Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 décembre 2011 6 24 /12 /décembre /2011 02:31

Marzouki dément la rumeur de son futur mariage avec Sihem Badi


Le président de la république dément la rumeur relative à son prochain mariage avec la ministre de la Femme du nouveau gouvernement. «Hkaya fergha» (Une histoire bidon), dit-il.


Pour faire du buzz et vendre n’importe quoi, certains collègues cherchent le sensuel et publient de l’intox. Une manière de broyer du vent et de vendre du mensonge, aux dépens des victimes des ragots.

Depuis, deux jours, ces confrères, citant «une source officielle», ont affirmé que Moncef Marzouki «est allé à Deguèche pour demander la main de sa future épouse», qui n’est autre que Sihem Badi, la ministre de la Femme (et ancienne militante du Cpr en France).

Dès l’annonce de cette vraie fausse information sur les réseaux sociaux, les internautes se sont déchaînés pour balancer n’importe quoi : des photos pendant la campagne électorale où M. Marzouki et Sihem Badi étaient côte-à-côte. Quant aux commentaires, c’est vraiment le délire total. Et on imagine le niveau.

M. Marzouki avait, bien sûr, d’autres chats à fouetter pour le moment. Sa visite dans le sud tunisien, c’était pour rassurer les habitants de ces régions déshéritées où sévissent le chômage et la pauvreté.

Au cours de cette tournée dans plusieurs villes et villages, M. Marzouki a discuté avec les réfugiés des camps et les populations locales et  inauguré, mercredi, le 44ème Festival du Sahara à Douz. Il n’y avait pas, dans son programme, une cérémonie de demande en mariage. L’intéressé, en tout cas, dément catégoriquement.

Jusqu’où peut tomber le journalisme dans ce pays ? Nul ne saurait le dire. Pour le moment, on est dans le trou et on continue de creuser.

Notre pays, qui traverse une période transitoire pleine de difficultés, mérite mieux.

source kapitalis.

 

________________________________________

En attente de papiers, un Tunisien gay vit la peur au ventre 

 

Arrivé en Gironde en 2007 et pacsé avec son amoureux, français, Achraf demande sa régularisation depuis l’été dernier. Aujourd’hui, il n’a pas de papiers qui lui permettent de séjourner légalement en France et son retour en Tunisie constitue un risque. Il témoigne.

 

Ashraf / Bordeaux

Photo par Matthieu Bouthier pour TÊTU.

 

Il y a quatre mois, Achraf, Tunisien de 24 ans (à gauche sur la photo), déposait une demande de régularisation auprès de la préfecture de la Gironde. Pacsé avec son compagnon français (à droite), il témoigne aujourd’hui au grand jour, faisant le choix courageux de donner un visage à la situation complexe que vivent souvent les jeunes immigrés qui ont choisi la France pour fuir la persécution des homosexuels et dont la régularisation relève du parcours du combattant.


«Je suis arrivé en France en 2007, à la faveur d’un visa étudiant. En toute régularité, donc. J’avais à l’époque choisi de venir à Bordeaux pour étudier l’architecture. Mais surtout, je voulais fuir la Tunisie, la terre de mon enfance. Ce pays où ma famille, une fois mon homosexualité révélée, a choisi de couper toute relation avec moi. De m’abandonner. Ce même pays où intimidations et violences ont rendu ma vie quotidienne d’homo insupportable. Ce même pays où quatre barbus ont tenté, une nuit, de me faire renoncer à mon orientation sexuelle, en me séquestrant, un couteau sous la gorge...», commence-t-il.

 

Pacsé depuis l’été dernier

 
En 2007, Achraf faisait donc route vers la France, «ce pays qui fait rêver les jeunes gay du Maghreb, avec son image d’Eldorado homo alimentée par la télé et l’internet». Sur place, il mesure l'énorme distance qui existe entre son rêve naïf et la réalité. «Quatre mois après la rentrée universitaire, j’ai dû me rendre à l’évidence et abandonner mes études. Je n’avais pas de ressources, pas de logement fixe, j’ai renoncé à l’architecture et cherché un petit boulot. Pour survivre, j'ai trouvé un job de caissier dans un club gay. Puis, en mars 2009, j’ai rencontré Olivier, mon copain. C’était sérieux, j’ai préféré changer de travail et prospecter dans la restauration. Des patrons m’ont fait confiance et m’ont embauché. Au black, j’ai commencé à la plonge, j’ai bossé, progressé et gagné mes galons en tant que responsable du chaud en cuisine... Malheureusement, j'étais toujours sans papiers. Même plus étudiant, pas vraiment salarié, je n’étais pas en mesure de solliciter et d’espérer un titre de séjour de longue durée...»

 

Soutenu par son compagnon, Achraf entame alors les démarches nécessaires à sa régularisation, l'été dernier. En parallèle, les amoureux se pacsent. D'abord par amour, mais aussi sans doute, pour faciliter l’obtention d’un visa… Car si la conclusion d'un pacs n'entraîne en aucun cas l'acceptation d’un dossier de régularisation de manière automatique, elle constitue en tout cas un élément favorable d'appréciation des liens personnels en France au titre de «la vie privée et familiale»… Pour l’heure, la demande de papiers d’Achraf reste sans réponse.

 

Trois ans d’emprisonnement

 
«Et c’est là tout le problème de mon client, poursuit maître Landète, le conseil d’Achraf. Il n’a en effet pas de papiers qui lui permettent de séjourner légalement en France et son retour en Tunisie constitue un risque. En effet, il faut savoir que lorsqu’il s’est pacsé, Achraf a motivé sa demande de titre de séjour en prenant une position claire sur la question de sa sexualité. Ce qui l’expose, en cas de retour dans son pays natal, à de graves conséquences. En Tunisie, l’homosexualité masculine est réprimée, selon l’article 230 du code pénal, par trois ans d’emprisonnement. Sans réponse claire de la préfecture à la demande de mon client déposée le 11 août dernier (la préfecture a quatre mois pour statuer, NDLR), j’envisage de saisir le tribunal administratif.»

 

Achraf attend donc la décision qui pourra lui permettre d'obtenir le précieux titre de séjour, chaque jour, la peur au ventre. Peur d'un contrôle d'identité, qui serait suivi d'un retour forcé en Tunisie, où la victoire du parti islamiste Ennahda semble avoir encore davantage fragilisé la situation des homos. «J'étais juste venu chercher en France une vie normale…», souffle Achraf.



Partager cet article

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Tunisie_ Amazighs_ Minorités
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : thala solidaire.over-blog.com
  •  thala solidaire.over-blog.com
  • : ThalaSolidaire est dédié à la ville de Thala, ville phare de la Révolution tunisienne. Thala est une petite agglomération du centre-ouest de la Tunisie. Elle est connue pour son histoire antique, ses sources, ses carrières de marbre, devenues une sorte de tragédie écologique et économique, sa résistance et sa misère. Thala solidaire a pour objectif de rassembler toutes les voix INDIGNÉES pour donner à cette terre ainsi qu'à toutes autres terres un droit à la vie et à la dignité…
  • Contact

Recherche

Vidéos

Catégories