leur chanson Nous irons jusqu'au bout, même genou à terre / Déploie ton armée et ta police, qu'elles tirent sur nous. » Ils affirment pourtant vouloir rester dans le respect des lois et règlements ...et dans l'esprit du NTS (le Nouveau Type de Sénégalais) prôné par le mouvement.

 

« Qu'ils ne comptent pas sur Y'en a marre pour brûler le pays » a lancé Thiat, le porte-parole du groupe, lors de la conférence de presse. La rencontre a d'ailleurs commencé par l'hymne national, et s'est terminée de la même manière.Les rappeurs de Y'en a marre appellent leurs fans et leurs sympathisants à se joindre au congrès du peuple qui aura lieu ce vendredi 23 décembre, parallèlement au congrès du parti démocratique sénégalais. « Le Sénégal est en danger, le Sénégal est en jeu a estimé Simon, l'un des artistes du groupe. On vous appelle le 23 pour lui montrer qu'il ne faut pas forcer ».

source rfi.fr/afrique

 

_______________________________________________________________________________________

Pour mieux connaître  les « Y'en a marre »

 


 

 

Partager cet article
Repost0
21 décembre 2011 3 21 /12 /décembre /2011 04:29

 

 

On Thursday 15 December, Occupy London was thrilled to welcome legendary civil rights activist Rev Jesse Jackson to St Paul’s Churchyard, alongside Bishop Wayne Malcolm (leading representative of the progressive majority black churches), Lee Jasper (co Chair of Black Activists Rising Against the Cuts (BARAC)) and 12-year-old blogger Libdemchild, who examines and unpacks how capitalism affects children’s lifestyles and choices.

Here’s two videos of Jesse’s visit, the first of his speech and the second of the questions that he answered. Thanks to Inka for these videos:

 occupylsx

 

 

Partager cet article
Repost0
20 décembre 2011 2 20 /12 /décembre /2011 06:13

par Michel Warschawski

 

Cet été, Tel Aviv a connu la plus grosse manifestation des Indignés. Clairement antilibéral, ce mouvement citoyen pourrait donner naissance à une nouvelle société civile israélienne définie par la citoyenneté plutôt que par l’appartenance au « peuple juif ».


Qui l’aurait prédit ? La plus grande manifestation des Indignés (proportionnellement à la population du pays) a eu lieu à Tel Aviv, capitale d’un des pays les plus réactionnaires de la Planète : 400 000 personnes, c’est-à-dire l’équivalent de 4 millions de personnes en France. Plus même que la manifestation qui faisait suite aux massacres de Sabra et Chatila, en 1982. Qu’exigeaient les Indignés israéliens ?« Le peuple veut la justice sociale » et « contre les privatisations – (retour à) l’État providence ».


Un mouvement de masse

Quand, le 14 juillet 2011, Daphné Leef, une jeune femme de 24 ans, plante sa tente sur le Boulevard Rothschild à Tel Aviv pour protester contre l’impossibilité de trouver un logement, elle ne se doutait pas qu’en moins de dix jours, elle serait suivie par des milliers de jeunes et de moins jeunes qui, dans toutes les villes du pays, plantent à leur tour une tente, transformant le pays en un immense campement de protestation. Pour les jeunes couples, la question du logement est le symbole du démantèlement de l’État social : pendant deux générations, ce dernier se devait d’avoir une politique de logement social pour installer les millions d’immigrants venus s’installer dans l’État juif. La dérégulation néoliberale qui commence dans les années 1980 et la privatisation de l’immobilier font que le logement cesse d’être un droit et devient une marchandise. Puis ce sera le tour de l’éducation et de la santé qui, s’ils restent en principe gratuits, reviennent en fait de plus en plus cher si l’on veut obtenir un peu plus que le minimum.


Rapidement la revendication sur le droit au logement va s’étendre à une remise en question de l’ensemble de la contre-reforme néolibérale : « l’éducation n’est pas une marchandise »« la santé n’est pas une marchandise » deviennent des slogans populaires dans les manifestations de plus en plus massives qui accompagnent les campements au cours de l’été. Pour culminer, le 3 septembre, avec la manifestation des 400 000.


