Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 janvier 2013 2 22 /01 /janvier /2013 20:23

 

L’avant-projet de Constitution « prépare les conditions d’un blocage »

Depuis le 16 janvier, l’Assemblée constituante débat de l’avant-projet de Constitution élaboré par les différentes commissions. Le texte qui doit institutionnaliser les acquis démocratiques de l’après 14 janvier inclut de nombreuses garanties pour pour les libertés, mais soulève pourtant de nombreuses critiques.

Les limites à la liberté d’expression n’ont finalement pas été retenues et la notion très controversée de complémentarité entre hommes et femmes ne figure plus dans le texte.

Mais plusieurs points font encore polémique. Entre autres :

  • L’article 15 qui accorde aux traités internationaux, une valeur inférieure à la Constitution, et pourrait remettre en question le respect par la Tunisie des traités qu’elle a ratifiés.
  • L’article 16 qui laisse la possibilité à la peine de mort
  • L’article 95 qui ouvre la possibilité à l’Etat d’autoriser des groupes armés privés (le projet d’article a été révisé le 21 janvier).

Par ailleurs, les contours du futur régime sont encore incertains. Zied Laadhari (Ennadha), vice-président de la Commission des pouvoirs exécutifs et législatifs reconnaît  :

« Je n’hésite pas à parler d’échec. La méthode choisie ne nous a pas permis d’avoir un débat général sur le type de régime que nous voulions. Faute d’avoir eu ce débat avant, nous avons dû le recommencer pour chaque article, et aboutir à des compromis en fonction de majorités variables.

Le résultat est un texte inabouti et incohérent sur la question du régime politique.  »

En un an, c’était infaisable

La procédure elle-même semble s’éterniser. L’Assemblée constituante vient de commencer son premier débat en plénière sur la Constitution, mais ils s’agit d’une discussion sur chaque partie, sans vote. Il faudra encore intégrer les contributions de la consultation nationale tenue depuis mi-décembre auprès de la population, avant d’élaborer en commissions une nouvelle mouture du projet qui sera ensuite discutée article par article en séance plénière.

Selon Amira Yahyaoui, l’une des fondatrices de l’association Al Bawsala qui anime un observatoire de la Constituante (Marsad), le délai d’un an n’était pas réaliste :

«  C’était une erreur de faire croire aux Tunisiens que l’on pouvait rédiger la Constitution dans un délai aussi court dès lors qu’il s’agit d’une assemblée élue. Elle est à l’image de la société, elle n’a pas de base juridique, pas de culture politique. Or, elle doit voter des choses aussi technique le budget de l’Etat. C’est normal que tout cela prenne du temps.

Mais plus on prend du temps pour rédiger le texte, plus la société civile bouge, et plus le contenu s’améliore.  »

L’esprit comptera plus que le texte

Kais Saied, professeur de Droit constitutionnel, l’une des références dans la débat tunisien, émet un avis très mitigé sur cette première du version du texte. Entretien.

http://blogs.rue89.com/sites/blogs/files/styles/asset_img_full/public/assets/image/2013/01/_dsc6332.jpg

Kais Saied, professeur de Droit constitutionnel (Thierry Brésillon)

Rue89 : Comment évaluer le texte dans son ensemble  ?

Kais Saied : Les constituants ont voulu traiter de trop de sujets, comme si la Constitution était la solution à tous les problèmes, et ce n’est pas très réussi. Une Constitution devrait s’en tenir aux grands principes et laisser au législateur le soin de les appliquer.

Mais dans le contexte politique très polarisé du moment, chaque camp veut sécuriser ses positions. Malgré tout, certains problèmes de fond demeurent, comme sur le droit à la vie et la peine de mort, ou la liberté religieuse… Et les compromis plus ou moins clairs élaborés en commission vont être à nouveau débattus en plénière. Nous sommes encore à la case départ.

Quels sont les contours du futur régime politique ?

Le principe retenu, c’est un régime parlementaire avec un chef de l’Etat élu au suffrage universel, doté de prérogatives fortes.

Mais à ce stade, le texte n’a pas tranché sur le rôle du président de la République (arbitre, co-décideur avec le Premier ministre ou détenteur de pouvoirs propres). L’avant-projet contient plusieurs versions du même article et certains compromis sont intenables. Il est prévu, par exemple, que ce soit le chef de l’Etat ou le Premier ministre qui préside le conseil des ministres selon que l’ordre du jour porte sur les sujets de compétence de l’un ou de l’autre (article 78). Que fera-t-on quand l’ordre de jour portera sur des sujets qui sont de la compétence de deux ?

Le chef de l’Etat est le chef suprême des forces de police. C’est une innovation. Pourquoi ne pas dire qu’il dispose de l’administration  ?

En fait, les constituants ont fait du sur-mesure comme si les dirigeants en place allaient rester pour toujours. La répartition des pouvoirs a été déterminée par des enjeux de circonstance. Ce texte crée les conditions d’un blocage.

La relation entre l’Etat et la religion est-elle claire ?

Ennahdha a renoncé à mentionner la charia et conservé la formulation de l’article 1er de la Constitution de 1959, qui stipule que la religion de la Tunisie est l’islam. C’est une formulation volontairement ambivalente entre le constat identitaire et la proclamation de l’islam comme religion d’Etat.

En revanche, l’article 148 prévoit que la révision ne peut pas remettre en question l’islam comme religion de l’Etat. Or, dans l’esprit des députés islamistes, « Religion de l’Etat » signifie bien que le droit positif ne peut pas aller à l’encontre de la charia.

La Tunisie a vécu avec l’ambivalence de l’article 1er depuis plus de 50 ans. La pression est forte pour en sortir. Mais ce débat risque de mener le processus constitutionnel dans l’impasse. Il serait plus sage de trouver un terrain d’entente et de laisser les législateurs et les juges régler ces questions au cas par cas.

Dans le contexte politique actuel, nous n’avons pas la possibilité de trancher cette question. Les deux camps doivent faire cette concession d’admettre qu’il est préférable de maintenir l’ambigüité.

Par ailleurs, Il est précisé dans l’article 4 que les campagnes partisanes sont interdites dans les mosquées et les lieux de culte. Mais quelle est la frontière entre le politique et le partisan ? Les religions ont toutes des exigences de justice et de dignité, il est difficile de ne pas évoquer des sujets d’intérêt général dans les prêches. Mais avec un parti religieux au pouvoir, c’est problématique.

L’essentiel est que l’Etat garde le contrôle des mosquées pour veiller à leur neutralité et éviter leur récupération par les franges radicales. C’est vrai que cela peut créer des tensions, mais la société civile à un rôle à jouer.

Enfin, la proposition d’un conseil islamique chargé de vérifier la conformité de la loi avec la religion a été retirée. Mais il est certain qu’elle va revenir au débat en plénière. Si la proposition devait être retenue, il faudrait voir quelles seraient ses attributions.

La ligne rouge, c’est le contrôle de la loi, a priori ou a posteriori. Cela remettrait en cause le principe fondamental de la souveraineté du peuple. Au maximum, un tel conseil pourrait émettre un avis consultatif. Mais les relations entre les institutions entre les textes ne sont pas déterminées que par les textes.

Le champ des libertés va-t-il progresser grâce à ce texte ?

C’est difficile à dire. L’avant-projet inclus désormais les droits économiques et sociaux, en ce sens il y a un progrès. Mais un texte c’est d’abord un esprit. Or l’esprit général est marqué par l’ambigüité.

Pour l’instant, le débat semble dominé par le désaccord central entre universalité des droits de l’Homme et particularisme culturel avec le respect de l’identité, défendue notamment par Ennahdha. Même s’il existe certainement des positions divergentes au sein du parti, les structures du parti ont décidé d’adopter cette position.

Les débats actuels sont les mêmes que la Tunisie a connu entre 1956 et 1959, mais avec plus d’acuité et, à l’époque, Bourguiba a pesé dans le sens d’un dépassement de la tradition. Les droits et libertés étaient déjà dans la Constitution de 1959.

Le paradoxe, c’est qu’avec lecture moderne des droits de l’homme, le régime a instauré une dictature dans lesquels ils n’étaient pas respectés. A l’inverse, il possible qu’un Etat moins fort, même avec une lecture plus ambiguë, soit plus protecteur pour les droits et libertés. L’interprétation du texte, et notamment la lecture de l’article 1er dans l’application du droit, sera plus déterminante que la lettre de la Constitution.

La nature démocratique du régime sera-t-elle durablement établie grâce à ce texte ?

Le véritable caractère démocratique d’un régime ne réside pas dans la Constitution, mais l’acceptation de chacun de cohabiter avec l’autre et dans l’intériorisation des valeurs. On ne bâtit pas un régime démocratique sans en accepter profondément les valeurs.

Le problème est qu’aujourd’hui les principales forces ont le sentiment d’être engagées dans une bataille existentielle. La démocratie est en danger si chacun pense qu’une échéance électorale décide de sa vie ou de sa mort politique. On peut craindre que cela ouvre la porte à des comportements extrêmes, de part et d’autre.

La plupart des Tunisiens n’ont rien à voir avec ces querelles. Il faut garder à l’esprit que les dynamiques profondes de ce pays ne seront pas remises en question. C’est un pays modéré et ouvert par son passé et sa géographie. Ni un texte, ni des élections ne pourront changer le cours de l’histoire ni changer la place de la Tunisie au cœur de la Méditerranée. rue89

______________________________________________________________________________________

 Les vulnérabilités de la Constitution selon le Parti Pirate

 

http://mag14.com/images/stories/2013/Janvier/partipirate-tunisie.jpgLe Parti Pirate a scanné le dernier brouillon de la Constitution publié par l’Assemblée Nationale Constituante. Et voici qu’il affirme avoir décelé pas moins de 80 articles défectueux sur les 149 qui constituent la Constitution. Il précise dans un communiqué diffusé ce mardi 22 janvier, que «parmi les articles défectueux 25 font référence à la loi commune, ce qui reproduit l’une des failles majeures de l’ancienne constitution». Gare aux chevaux de Troie !

Voici les principales recommandations du Parti Pirate pour éviter que des virus n’infectent la Constitution tunisienne.

Pourquoi la Constitution ne doit pas faire référence à la loi?

  1. Parce qu’une loi peut changer. Et la loi référencée par la constitution adopte un caractère constitutionnel a priori. En d’autres termes, un tribunal constitutionnel aura du mal a statuer sur ce genre de lois, puisqu’elles sont bénies par la Constitution. La Constitution s’en trouve affaiblie.
  2. Parce qu’il n’y a pas besoin. Tous les articles de la constitution peuvent être précisés par des lois sans qu’il y ait besoin que la constitution y fasse référence à priori. Le texte de la constitution doit être autonome mais n’a pas besoin de tout préciser.

Autres défauts majeurs :

  • Les députés ne représentent plus le peuple. Le terme “représenter” a été évincé de tout le texte. Et du nom même du parlement qui passe de “parlement des représentants” à “parlement du peuple”.
  • Certains Articles disent qu’on ne peut pas changer certains autres Articles. Ces articles eux-mêmes peuvent changer

Art. 16 : Le droit a la vie n’est pas absolu, il est limité par la loi
Art. 18 : Le droit à la vie privée peut être retiré sans l’intervention d’un juge
Art. 35 : Les citoyens qui n’ont pas de revenu sont obligés de payer des taxes
Art. 37 : L’Etat garantit l’égalité des chances entre femme et homme uniquement pour les obligations pas pour les droits
Art. 53 : On ne peut pas poursuivre un député pour ce qu’il a fait pendant son mandat même pas après son mandat s’il arrive a justifier qu’il était dans l’exercice de son travail
Art. 56 : Permet au parlement de déléguer son pouvoir au Premier Ministre. Sans préciser dans quel cas
Art. 90 : L’assemblée ne peux pas interroger le gouvernement
Art. 95 : Le militaire ou le policier est protégé qu’il choisisse d’appliquer les ordres (illégitimes) ou de ne pas les appliquer
َArt. 118 : La cour constitutionnelle n’est pas indépendante. Elle est faite de 4 membres proposés par le président, les autres 20 membres sont directement ou indirectement issus de la majorité du parlement
Art. 127 : Commission élections élue par le parlement pour 6 ans alors que le parlement est élu pour 4 ans. Ils veulent s’assurer les prochaines élections?
Art. 132 : Référence à la loi dans les subdivisions du territoire. Un parti peut subdiviser le pays en regions qui lui sont favorables pour garder ses sièges
Art 144 : Il n’ y a pas de possibilité de pétition pour changer la constitution.

Dans ce contexte, le Parti Pirate recommande :

  • De supprimer simplement toutes les références à la loi (le texte reste cohérent dans tous les cas)
  • De corriger les articles défectueux quand cela est possible
  • De supprimer tous les textes qui ne trouvent pas un consensus au sein de la constituante. La constitution s’en trouvera allégée mag14

_________________________________________________________________________________

 La grève des enseignants réussie à plus de 92% selon l’UGTT

La grève des enseignants serait une réussite totale, selon les premières estimations, déclare Lassâad Yaâcoubi, secrétaire général du syndicat de l’enseignement secondaire (UGTT), sur les ondes de Shems Fm, mardi 22 janvier 2013, affirmant qu’il est possible d’atteindre un record historique à cette occasion. 

 

« Le taux de participation a dépassé toutes nos espérances et est même supérieur à celui de la grève précédente qui avait réuni 92% du corps enseignant ». Cette grève était, selon M. Yaâcoubi, un message adressé au ministre de l’Education, répondant ainsi à ses tromperies.

 

Le ministre de l’Education, Abdellatif Abid, également sur les ondes de Shems Fm, a répliqué aux déclarations de M. Yaâcoubi considérant qu’ « il n’existe pas de grève réussie et qu’une grève est, par définition, une preuve de l’échec d’un consensus ». Selon M. Abid, cette grève aurait pu être évitée si le syndicat, qu’il accuse d’avoir un agenda politique, a compris que les revendications, rejetées par le ministère, sont abusives. businessnews

 

____________________________________________________________

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Tunisie : Constituante
commenter cet article
19 janvier 2013 6 19 /01 /janvier /2013 02:22

«Le texte de la constitution est complètement miné», s'insurge Samia Abbou

Samia Abbou, députée du Congrès pour la République (CpR) estime que le projet de constitution est dangereux et pourrait autoriser de couper les mains et les coups de fouets. Vidéo.

L'élue du CpR, parti allié du parti islamiste Ennahdha dans la coalition gouvernementale, a critiqué le projet de la constitution qui, selon elle, est complètement miné.

«Dites ce que vous voulez de moi, que je suis athée ou peu importe, mais ce texte de constitution est dangereux. Il autorise de couper les mains des voleurs et de fouetter celui qui boit un verre de vin», s'est-elle exclamée, en s'adressant aux députés d'Ennahdha.

Depuis quelques semaines, les juristes ne cessent de critiquer le projet de constitution, fait, selon eux, sur mesure par Ennahdha et les islamistes. Et qui tourne le dos aux principes universels de droits de l'homme. Certains députés parlent même ouvertement de falsification, car il ne trouve dans le document les textes qu'ils avaient élaborés en commission.kapitalis

 
_______________________________________________________________

________________________________________________________________________

La députée Najiba Berioul appelle à la criminalisation de l’avortement dans la Constitution

Alors que se poursuit à l’Assemblée nationale constituante, aujourd’hui, vendredi 18 janvier 2013, le débat sur le chapitre « droits et libertés » de l’avant-projet de la Constitution, la députée d’Ennahdha, Najiba Berioul, a appelé à inclure la criminalisation de l’avortement dans la nouvelle Constitution.

Critiquant l’avant-projet de la Constitution qui, selon elle, « ne mentionne pas toutes les libertés », Mme Berioul a souhaité apporter quelques rectifications en ajoutant certains droits et libertés tels que « le droit du fœtus à la vie » et la criminalisation de l’avortement. Elle a également appelé, entre autres, à garantir la liberté du culte dans les établissements scolaires, économiques et de santé. « Un droit dont, selon elle, nous avons auparavant été privés et qui devrait être garanti à chaque tunisien, sans que cela n’affecte son travail ». businessnews     Vidéo

 

________________________________________________________________

Compte rendu de la journée de lecture de l'avant projet de constitution tunisienne

Lecture de l'avant-projet de constitution Récapitulatif de Mon Massir (modifié par Sami Ben Sassi)

 

Tunis, Bibliothèque nationale,  15  janvier 2013 .

Lecture de l'avant projet de constitution tunisienne organisée par l'association tunisienne de droit constitutionnel et l'association pour la recherche sur la transition démocratique.

 

Première séance présidée par Habib Khedher

 

M.Farhat Horchani rappelle qu'une première lecture du projet de brouillon avait été effectuée en aout 2012. Aujourd'hui sera une journée d'études. Les critiques essayeront d'être constructives pour essayer d'avoir une constitution qui réponde le plus possible aux attentes des tunisiens. Il rappelle que les élus ne dont pas des experts en droit.

 

Yadh Ben Achour

Aujourd'hui tous parlent au nom de la révolution, même ceux qui portent un projet inverse à la révolution. Au sein même de l'ANC, il y en a qui vont contre la révolution. L'ANC n'a pas respecté les objectifs de la révolution qui étaient la démocratie, la liberté, les droits de l'Homme...