Dès ses premiers pas, le mouvement insiste, à travers ses porte-parole sur son caractère « social mais pas politique ». Décodée, cette définition signifie le refus de se positionner sur les questions liées au conflit israélo-arabe. « Ni droite, ni gauche » affirment Daphné Leef et ses amiEs, « nous sommes le peuple uni : religieux et laïques, Ashkenazes et Séfarades, droite et gauche » mais elle ajoute aussi « Juifs et Arabes », ce qui, en Israël, est loin d’aller de soi.


Les citoyens palestiniens d’Israël (20 % de la population) n’ont d’ailleurs pas attendu Daphné pour se mobiliser, et dans les villes mixtes, comme par exemple Haïfa ou Beer Sheva, nous sommes témoins, pour la première fois peut-être dans l’histoire d’Israël, de manifestations populaires véritablement judéo-arabes.


Du centre à la périphérie

Au départ, le mouvement reste cantonne a Tel Aviv et à Jérusalem, et sa composition sociale est essentiellement petite bourgeoise. La présence active de l’Union nationale des étudiants donne, dans une certaine mesure, le ton et le caractère de classe du mouvement, d’où sont absentes les classes populaires. Conscients de cette limite qui est à la fois géographique et sociale, les dirigeants décident de se tourner vers la « périphérie ». Par périphérie on entend, en Israël, ce qui n’est ni Tel Aviv ni Jérusalem, et plus particulièrement les villes dites dedéveloppement, c’est-à-dire sous-développées où, dans les années cinquante et soixante, on a parqué les immigrants juifs venus des pays arabes.


Pari gagné : fin août, de grandes manifestations mobilisent les couches populaires dans ce qui est l’équivalent des banlieues en France. C’est alors que le gouvernement décide enfin de réagir. Jusque-là Netanyahou, architecte en chef de la contre-réforme néolibérale, avait haussé les épaules, persuadé qu’il s’agissait d’un happening de jeunes bobos (« sushi et narguilé », selon un de ses ministres) qui s’éteindrait de lui-même, au plus tard à la fin des vacances scolaires.


Comme chaque fois où il a été confronté à un mouvement de masse, le gouvernement décide de la mise en place d’une commission nationale d’experts dont le mandat est de suggérer de nouvelles priorités budgétaires, tout en s’abstenant d’élargir le budget. En d’autres termes, réduire le budget de l’éducation pour améliorer le système de santé… ou le contraire. Sous la direction du professeur Manuel Trachtenberg, économiste plus proche des solutions sociales-démocrates que néolibérales, cette commission a eu le mérite d’affirmer dès le début qu’on ne pouvait pas ne pas toucher au budget militaire qui dévore près d’un tiers des ressources nationales. Plus intelligents que leur ministre Ehoud Barak, qui s’était frontalement opposé à toute coupe dans le budget de ladéfense, en disant avec l’arrogance d’un kibbutznik devenu millionnaire, « Ici, c’est pas la Suisse », les chefs de l’armée avaient anticipé les suggestions de la commission Trachtenberg et proposé de réduire eux-mêmes les dépenses de leur ministère, pensant éviter ainsi une intervention extérieure dans le plus opaque des budgets gouvernementaux.


Commission alternative

Les dirigeants du mouvement ne sont pas tombés dans le piège de la commission Trachtenberg et décidèrent de mettre en place une commission alternative, composée d’économistes, de sociologues et de militants du mouvement social. À la tête de cette commission, un sociologue militant, Yossi Yona, et l’ancien adjoint du Gouverneur de la Banque d’Israël, Avia Spivak. Contrairement à la commission officielle, les Arabes sont bien représentés, de même que les femmes et d’autres secteurs sociaux qu’on a l’habitude de marginaliser. Le fait que le porte-parole de cette commission soit un des dirigeants du Mouvement Solidarité Cheikh Jarrah est plus que symbolique. Car la commission Yona-Spivak, refusant de déshabiller Paul pour vêtir Pierre, s’est positionnée sur des choix politiques : ses propositions de coupes substantielles dans le budget de la défense et de réductions massives des subventions aux colonies, l’identification de la population arabe comme une priorité nationale, s’inscrivent dans ce qu’elle appelle elle-même des choix stratégiques, à savoir un tournant vers une politique de paix, même si celle-ci n’est décrite que d’une manière très générale.