 

Le préambule aurait du rappeler ces objectifs et relater l'histoire constitutionnelle de la Tunisie Il aurait du être fait mention que la révolution est une révolution de liberté

 

Dans le préambule on nous dit que l'objectif est de construire un État civil. Mais que signifie civil ici? En plus, on ne retrouve pas ce caractère civil dans la constitution. On garde l'art 1 de la constitution de 1959, mais on oublie que pendant plus de 50ans la Tunisie a été civile. En plus, l'art 148 introduit deux contradictions.

 

Art 148: que signifie l'Islam religion de l’État? Cela veut-il dire application de la chariaa? Et si demain majorité qui veut appliquer la chariia wahabite? Et si cette majorité voulait abolir le CSP? Et si cette majorité voulait rétablir la dhimmitude? Et si elle voulait rétablir certains houdoud?  etc...

 

Si cet art est voté, cela sera la contre révolution. Pour éviter cela il faut ajouter à l'art 1: Dawla madanya et changer l'art 148.

 

En ce qui concerne la liberté de conscience : Ce projet est meilleur que le premier projet. Il pourrait être un meilleur point de départ mais il faut l’améliorer Art 4 art 36 Le projet dit que la liberté de religion existe, que l’État veille sur la religion... MAIS il manque la liberté de conscience qui n'existe pas La liberté de penser et la liberté de conscience doivent être garanties sinon aucun respect de la révolution.

 

 

Il faut absolument ajouter la liberté de conscience. Ce qui permet à toute personne de faire ses propres choix, comme de choisir sa propre religion, de choisir de croire ou de ne pas croire....

 

Certains  élus ont refusé l’universalité des droits de l'Homme à cause art 18 de la Déclaration universelle des droits de l'homme qui donne cette liberté de conscience.  Article 18: Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction seule ou en commun, tant en public qu'en privé, par l'enseignement, les pratiques, le culte et l'accomplissement des rites.

 

En conclusion , ce projet sous cette forme va faire en sorte que la chariaa soit appliquée. Les libertés sont donc menacées et la dictature religieuse va pouvoir s'imposer.

 

Préambule, principes généraux et droits et libertés : Slim Laghmani

 

Nous avons un projet de constitution et il va falloir œuvrer à l’améliorer

 

Dans le préambule, il y a des points positifs, surtout amélioration par rapport au premier projet Enumération des améliorations.

 

Mais il y a des problèmes dans la  forme et le fond.

Concernant la forme, le classement est encore mal fait, aussi bien par chapitres que par articles, il y a des confusions entre les droits et les libertés, il énonce toutes les erreurs, confusions et  répétitions.

 

Quant au fond:

-il y a un refus de se référer aux droits de l'Homme Universels. Pourquoi ne pas alors mentionner les conventions déjà ratifiées par la Tunisie?

-Concernant « thawabet al islam », le concept est très évasif et laisse la possibilité à toutes les interprétations pouvant être source de dérives. Quelle sont les « Thawabet » ?  Celles de la sunna? De la chiaa? Celle des wahabite? etc...

-La notion de tadafoo doit être être remplacée par tanafoss.

- Art 4: comment faire pour la neutralité des mosquées?

-Art 5: l'égalité devant la loi est un droit civil et non un droit du citoyen. Il faudrait  préciser l’égalité DANS la loi

 -Art 15: il n'est pas question de ne pas respecter les conventions ratifiées

 

- La liberté de circulation est un droit de l'homme.

-Dans constitution 1959: pas d’extradition des réfugiés et surtout pas d'extradition des nationaux. A remettre obligatoirement.

 

- Dans la constitution de 1959, il y avait un problème qui a permit la dictature: la constitution donnait des droits mais avec contrôle du législateur. A éviter dans la nouvelle constitution. 

 

- Il faut ajouter dans la nouvelle constitution les seules limites, et énoncer les droits intangibles qu'on ne peut limiter

 

L'Etat civil : Ghazi Gherairi (Dawla madanya)

 

-Depuis l'indépendance la Tunisie est civile et est même le seul pays arabe civil. Je n'ai pas le temps de raconter l'historique de la rédaction de la constitution 1959.

 

-Le parti Ennahdha avait rassurée avant les élections sur la dawla madanya. Or dans ce texte, elle n'est pas garantie. -La madanya se base sur la volonté du peuple donc le droit positif.

 

-Dans ce projet, il y a contradictions et confusions concernant le concept de « dawla  madanya ». -Par rapport à 1959, il y a au moins mention de la madanya et on trouve cela dans préambule. MAIS c'est juste un objectif pas un principe. Or cela fait environ 60 ans que nous vivons dans un État civil. Comment donc parler d'un objectif pour l'avenir? Nous sommes actuellement un État civil et nous devons le rester. Il faut donc l'affirmer comme un fait acquis et pas en faire un objectif. -Art 148 dit que la religion de l’État est l'Islam -Art 95 permet de créer des entités parallèles armées.

 

-Le préambule parle de «  thawabet al islam ». C'est une affirmation et pas un objectif. -S'inspirer de l'Islam, on est d’accord, mais le peule doit rester seul maître de son droit positif.

 

-Art 4: l’État protège-t-il une religion ou toutes les religions? Si une religion, donc uniquement l’islam?

 

- Si jamais un Conseil Islamique est constitué, ce conseil ne sera pas élu par le peuple or ses décisions s'imposeront aux élus du peuple, ne serait ce pas une manière d'usurper la volonté de ce peuple?

 

Le droit international dans la constitution : Farhat Horchani

 

- Ce projet présente des points positifs, mais il y a un quiproquo.

-Les élus n'ont apparemment pas compris ce qu'est le droit international, qui protège les États mais aussi les individus.

 

-Un État de droit: cela concerne le droit interne mais aussi international -Dans le préambule, on ne se réfère pas au droit international Dernière constitution du Maroc: le Maroc s'engage à respecter les conventions internationales. Il faut que nous ajoutions un article pour faire de même. -Art 15: parle de respect des conventions qui ne sont pas contraires à cette constitution. Or il y a des conventions ratifiées AVANT cette constitution. Il faut absolument les respecter. Sinon il faut suivre les procédures pour se désengager de conventions déjà ratifiées, mais il n'est pas possible de simplement les ignorer.

 

-Art 62 : la réciprocité n'est parfois pas possible entre les états et pose des problèmes innombrables.

 

-On parle de promulgation des conventions, c'est une procédure qui n'existe pas. Les conventions ratifiées s'appliquent dès la ratification.

 

DEBAT

 

-Raja Ben Slama (s'adressant à Habib Khedher) J'espère que la commission de coordination prendra en considération les diverses remarques et critiques. Toutes les discussions qui ont lieu actuellement sont positives. Aujourd'hui nous prenons en main notre destin, pas comme du temps de Ben Ali qui prenait seul les décisions. Mais nous avons remarqué que la commission de coordination déforme parfois la volonté des commissions. Par ailleurs, Ennahdha se dit pour une Dawla madania, est ce que vos bases savent cela?

 

-Un homme On voit qu'il y a en Tunisie deux courants, ceux qui veulent un État moderne et ceux qui veulent un État selon modèle de 9oraich (Kouraich). Prenez en compte svp l'avis des experts pour aller de l'avant.

 

-Un homme l’art 148 est la volonté d’Ennahdha d'instaurer État théocratique. Il faut donc insister sur caractère civil État -Sana Ben Achour Je reviens sur l'histoire des conventions internationales. (S'adressant à Habib KhedherJ’espère me tromper mais j'ai entendu dire que vous aviez dit que vous refusiez les conventions internationales à cause du sujet de l'homosexualité. Vous voulez faire peur aux gens en soulevant ce genre de sujets. Par ailleurs est ce que l'homosexualité existe ou pas? On veut continuer à nier des réalités ? Il faut juste savoir comment faire face à ces situations et éviter les violences envers tous les tunisiens sans discrimination aucune.

 

-Une dame Art 15: comment voulez vous ne pas respecter les conventions internationales ratifiées par la TunisieQuelles sont les conventions que vous refusez?

 

-Hafidha Chekir Il faut mettre  « Aahd tounes lel houkouk wal horriete » dans constitution.Concernant les droits des femmes, pourquoi ne pas avoir parlé de parité?

 

-Noura Borsali Il faut insister sur civilité de l'État. Comment allez vous garantir cette civilité? Al Azhar a donné une signification à la civilité de l'Etat mais l'a soumise à la chariaa Dans constitution Maroc la mention civile a été supprimée suite pression des islamistes. Comment la garantir en Tunisie? -Massir :  allez vous tenir compte de nos remarques? Par ailleurs, est ce que la commission coordination a le droit de modifier le projet, sans revenir aux autres commissions?

 

-Nizar Ben Abdelkader : Est ce que vous commencez à changer d'avis concernant les  art 15 et art 4 et droits des femmes?

 

-Un homme J'aimerais poser une question aux experts: quel est votre rôle ? Quel va être le consensus sachant « qu'un parti » n'a pas voulu signer « Aahd tounes lel houkouk wal horriete » ? Que va t il se passer concernant les demandes faites par les citoyens lors des consultations nationales? Les élus n'ont pas fait un bon travail, ils devraient laisser la place aux experts.

 

YBA: Le projet des experts a lu la révolution comme étant une révolution de la liberté. Il propose de modifier l'art 1 en disant tounes dawla madanya.

 

Farhat Horchani : Le problème du respect des conventions internationales n'est pas technique mais politique. La Tunisie ratifiait les conventions en émettant des réserves, mais respectait les conventions.

 

Habib Khedher :

Je ne parle pas ici au nom d’Ennahdha, je suis juste ici un élu du peuple. Concernant « Aahd tounes », mon avis personnel est que ce texte peut faire peur au peuple, comme par exemple égalité des sexes qui va toucher à la question de l'héritage .

La commission de coordination : il y a un problème, certains disent qu'elle ne peut pas toucher aux propositions des autres commissions. Je ne suis pas d’accord.  Je pense qu'il faut qu'elle prenne en considération les demandes des citoyens lors des consultations nationales.

Art 15: je ne changerais pas d'avis. La constitution reste supérieure aux conventions.Concernant droits des femmes, je n'ai pas changé d'avis non plus.

Art 4 : la majorité a vote pour sa rédaction. Nous allons peut être le préciser.

Rôle des experts: l'avis de la majorité est que la plupart de nos experts ont des positions politiques, ils ne sont donc pas neutres. Nous ne pouvons pas accepter qu'ils nous imposent leurs avis. Plus tard, lorsque rédaction sera achevée, le projet sera soumis à des experts en droit et en langue arabe juste pour corriger la forme.

 

 

Deuxième séance présidée par Fadhel Moussa

 

Fadhel Moussa : Je voudrais rassurer certains, ce projet n'est pas définitif. Il sera amélioré en fonction de la logique constitutionnelle. En ce qui concerne les consultations nationales, il y a eu des remarques intéressantes et nous en tiendrons compte

 

Le pouvoir législatif : Salma Smiri

 

- Il y a un malaise: la commission n'a pas encore donné des choix définitifs concernant le pouvoir législatif. Ce sont des propositions, la commission de coordination a décidé, alors qu’elle n'en a pas le droit selon le règlement intérieur ou petite constitution ! Les propositions doivent être soumises à la plénière.

 -Il y a des répétitions, des irrégularités, des contradictions dans les divers articles.

 

-En résumé, la commission coordination a abaissé le vote des lois organiques à 50+1, au lieu des 2/3 ce qui est gravissime pour les libertés et les droits. Les lois ordinaires seront votées au 1/3, c’est à dire que si on prend l’exemple  de l’ANC aujourd'hui il suffirait de 73 voix pour changer des lois essentielles ! -Problème concernant l’immunité des parlementaires qui n’est pas acceptable.

 

Le pouvoir exécutif Amine Mahfoudh 

 

-Ce projet est juste un assemblage d'idées. Il y a une vingtaine d'articles qui ne sont que des propositions. Le problème est que les partis politiques n'oublient pas leurs clivages. Il faut penser aux mécanismes, or certains partis veulent une constitution en fonction de leur avenir politique et pas pour tous les tunisiens. -Après la révolution, il fait juste penser à instaurer une démocratie et une stabilité, or ce projet menace l'unité et la stabilité du pays !

 

-Concernant la Haute Trahison, comment la définir?

-Art 68: il faut supprimer l’immunité du président. 

-Les attributions du président: quelles sont-elles?

-Par ailleurs concernant les relations étrangères, il faut qu'elles soient de la responsabilité soit du président soit du chef gouvernement et pas les deux. Le pouvoir exécutif doit avoir une seule décision commune et vous avez vu ce qui est arrivé lors de l’affaire de Mahmoud Baghdadi.

 

 

Les rapports entre les pouvoirs législatif et exécutif :  Med Salah Ben Aissa

 

-Le président république sera élu au suffrage universel, mais en contre partie, on veut restreindre ses prérogatives au profit de celles du chef du  gouvernement. -Le problème est que la commission coordination veut imposer ses propres choix.

 

-Ce projet sous entend que le président est élu, mais que le gvt provient de la majorité parlementaire.

 

-Que faire si une convention ratifiée n'est pas conforme à la constitution? Rien n'est prévu.

-En droit français par exemple, on change la constitution pour qu'elle devienne conforme aux  conventions internationales.

 

-Il y a plusieurs erreurs, irrégularités... Par ailleurs on reprend des dispositions mauvaises de l'ancienne constitution

 

-Innovation, le président république peut ne pas promulguer une loi, mais il y est obligé après un deuxième vote.

 

La défense et la sécurité : Chawki Gaddes

 

-Ce qui a changé depuis 1959, c'est que plus d'articles traitent de ce sujet. art8 concerne l’armée art4 concerne la sécurité nationale

 

Concernant la forme: double emploi, répétitions... Il y a des articles mal classés.C'est très grave de trouver la sécurité nationale classée avec le pouvoir exécutif.

Concernant le  fond -Service militaire: art 12 et 98: pourquoi les femmes ne sont pas soumises au service militaire? Si on veut égalité, pas de raison d'exclure les femmes.

 

-Art 10: Quel est l'état d'urgence ?  il faudrait la définir. Pourquoi armée ne peut pas intervenir en dehors de l’état urgence comme pour les catastrophes naturelles par exemple

 

-Art 95: permet il ou pas de constituer des milices? Oui. Avec une loi pareille, on peut donc constituer des milices. Une catégorie d'un corps professionnel peut être armée, comme la douane. Nous avons un texte qui leur permet d'avoir des armes, mais on ne peut ouvrir la porte à la création de milices par une loi aussi ambigüe.

 

La fiscalité et les finances publiques : Mootez Gargouri

 

-Énormément de lacunes à ce sujet, comme par exemple constitutionnaliser la Banque Centrale et son indépendance.

 

-Concernant la fiscalité: il faut penser à éventuellement pénaliser la fraude fiscale. Il faudrait peut être penser à priver de certains droits civiques les personnes qui ne payent pas leurs impôts, occuper de hauts postes politiques.

 

-Il faudrait aussi penser à obliger à plus de transparence, par exemple en ce qui concerne les fonctionnaires et les élus.

 

 

Pause déjeuner :

 L'impression générale est que le projet constitution est  mauvais, Ennahdha impose sa volonté et va l'imposer encore plus en faisant voter la modification de l'art 104 du règlement intérieur. Les élus de l’opposition font ce qu’ils peuvent mais ne se battent pas suffisamment. Les journalistes présents la matinée sont presque tous partis.

Un homme a fait une remarque concernant ce qui a été dit à propos de la nationalité du président de la république. D'après ce type, tous les élus ne doivent pas être bi-nationaux.

 

Un homme propose que la constitution donne la possibilité à la société civile de présenter des projets de loi. Par ailleurs il demande que l'on constitutionnalise les droits de l'opposition.

 

Une dame propose que le CSP soit constitutionnalisé comme minimum pour les droits des femmes.

 

Une dame pose la question de l'utilité de ce genre de lecture et débats puisque de toute façon , comme l'a dit Habib Khedher, l'avis des experts n'est pas pris en compte?

 

Fadhel Moussa : Constitutionnaliser les droits de opposition parlementaire est une excellente propositionIl défend la nouvelle mouture de l'art 104 du règlement intérieur. Il est d’accord pour donner plus de pouvoirs à la commission de coordination.Il pense par ailleurs que le travail des experts par la suite sera important parce qu'ils expliqueront les erreurs aux élus et corrigeront

 

Yadh Ben Achour  revient sur ce qu'avait dit Habib Kheder à propos de la non neutralité des experts. Il rappelle que les hommes de droit ne peuvent être qu'avec la liberté, la démocratie... Sauf si bien sur ils veulent être des "lèches bottes" des dirigeants. YBA  informe que cette même lecture/critique  aura lieu en février mais en langue française, avec les même intervenants.

 

 

Troisième séance présidée par Noomène Fehri 

 

 Noomène Fehri dit que ce colloque est important, mais qu'il faut en plus faire un travail de lobbying pour convaincre les gens de la justesse des remarques et des principes.Concernant les experts, Noomène Fehri considère que la manière dont Mustapha Ben Jaafar a posé la question est mauvaise et a poussé les élus à refuser le collectif des experts. Que l’intervention des experts aurait pu être acceptée si ca avait été formulée d’une manière différente.