Le gigantesque fossé entre les propositions de la Commission Trachtenberg, qui ont été ratifiées à la hâte et du bout des lèvres par le gouvernement, et celles de la commission alternative ont amené Daphné Leef à annoncer une reprise des manifestations. Celles-ci restent cependant peu probables : un mouvement tel que celui que nous avons connu cet été, sans structure et sans direction, ne se réorganise pas d’un coup de baguette magique, certainement pas quand il mobilise essentiellement les classes moyennes. En effet, si la participation de la grande majorité des travailleurs est indéniable, c’est en tant que citoyens qu’ils ont participé, pas comme classe, avec ses organisations et ses directions. L’absence de la Histadrout – principale confédération syndicale – dans les mobilisations a été remarquée. Au moment où se négocient les effets de ces mobilisations en termes d’acquis et de réformes, son retour est programmé.


Le retour à la maison des classes moyennes a laissé le champ libre aux couches les plus défavorisées, voire marginales: les vrais sans-logis, les mères célibataires sans emploi fixe, les employés des compagnies de main-d’œuvre. Ce sont eux que l’on rencontre dans ce qui reste des campements où ils s’accrochent non par protestation mais parce qu’ils n’ont vraiment pas où loger. Ils squattent les nombreux immeubles vides, et n’hésitent pas à réagir violemment à la violence policière. Le temps des manifestations bon enfant est bien fini, la lutte de classe reprend ses droits.


Naissance d’une société civile

Sans présager du futur, on peut d’ores et déjà affirmer que l’acquis numero un des mobilisations sociales de l’été 2011 aura été la naissance d’une société civile israélienne, autonome de l’État, voire en conflit avec celui-ci. Formée dans la colonisation de la Palestine et en conflit avec son environnement arabe, pendant plus de cinq décennies, la société israélienne ne s’est pas réellement démarquée de l’État : elle se devait de servir le projet sioniste et lui était soumise. Certes, au cours de ses 65 ans d’histoire, Israël a connu des mobilisations sociales, des explosions populaires, des grèves parfois dures. Mais celles-ci restaient des événements circonscrits dans le temps, et en général dans l’espace, d’autant plus qu’il était très facile de les démobiliser par une tension aux frontières ou tout simplement en brandissant la bannière de la sécurité.


Cette fois, les tentatives de ce genre ont fait long feu comme l’a montre le refus d’annuler les manifestations après l’attentat près d’Eilat… dont les circonstances laissent d’ailleurs planer de sérieux soupçons sur son authenticité. Sans nécessairement se positionner politiquement, le nouveau mouvement social israélien ne se laissera pas aussi facilement piéger que ceux qui l’ont précédé.


Osons même tenter une hypothèse plus audacieuse, celle d’une redéfinition du concept de « peuple ». Jusqu’à cet été, le « peuple israélien » ne signifiait pas l’ensemble des citoyens du pays, mais plutôt le « peuple d’Israël » tel qu’il apparaît dans la Bible, à savoir les Juifs. Les mobilisations sociales des derniers mois seraient-elles le baptême d’un nouveau peuple, défini non pas par ses origines ethnico-confessionelles mais par la citoyenneté ? Auquel cas, elles marqueraient alors le début de la fin du sionisme et le remplacement de l’État juif par l’État de tous ses citoyens, comme le revendique la gauche antisioniste ? Il est bien trop tôt pour l’affirmer, mais l’été 2011 nous permet au moins d’y rêver et surtout nous appelle à redoubler nos efforts pour faire de ce rêve une réalité.

par Michel Warschawski

 Source

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2011 7 18 /12 /décembre /2011 02:00

17 Décembre :  Reoccupy Schedule  

 

 

Occupy Wall Street, 3 mois en photos....