Noomène Fehri pense que la commission de coordination devrait travailler avec les experts.Le pouvoir juridictionnel, Neji Baccouche

 

En ce qui concerne la forme, ce projet est meilleur que le premier. En ce qui concerne le fond, c'est l'inverse.

 

La justice est devenue aujourd'hui une vraie victime, surtout depuis un an. La justice doit être neutre, indépendante. Est ce le cas dans ce projet? Dans ce projet, on essaye de diminuer le pouvoir de la justice.

 

La Justice administrative : Ahmed Souab

 

Si on veut évaluer le travail du tribunal administratif (TA), on peut dire qu'il était bon. Après la révolution, le TA demanderait plus d'indépendance.

Et Il y a  régression : actuellement le TA contrôle les actes du pouvoir exécutif et dans ce projet il contrôle seulement l’administration.

 

Le projet de constitution n'est pas assez précis au sujet de certaines procédures. Il y a aussi régression par rapport au premier brouillon concernant l’ exécution des décisions de  justice administrative.

 

Absence d’immunité des juges : cela laisse porte ouverte aux menaces et aux pressions comme dans les époques passées.

En plus, on peut « remercier » les juges : Bourguiba et en Ali ne l'ont pas fait, aujourd'hui un juge du TA peut être « remercié » sans raison.

 

En fin de compte, d’après ce texte la situation de la justice administrative deviendrait meilleure sous Ben Ali qu'après la révolution, ce qui est inacceptable.

 

La justice constitutionnelle : Mounir Snoussi

 

Plusieurs contradictions dans ce projet. Mais il y a plusieurs points positifs et surtout plusieurs nouveautés intéressantes

 

La composition de la cour constitutionnelle (CC) : étant élue par le parlement, elle risque de lui rester soumise.

 

Art 117: la Cour Constitutionnelle contrôle aussi la conformité des conventions à la constitution. Et les conventions déjà ratifiées?

 

 

Point positif , un nouveau droit : les citoyens peuvent saisir la CC, mais trop de conditions. Il faudrait faciliter les procédures

 

Une dame Nous aspirions à plus de liberté. Or, on voit l'inverse qui arrive. Pourra-t-on saisir la CC contre cette constitution?

 

YBA pense que les membres de la Cour de Cassation élus par le parlement est une erreur.

 

Un élu, Faycal Jadlaoui, est intervenu et a conclu que certains ont juste la nostalgie de la constitution de 1959, raison pour laquelle ils critiquent ce projet !

YBA reprend la parole et rappelle que nous ne sommes pas à l'ANC ni sur un plateau tv et que le choix de la bibliothèque nationale est un choix symbolique pour éviter le politique et rester sur un plan académique.

 

Chafik Sarssar : les élections.

L’un des chapitres les plus importants est très léger et loin d’être détaillé.

Arrêt de la prise de notes, données à collecter. facebook

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Tunisie : Constituante
commenter cet article
16 janvier 2013 3 16 /01 /janvier /2013 04:18

La nouvelle Constitution tunisienne doit protéger pleinement les droits humains de tous


 

 

http://www.babnet.net/6/amnesty.jpgAmnesty International appelle l’Assemblée nationale constituante de Tunisie à veiller à ce que la nouvelle Constitution garantisse pleinement les droits fondamentaux et respecte les obligations qui incombent à la Tunisie au titre du droit international relatif aux droits humains.

 

Un deuxième projet de Constitution a été finalisé en décembre 2012 et doit être débattu le 13 janvier 2013. Les membres de l’Assemblée doivent saisir cette occasion d’inscrire dans le texte le plus haut niveau de protection pour les droits de tous les Tunisiens, et faire ainsi savoir qu’il n’y aura pas de retour en arrière pour les droits humains.

 

Amnesty International se félicite de ce que la version actuelle a été allégée de certaines propositions qui compromettaient l’égalité entre hommes et femmes, car elles comportaient des termes ambigus quant à la complémentarité des rôles au sein de la famille, et mettaient en péril la liberté d’expression, en érigeant en infraction les atteintes à la religion et aux « valeurs sacrées ».

 

Cependant, l’organisation demeure préoccupée par plusieurs dispositions qui ne respectent pas les principes et les normes internationales en matière de droits humains. Par exemple, la suprématie du droit international relatif aux droits humains sur le droit national est fragilisée par l’article 15 du projet actuel de Constitution. Craignant que la Tunisie ne manque à ses obligations internationales relatives aux droits humains, Amnesty International demande d’adjoindre à la Constitution une disposition reconnaissant que le pays doit respecter les droits garantis dans les traités internationaux relatifs aux droits humains qu’il a ratifiés.

 

L’article 16 du projet actuel, qui garantit le droit à la vie dans le cadre du droit tunisien, ne reconnaît pas totalement le droit à la vie, puisque la peine de mort est maintenue dans la législation tunisienne.

 

Par ailleurs, Amnesty International s’inquiète de ce que plusieurs clauses du projet sont formulées dans des termes ambigus et vagues, et que certaines garanties relatives aux droits humains ne sont pas bien définies. En 2012, la liberté d'expression et les droits des femmes ont subi de sérieux revers en Tunisie. Aussi est-il essentiel que la nouvelle Constitution tunisienne protège dûment ces droits.

 

En avril 2012, Amnesty International a soumis une communication à l’Assemblée nationale constituante, présentant des recommandations détaillées pour que la Constitution garantisse la non-discrimination, des droits fondamentaux tels que la liberté d’opinion et d’expression, la protection contre la torture et l’indépendance de la justice. Elle adresse une nouvelle fois à l’Assemblée les recommandations suivantes, déjà mises en avant au mois d’avril :

 

La non-discrimination

 

L’article 5 du projet de Constitution dispose : « Tous les citoyens, hommes et femmes, ont les mêmes droits et les mêmes devoirs. Ils sont égaux devant la loi, sans discrimination d’aucune sorte ». Or, cet article ébranle le principe de non-discrimination.

 

La non-discrimination et l’égalité devant la loi doivent s’appliquer aux étrangers et, en pratique, à toute personne se trouvant sous la juridiction des autorités tunisiennes. En outre, il convient de préciser les motifs de discrimination prohibés, notamment la race, la couleur, le sexe, la langue, la religion, les opinions politiques ou autres, l'origine nationale ou sociale, la fortune, la naissance ou toute autre situation.

 

Par ailleurs, la formulation ambiguë de l’article 37 – « L’État garantit l’égalité des chances entre les hommes et les femmes » s’agissant de prendre en charge diverses responsabilités – et de l’article 8 en relation avec la famille, risque de mettre en péril l’égalité entre hommes et femmes, et ne définit pas plus avant « l’égalité des chances ». La Constitution doit inclure une disposition qui précise que les hommes et les femmes sont égaux et qu’ils ont droit à la pleine égalité dans la législation et en pratique, ainsi qu’à l'égalité des chances dans tous les domaines de la vie, y compris, sans limitation, dans les domaines civil, culturel, économique, politique et social.

 

 

La liberté d’opinion et d'expression

 

Il importe de protéger le droit à la liberté d’opinion et d’expression, en veillant à ce que les dispositions de l’article 36 soient entièrement compatibles avec l’article 19 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP), y compris en précisant que les seules restrictions à ces droits autorisées sont celles nécessaires dans une société démocratique et proportionnées aux objectifs visés.

 

L’indépendance de la justice

Le chapitre 5 du projet actuel, consacré à la justice, offre certaines garanties pour l’indépendance de l’appareil judiciaire et expose des procédures et critères concernant la nomination des juges et le fonctionnement du Conseil judiciaire suprême, chargé de les superviser. Cependant, ces clauses ne sont pas pleinement cohérentes avec les obligations du PIDCP, telles qu’interprétées par le Comité des droits de l'homme, et les Principes fondamentaux relatifs à l'indépendance de la magistrature (ONU). Aussi l’Assemblée nationale constituante doit-elle faire en sorte que la nouvelle Constitution :

- précise clairement que le pouvoir judiciaire est totalement indépendant du pouvoir exécutif, y compris les membres du Conseil judiciaire suprême ;

- prévoie des procédures claires et équitables et des critères objectifs pour la nomination, la rémunération, l’inamovibilité, l’avancement, la suspension et la révocation des membres de l’appareil judiciaire, ainsi que les sanctions disciplinaires prises à l’encontre des magistrats, qui soient conformes aux exigences formulées par le PIDCP telles qu’elles ont été interprétées par le Comité des droits de l’homme ;

- précise la durée du mandat des juges, leur indépendance et leur inamovibilité ;

- prévoie une procédure selon laquelle la rémunération appropriée des magistrats, leurs conditions d’emploi, leurs pensions et l’âge de la retraite sont déterminés par un organisme et une procédure indépendants du pouvoir exécutif ;

- prévoie des dispositions selon lesquelles les juges sont nommés en fonction de leur compétence, de leur formation et de leurs qualifications sans aucune discrimination, notamment pour des raisons de race, de couleur, de sexe, de religion, d'opinions politiques ou autres, d'origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation.