 

_______________________________________
850.000 dollars pour dénigrer les Indignés de Wall Street ?


Le cabinet de lobbying Clark Lytle Geduldig & Cranford a proposé à l’Association des banques américaines de monter un plan média de 850.000 dollars afin de déconsidérer le mouvement Occupy Wall Street.

Ces indignés de Wall street protestent contre les financiers à l'origine de la crise, l'inégalité croissante et les défaillances des politiques, qu'ils accusent d'être soumis aux grands patrons de la finance ou des entreprises. Ils affirment représenter les aspirations de 99% des américains, arguant que 1% de la population possède l'essentiel des richesses et est constamment privilégié. Lucas Jackson / Reuters

Des lobbyistes réputés, liés aux banques, ont proposé un plan de 850.000 dollars pour attaquer le mouvement Occupy Wall Street(OWS) et les hommes politiques qui lui seraient favorables, a rapporté samedi la chaîne de télévision américaine MSNBC. Dans un mémo de quatre pages, la firme de Washington Clark Lytle Geduldig & Cranford (CLGC) propose à l’Association des banques américaines (ABA) de mener une « recherche » sur Occupy Wall Street pour « construire un récit négatif » sur le mouvement, « à placer dans les médias », ainsi que sur « ceux qui les soutiennent », selon ce mémo publié par MSNBC. Si les démocrates soutiennent OWS, « cela voudrait dire davantage qu’une gêne passagère pour Wall Street. Cela peut avoir un impact de très longue durée, politique et financier, pour les compagnies au coeur » de Wall Street, ajoute ce mémo.

« C’est peut-être facile de rejeter OWS comme un groupe de manifestants désordonnés mais ils ont démontré qu’ils devaient plutôt être traités comme des concurrents organisés, très habiles et capables de travailler les médias. Pour contrer cela, nous devons faire de même », écrit CLGC qui s’inquiète également d’un possible terrain d’entente entre le Tea Party et Occupy Wall Street, qui pourrait devenir « explosif ».

Deux des associés de CLGC travaillaient précédemment pour John Boehner, le républicain président de la chambre des représentants, selon MSNBC. Un porte-parole de l’ABA a confirmé avoir reçu ce mémo. « Nous ne l’avions pas demandé et nous avons décidé de ne pas y donner suite », a-t-il précisé à « Up w/Chris Hayes », l’émission de MSNBC qui en a fait état.

Le mouvement Occupy Wall Street, né il y a deux mois à New York, dénonce la cupidité du monde de la finance et les 1% les plus riches. Un an avant les élections présidentielles et législatives, il assure vouloir rester indépendant.

 source  actualutte


_________________________

 

La Défense après son évacuation, la nuit 17-18 décembre 2011

 


La Défense après évacuation, vendredi 16 décembre.
La Défense après évacuation, vendredi 16 décembre. Photo @Meriadeck


_____________________________________

Les Indignés forcés à quitter La Défense


C'est l'une des plus longues manifestations de La Défense. Cela faisait six semaines qu'ils occupaient le Parvis de La Défense. Arrivés le vendredi 4 novembre 2011 vers 17h , à plus de 400 Indignés, ils avaient posé leurs "cartons" au pied de la Grande Arche. Dès le premier soir les forces de l'ordre avaient confisqué une trentaine de tentes, ce qui avait contraint les Indignés à dormir sans réelle protection. Le camp , s'était au fil des semaines considérablement réduit passant ainsi de 200 Indignés la première nuit à moins de 30 pour la dernière.

L'interdiction de l'usage des  tentes mais aussi de la construction de cabanes et l'usage de différents matériaux comme des palettes, cartons, matelas,... avaient découragé bon nombre des Indignés mais avait aussi suscité des discordes et tensions au sein du camp. La présence de "perturbateurs", les conditions climatiques hivernales,...ont contribué à la démobilisation. 

 

C'est dès 6h du matin, le vendredi 16 décembre 2011, que les forces de l'ordre ont procédé à l'évacuation du camp où dormaient onze indignés sous des bâches accrochées entre des  barrières et le sol, mais également des vingt autres qui avaient élu domicile depuis quelques jours dans une sortie de secours des Quatre Temps située entre le Mc Donald's et le Pizza del Arte.