 

Le droit à la liberté et le droit à un procès équitable

 

Dans sa version actuelle, le projet reprend certaines garanties qui protègent le droit à la liberté et le droit à un procès équitable, dans les articles 18, 20 et 21, tout en laissant de côté des garanties précises inscrites dans l’article 14 du PIDCP. L’Assemblée nationale constituante doit spécifier d’autres garanties, notamment, mais pas seulement, le droit d’être présenté rapidement à un tribunal, d'être jugé dans un délai raisonnable ou libéré ; le droit d’accéder à des voies de recours utiles pour contester devant un tribunal le bien-fondé de la détention et d’être remis en liberté si elle est jugée illégale ; le droit de s’entretenir en privé avec un avocat indépendant immédiatement après le placement en détention, afin que le droit de contester la légalité de la détention soit accessible et applicable dans les faits ; le droit d’être présumé innocent jusqu'à ce que sa culpabilité ait été légalement établie et le droit d’être jugé par un tribunal civil (hormis, tout au plus, pour les membres de l’armée jugés pour des affaires concernant exclusivement la discipline militaire interne).

 

 

L’interdiction de la torture

 

Les articles 17 et 23 interdisent la torture et les autres formes de mauvais traitements. Toutefois, le projet actuel doit être amendé afin d’englober une définition du crime de torture qui soit conforme à l’article 1 de la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, et notamment :interdire de manière explicite tout châtiment corporel ; préciser qu’aucune circonstance exceptionnelle quelle qu’elle soit, qu’il s’agisse de l’état de guerre ou de menace de guerre, d’instabilité politique intérieure ou de tout autre état d’exception, et aucun ordre d’un supérieur ou d’une autorité publique, ne peut justifier de tels agissements ; et garantir qu’aucune information obtenue à la suite d'actes de torture ou d'autres traitements cruels, inhumains ou dégradants ne soit retenue à titre de preuve dans une procédure, quelle qu’elle soit, si ce n'est contre la personne accusée de torture pour établir qu’une déclaration a été faite.

 

 

L’état d’urgence

 

L’article 73 du projet actuel autorise le président à instaurer l’état d’urgence sous certaines conditions. Cependant, cet article n’est pas totalement compatible avec les normes internationales relatives aux états d’urgence. Amnesty International recommande que la Constitution prévoie expressément qu’aucune dérogation à l’un quelconque des droits fondamentaux garantis par la Constitution ne soit autorisée en aucune circonstance. Si toutefois la Tunisie décide de prévoir dans la Constitution une possibilité de dérogation aux droits qu’elle garantit, les circonstances de cette dérogation telles qu’elles sont définies à l’article 4 du PIDCP, les droits énumérés par le PIDCP et le Comité des droits de l’homme comme non susceptibles de dérogation, ainsi que les limites aux mesures dérogatoires prévues à l’article 4 du PIDCP et précisées par le Comité des droits de l’homme, doivent être explicitement intégrés dans la Constitution.

 

 

La liberté de mouvement

 

Bien que l’article 18 du projet de Constitution reconnaisse le droit de circuler librement à l’intérieur du territoire et le droit de quitter le pays, il n’est pas pleinement compatible avec l’article 12(3) du PIDCP, qui protège la liberté de mouvement.

 

Amnesty International invite l’Assemblée nationale constituante à veiller à ce que dans la Constitution, toute restriction au droit de circuler librement soit compatible avec l’article 12(3) du PIDCP et d’autres droits fondamentaux, notamment le droit à l’égalité et à la non-discrimination. La Constitution doit également disposer que toute personne visée par la restriction de ces droits a le droit d’être informée des motifs de cette mesure et d’exercer une voie de recours pour la contester, et reconnaître que nul ne peut être arbitrairement privé du droit d’entrer dans son propre pays.

 

 

Les réfugiés, les demandeurs d’asile et le principe de non-refoulement

Dans le projet de Constitution, aucune clause ne prévoit le droit de solliciter l’asile, ni ne protège les individus contre un transfert vers un pays où ils risquent d’être persécutés.

 

 

Amnesty International a condamné l’extradition par les autorités tunisiennes en juin 2012 d’Al Baghdadi al Mahmoudi, ancien Premier ministre libyen, vers la Libye ; ce transfert l’a exposé au risque de subir de graves violations de ses droits humains et a bafoué les obligations incombant à la Tunisie au titre de la Convention contre la torture. Il est crucial que la nouvelle Constitution tunisienne protège tout individu contre un transfert sous toutes ses formes, directement ou indirectement, vers un pays où il risque d’être persécuté. Conformément aux obligations de la Tunisie en matière de droits humains, cette protection doit également s’étendre aux personnes qui ne remplissent pas les conditions d’obtention du statut de réfugié selon la définition de la Convention de l’ONU relative aux réfugiés, mais qui ont besoin d’une protection internationale car elles risquent d’être victimes de violations de leurs droits humains, notamment d’actes de torture ou de mauvais traitements ou encore de disparition forcée, tant dans le pays de transfert que dans un pays tiers vers lequel elles risquent d’être transférées par la suite. amnesty.org


____________________________________________________________________

Yadh Ben Achour : Ce qui favorise la dictature religieuse dans la Constitution

 

Yadh Ben Achour, l’ancien président de «la Haute instance pour la réalisation des objectifs de la révolution, de la réforme politique et de la transition démocratique» a dénoncé une nouvelle fois le glissement vers un possible retour de la dictature en Tunisie, sous un voile religieux, cette fois-ci.

«Ces articles peuvent consacrer le retour d'un régime totalitaire sous couvert d'une dictature théocratique» a averti le professeur en droit constitutionnel, commentant ainsi le refus d'admettre l'universalité des droits de l'Homme et d'inscrire la liberté de conscience et de pensée ainsi que le droit au culte dans le Préambule de la Constitution.

Lors d’une journée d'études sur le brouillon de la Constitution organisée à Tunis ce mardi 15 janvier  par l'Association tunisienne de droit constitutionnel et l'Association de recherches en transition démocratique, M. Ben Achour a ainsi plaidé pour le caractère civil de l'Etat, soulignant la nécessité d'inscrire la liberté de conscience dans le chapitre des droits et des libertés.

Yadh ben Achour a ainsi exhorté le président de l'Assemblée Nationale Constituante et le Rapporteur général de la Constitution à prendre en compte le document élaboré par plusieurs organisations et associations de la société civile dont l'Institut Arabe des droits de l'Homme (IADH), l'Union générale tunisienne du travail (UGTT), la Ligue tunisienne des droits de l'homme (LTDH) qui comporte plusieurs propositions sur les articles de la Constitution.

De son côté, Ghazi Ghrairi professeur de droit constitutionnel,  a affirmé, sur les ondes de Mosaique FM, que « le plus important lors de cette conférence a été de démontrer les textes lacunaires». Il a ainsi souligné que «certaines libertés ne sont pas mentionnées dont notamment la liberté de conscience», regrettant également que la civilité de l'état ne soit pas «suffisamment explicite».  

Pour rappel, le président de l'assemblée constituante Mustapha Ben Jaafer a indiqué que la nouvelle constitution sera achevée avant la mi-avril. mag14

 

______________________________________________________________________________

Ghazi Ghrairi :les textes relatifs aux libertés doivent être clairs et précis

______________________________________________________________________________

 L'avant-projet de la consitution sous la loupe des experts

"Quand on écoute ce que disent certains critiques à propos de l’avant- projet de constitution on a l’impression qu’ils sont en train de mener une campagne électorale…quand on entend ce qu’ils disent au sujet de ce travail, on se dit qu’on est grillé…mais la vérité n’est ni noire ni blanche…je respecte tous les avis, et il est difficile de surenchérir en matière de droits et de libertés…ceci dit, nous sommes attentifs aux avis de tous et particulièrement aux avis des experts en droit ... », a dit Mustapha Ben Jaafar dans son intervention, lors de la journée Abdelfatah Amor pour la lecture de l’avant-projet de la constitution organisée ce mardi 15 janvier à Tunis.

Le président de l’Assemblée nationale constituante a défendu le travail effectué par les 217 députés. « L’ANC a essayé d’élaborer la meilleure constitution possible. N’oublions pas que les députés sont issus du peuple et qu’ils ne sont pas tous experts en droit, chacun est de formation différente, mais cette version de la constitution n’est pas définitive, et elle est prête à être corrigée », dit-il. 

Selon lui, le but était de rédiger une constitution la plus fidèle possible aux objectifs de la révolution tunisienne, et qu’elle soit en continuité avec l’héritage constitutionnel et l’Etat tunisien moderne. «Cet objectif n’est probablement pas commun à tous, mais il figure dans le texte constitutionnel et toute critique objective,  peut retrouver cet aspect de continuité dans la constitution", a indiqué Mustapha Ben Jaafar.

Le texte de la constitution stipule dans ses principes généraux que la révolution tunisienne a éclaté contre un régime politique et économique incapable de répondre aux besoins économiques et sociaux du peuple, comme le développement et l’emploi, mais aussi ses aspirations de liberté et de démocratie effectives :« ce pourquoi, l’Assemblée nationale constituante  a inscrit le principe suivant : le peuple est source de souveraineté, la pratiquant de manière directe  au moyen du referendum, ou indirecte au moyen de l’élection d'une assemblée nationale ….en donnant la priorité aux droits sociaux et économiques.

Le deuxième principe est de garder la place constitutionnelle de la justice qui a joué un rôle respectable avant et après la révolution. Ensuite vient le principe de développement de la société et de l’Etat, en y ajoutant les libertés économiques et la nécessité de protéger les richesses naturelles et l’environnement », a résumé  Mustapha Ben Jaafar. Il a terminé par un message adressé à la société civile et tous les académiciens à apporter leurs contribution à ce travail : «Nul n’est parfait, et toute œuvre humaine peut contenir des lacunes et nous sommes conscients qu’il y a eu des carences et de la lenteur…nous citerons l’exemple de la formulation des textes, qui nécessiterait une amélioration ou  probablement le fait de mentionner explicitement le respect de la charte universelle des Droits de l’Homme et le sens de l’Etat de droit ».

Slim Laghmani , professeur en Droit, est revenu sur plusieurs articles de l’avant-projet de la constitution : « Je reviendrai sur l’aspect de la constitution, à savoir la cohérence et la méthodologie. D’abord les chapitres sont imbriqués, et puis les articles ne sont pas dans le bon ordre. Il existe un chapitre pour les droits et libertés dans lequel on devrait retrouver tous les droits et libertés, alors que certains se retrouvent dans plus d’un chapitre ou dans un chapitre qui n’a rien à voir avec le sujet. Les libertés individuelles, sont désordonnées, parfois entrecoupées par des droits politiques pour les partis et associations.

Dans l’article en rapport avec l’identité de l’Etat, on parle de constantes de l’Islam…j’ai un souci avec ce terme, car les constantes des Chiites ne sont pas celles des sunnites, celles des Malekites ne sont pas celles du wahabisme… Parler de constantes de cette manière est grave…par ailleurs j’émets une objection sur le terme de « rivalité et affrontement politique » (Attadafaa assyassi ) cet emprunt physique n’est pas claire, surtout qu’il peut prêter à confusion. Il est préférable de choisir un terme plus courant comme compétition politique, « Attanafouss Assyassi » , a indiqué le professeur en droit.

Au sujet des principes, l’article 3 mentionne que le suffrage est libre : « ce n’est pas suffisant il faut ajouter qu’il est universel. L’article 4  parle de propagande partisane, alors qu’il faut parler de propagande politique…le problème est la propagande, qui n’est pas propre aux partis politiques, mais elle peut être exercée par plusieurs courants idéologiques», a-t-il dit. 

Concernant l’égalité devant la justice,  il précise que c’est un droit civil et non pas un droit citoyen.  Au sujet de l’article 15 qui dit que l’Etat tunisien respecte la déclaration universelle des droits de l’Homme tant qu’elle n’est pas en opposition avec la constitution, Slim Daghmani estime qu’une telle position est incohérente. « C’est soit qu’on respecte les conventions  internationales parce qu’on les a ratifiées, et si on les a ratifiées c’est qu’elles doivent être conformes à la constitution… soit qu’on dénonce leur contenu, et dans ce cas là, il faut suivre une certaine procédure de droit international », a-t-il souligné. 

Il est revenu sur le droit de circuler qui devrait être accordé à toutes les personnes et non pas qu’aux citoyens. « Il faut ajouter qu’on n’extrade pas les réfugiés politiques, et qu’on ne remet pas les citoyens tunisiens à un pays étranger …par ailleurs notre problème avec la constitution de 1959, c’est qu’elle ait  accordée au pouvoir législatif, et celui-ci en fait ce qu’il veut. Nous aurions aimé qu’il y ait une clause générale de limitation, sous la forme d’un article à la fin de la constitution qui définit les objectifs et les conditions des libertés, à savoir la proportionnalité, et la nécessité d’une société démocratique…tout en ajoutant un paragraphe qui garantit les droits intangibles même dans le cas d’un Etat d’exception", a-t-il terminé.

Ghazi  Ghrairi, secrétaire général de l'Académie Internationale de droit constitutionnel,  a évoqué la question de l’Etat civil « la Tunisie est civile depuis son indépendance. C’est l’unique pays arabe civil ! Le caractère civil de l’Etat signifie que l’Etat tire sa légitimité de la volonté du peuple et de sa souveraineté.

L’Etat civil est une distinction par rapport aux pays religieux, confessionnels, tribaux, ou militaires…dans la nouvelle constitution, il y a un manque et une ombre autour du caractère civil de l’Etat, car l’article en question stipule : «…dans le but de construire un régime républicain démocratique, participatif où l’Etat sera civil fondé sur les institutions »…ceci dit que celui qui a rédigé le texte vise un Etat civil alors que nous sommes déjà dans un Etat civil, tout en sachant que les objectifs constitutionnels sont une catégorie moindre par rapport aux affirmations de texte. Et ils sont de moindre valeur entre les mains des magistrats.  Il existe une différence entre une affirmation et un objectif. Ceci donne une certaine fragilité au principe de l’Etat Civil », a dit l’expert. 

L’avant projet de la constitution sera débattu pendant deux mois par les députés de l’ANC  et les académiciens avant qu’il ne soit adopté définitivement par l’assemblée. akhbar.tn


Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Tunisie : Constituante
commenter cet article
10 janvier 2013 4 10 /01 /janvier /2013 03:26

La seconde mouture de la nouvelle Constitution tunisienne

______________________________________________________________________________________________

 

_________________________________________________________________________________

Débat ! 

 

___________________________________________________________L'article 148

Brouillon de la Constitution: équivoque à propos de l’article 148

La deuxième monture du brouillon de la Constitution suscite toujours la polémique. La dernière est venue des associations féministes qui, même si elles notent une amélioration certaine par rapport à la première version, continuent de tirer la sonnette d’alarme quant à d’éventuels dérapages. Pour ces dernières, l’article 148 est la concrétisation parfaite d’une certaine réticence à constitutionaliser, de fait, la parité parfaite entre les deux sexes.

C’est du moins ce qu’affirment l’Association de la ligue des électrices tunisiennes et l’Association tunisienne des militantes qui ont, lors d’un atelier dédié à la lecture du deuxième brouillon de la Constitution, appelé à la nécessité de constitutionnaliser les droits de la Femme.

« Il est vrai que la deuxième version a nettement évolué par rapport à la première. Des chapitres prêtant à équivoque ont été modifiés. Il y a aussi l’article 5 de cette monture de la Constitution qui est matière à satisfaction », affirme Salsabil Klibi, membre de l’Association tunisienne des lois constitutionnelles, qui revient sur les droits de la Femme, lors d’une déclaration sur Mosaïque FM.

Des satisfactions, oui, mais aussi des craintes. Toujours selon cette dernière, les craintes proviennent essentiellement de l’article 148 qui contredit tous les autres articles. « Nous avons mentionné dans l’article 5 que la Constitution concerne tous les Tunisiens et les Tunisiennes, mais dans le chapitre des droits et des libertés qui devait en être la concrétisation, on entretient le flou. On s’adresse toujours en utilisant le masculin. On se demande pourquoi dans les articles qui doivent concrétiser la parité entre les deux sexes on omet d’écrire citoyen et citoyenne alors qu’on l’a fait dans le préambule » conclut-elle. leconomistemaghrebin


____________________________________L'article 95

Le projet de Constitution sonne la fin de la Tunisie tunisienne, futur Émirat qatarien

On est qu'au premier acte de la tragédie tunisienne, celle où l'on jauge, on soupèse, on simule, on jette des leurres, on provoque et on on intimide, mais attention aux deux prochains actes, celui où Ennahdha va asseoir son pouvoir macoute et instaurer la charia et le dernier sera celui qui consacrera définitivement la perte de l'indépendance de la Tunisie.