 

La décision prise par le préfet des Hauts-de-Seine, Pierre-André Peyvel a été justifiée par la demande d'expulsion d'Unibail-Rodamco pour l'occupation illégale de la sortie de secours de son centre commercial des Quatre Temps, la rendant difficilement utilisable en cas d'accident, surtout en cette période de forte affluence liée aux fêtes de fin d'année. L'alerte orange émise par Météo-France pour la tempête "Joachim" -qui n'a fait aucun dégât à La Défense- a également été un élément déclencheur de cette décision.

Lors de l'évacuation du camp qui s’est faite dans le calme et sans incident, explique la préfecture, un jeune garçon de 16 ans en fugue a été pris en charge par la police, et une femme espagnole en pleine crise de nerfs à été conduite par les pompiers dans un milieu hospitalier explique la préfecture des Hauts-de-Seine. Les affaires personnelles confisquées lors de l'évacuation seront restituées à leur propriétaire au commissariat de La Défense assure-t-on à la préfecture.

Les Indignés ont été reconduits dans le RER A vers 8h par les forces de l'ordre et invités à quitter La Défense. Mais une vingtaine de personnes ont été interpellées plus tard dans la matinée, après une tentative d’occupation de la Maison de l’architecture de Nanterre qui a cette fois- ci échoué, puis ont été rapidement relâchés dans l'après-midi .

Defacto l'établissement en charge de la gestion de La Défense n'a pas tardé à effacer toutes traces de ces six semaines d'occupation en envoyant des équipes de nettoyage de sa société prestataire Gom propreté. Depuis tout est passé aux nettoyage :  les dalles au karcher, les panneaux placardés d'affiches et de cartons enlevés, les barrières disparues,... plus rien ne laisse imaginer que des centaines de personnes se sont relayées pendant plus de 42 jours et autant  de nuits. 

Les forces de l'ordre présentes 24h sur 24 depuis le début de l'occupation des Indignés resteront en place, d'une part pour assurer la sécurité de La Défense en cette période de fêtes mais aussi pour éviter la réinstallation des Indignés qui promettent déjà de revenir dans les prochaines semaines sur le site de La Défense.

source : defense


            ___________________________________________________

Point de vue

L’échec des indignés de France illustré par leurs pancartes


 

On ne les voit plus et puis ils sont à nouveau là. Les Indignés disparaissent régulièrement de la scène médiatique, mais ils ne sont pas prêts à se dissoudre et on risque de les voir un moment, tant que durera la crise (financière et politique).

 

Depuis le vendredi 4 novembre, ils campent sur le parvis de la Défense. Revenus de Bruxelles où ils ont porté des doléances comme aux temps des Etats Généraux, ils tentent de mobiliser encore une fois le peuple français. Malheureusement, la mobilisation est à la hauteur du piètre campement de la Défense : imprévisible, quand ce n'est pas invisible.

 

Sur place, peu de choses à apprendre pour celui qui aurait déjà suivi le mouvement, juste à glaner quelques slogans inscrits sur les cartons délimitant le camp. A partir de ces pancartes posées au sol, on est revenu sur ce mouvement qui ne meurt pas.

 

Qui sont les Indignés ? Que dénoncent-ils ? Quelles sont leurs faiblesses ? Et que peut-on espérer de ce mouvement de révolte ?

 

Voir le diaporama : Le mouvement indigné en 11 pancartes

 

     source societe

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : thala solidaire.over-blog.com
  • : ThalaSolidaire est dédié à la ville de Thala, ville phare de la Révolution tunisienne. Thala est une petite agglomération du centre-ouest de la Tunisie. Elle est connue pour son histoire antique, ses sources, ses carrières de marbre, devenues une sorte de tragédie écologique et économique, sa résistance et sa misère. Thala solidaire a pour objectif de rassembler toutes les voix INDIGNÉES pour donner à cette terre ainsi qu'à toutes autres terres un droit à la vie et à la dignité…
  • Contact

Recherche

Vidéos

Catégories