 

C'est pourquoi elle balise le terrain au moyen d'artifices constitutionnels tel cet article 95 dans sa dernière mouture de l'avant-projet de la future Constitution, qui est déjà dans les cartons du Qatar,  qui veut légaliser les milices nahdhaouies en les dotant  des véritables  pouvoirs de police, à moins qu'il ne s'agisse d'un véritable contre-pouvoir à celui de la police nationale qui sera réduite en peau de chagrin. Forte de l'enseignement de  l'échec de Ben Ali et de sa milice défaillante dans sa protection du fait de son absence de légitimité constitutionnelle, ce qui a restreint son champ de répression.

Ennahdha, cherche par ce biais constitutionnel à créer les conditions juridiques pour sa propre pérennité en ayant en toute légalité constitutionnelle sa propre force d'intervention, ses propres tontons macoutes, pire encore sa Gestapo, dont elle est pleinement assurée de sa loyauté  et sa fidélité. Cet article est taillé sur mesure pour institutionnaliser les groupes paramilitaires d'Ennahdha avec des prérogatives qui sont à l'opposé de celles de la mission classique de la police nationale. Cette police privée mais de droit public aura pour seule mission de protéger les seuls intérêts de l'organisation fasciste et mercenariale  d'Ennahdha, dont le rôle est d'asseoir et de renforcer par la violence et la terreur l'autorité totale de la secte islamiste sur le pays.

Dans l'esprit de cet avant-projet  constitutionnel qui n'est pas qu'une simple mise à mort des libertés publiques, il jette les bases de la création d'un nouvel Emirat nahdhaouiste inféodé au Califat qatarien. Ce n'est plus l'Etat policier de Ben Ali, c'est un Emirat-bananier avec sa propre police pour assurer la sécurité des dirigeants nahdhaouistes, exerçant en toute liberté constitutionnelle des pouvoirs de sécurité intérieure et de paix publique, de police judiciaire et de renseignements généreux et d'information. Mais tout cela au seul profit d'Ennahdha.

Cet article viole tous les principes républicains du  droit inaliénable  de chaque citoyen à une protection et une sûreté égale pour tous. Insidieusement Ennadha est entrain de porter le coup de grâce aux fondements mêmes de la République tunisienne et d'éliminer progressivement tout l'héritage républicain de Bourguiba manifestant par la même occasion sa forte hostilité à la Charte Universelle des Droits de l'Homme et du Citoyen qui a fait de la protection policière des biens et  des personnes sans exclusive un droit inaliénable et imprescriptible, outre le détournement de la police de sa mission d'intérêt public à l'avantage d'un groupe d'individus aux dépens de la majorité des citoyens.

Ainsi avec l'adoption d'un projet aussi scélérat pour les libertés publiques et individuelles, Ennahdha aura toutes les coudées franches pour transformer le pays en camp de concentration et en maison de rééducation coranique, où seul l'arbitraire et la justice expéditive auront force de loi. Les tunisiens  qui voulaient une constitution moderne et humaine ne sont pas au bout de leur surprise, car les  petites mains incultes, traîtresses et incompétentes de l'A.N.C. ne font qu'appliquer les directives du Qatar par la voix d'Ennahdha, ils doivent tout mettre en oeuvre pour faire saper les fondements de la souveraineté nationale dont le fameux article 95 est l'atout principal qui fera basculer la Tunisie d'un Etat indépendant à une vassale qatarienne.

Aux ordres d' Ennahdha la haute représentante du Qatar en Tunisie et dont son propre projet de constitution avait reçu l'aval du Pape philonazi et philosioniste notoirs Qaradhaoui, ils procèdent habilement à créer des garde-fous institutionnels pour balayer tous les obstacles qui entravent la mise sous tutelle progressive de la Tunisie en faveur de son donneur d'ordre qatarien. Au lieu que l'on ait un accord bilatéral à l'instar du Traité de Berdo, on a imaginé un scénario pernicieux, où ce sont les tunisiens eux-mêmes à travers leurs élus d'opérette qui ont remis leur destin politique entre les mains de ce pays frère qui veut tellement de bien à la Tunisie. Il essentiel pour Ennahdha qu'elle ait toutes garanties constitutionnelles pour mener à son terme le processus de vassalisation de la Tunisie, c'est pourquoi elle se doit de disposer de sa propre force de  police pour y arriver.  Avec cette instance mortifère pour la Tunisie,  on a fait en réalité que  tracer la voie vers l'arrimage du radeau de la Méduse tunisienne au bateau Amiral de Doha.

Inscrire dans la constitution un dispositif légalisant les forces paramilitaires revient à consacrer un nouveau régime de protectorat pour la Tunisie avec des pouvoirs restreints pour les forces nationales de maintien de l'ordre et de défense de son territoire qui seront institutionnellement placées sous l'autorité hiérarchique des forces créées spécialement par Ennahdha pour veiller à la bonne intégration de la Tunisie dans le futur Califat. Quoi qu'il en soit ces sections armées de droit privé avec une délégation de service public d'essence constitutionnelle ne sont pas sans rappeler les Sections d'Assaut nazies.                                                                                                            

Elles auront pour rôle surtout de défendre les intérêts du Qatar contre les corps de police et de l'armée tunisienne dont Ennahdha doute de leur loyauté pour un projet aussi antipatriotique que dangereux pour la souveraineté nationale. . Ces milices qui feront office de force d'occupation seront composée essentiellement de recrues étrangères somaliennes, soudanaises, turques, afghanes et pakistanaises. La future constitution aura par conséquent vocation d'un nouveau traité de Bardo en pire, née de l'expression de la prétendue volonté du peuple pour la qatarisation constitutionnelle de la Tunisie. Les tunisiens ont voté démocratiquement pour faire de leur pays un nouvel Emirat qatarien, voilà le vrai sens de la révolution tunisienne. tunisie-news

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Tunisie : Constituante
commenter cet article
28 décembre 2012 5 28 /12 /décembre /2012 02:48

 

La seconde mouture de la nouvelle Constitution tunisienne

____________________________________________________________

__________________________________________________

Interrogations autour de la seconde mouture de la Constitution et de l'Assemblée nationale constituante


 

______________________________________________________________________________________________________

Craquelures chez les Nahdhaouis : quand R. Ghannouchi use de l’autre islamiste extrémiste, Habib Khedher pour donner une leçon au PM Hamadi Jebali

Habib Khedher à Hamadi Jebali : J’accuse votre gouvernement, avec le sourire

Au cours du débat sur la loi de Finances 2013 à l’ANC hier 26 décembre 2012, Habib Khedher, rapporteur de la Constitution a pris la parole afin de donner au gouvernement des conseils qui sont, selon lui, «acerbes». M. Khedher a donc décidé d’utiliser une sorte de métaphore dans le but de mieux faire passer son message :
« Nous remercions le gouvernement pour l’intérêt qu’il porte aux régions démunies en opérant le plan de développement nécessaire et ce, en augmentant le budget de la présidence. 

Nous saluons fort bien votre juste application de la loi qui contient des jugements exceptionnels concernant la fonction publique et ce, à travers le recrutement d’instituteurs d’une manière telle que les régions ont considérée comme juste et convaincantes quant à sa transparence.

Nous ne pouvons que nous étonner agréablement de la rapidité avec laquelle les dossiers de recrutement des handicapés ont été traités et nous supposons, qu’étant, à présent, en fonction, ils vous sont tous gré de cette réactivité. 

Nous sommes fort heureux de constater, Monsieur le chef de gouvernement, votre magnifique assiduité à suivre l’avancement de la rédaction de la Constitution, sans pour autant faire une pression quelconque sur les députés de l’Assemblée nationale constituante. 

Le gouvernorat de Gabès vous est très reconnaissant de votre visite, M. le chef de gouvernement, une visite que vous avez effectuée inopinément. 

Nous remercions le président de l’ANC d’avoir accéléré la procédure de constitution de la haute instance indépendante des élections. » 

A la fin de son intervention, Meherzia Laâbidi a répondu, en se référant à une citation française : « avez-vous mangé du lion ?» La référence fait allusion au courage de Habib Khedher à avoir osé porter des critiques à l’encontre du gouvernement et ce, en la présence de son chef ainsi que de quelques ministres dont notamment Samir Dilou, Elyès Fakhfakh et Noureddine Bhiri qui a, d’ailleurs, quitté l’hémicycle dès que M. Khedher a pris la parole. businessnews

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Tunisie : Constituante
commenter cet article
24 décembre 2012 1 24 /12 /décembre /2012 18:47

Nouvelle Constitution : Le calendrier du débat national

Après avoir dévoilé le projet de la nouvelle constitution, l'assemblée nationale constituante lance un débat national dans les régions pour recueillir l'opinion des Tunisiens. Un calendrier a été élaboré comme suit :


Le 23 /12/12 : Kairouan, Monastir, Sousse, Mahdia, Sfax, Gabes (Inscriptions au début de la semaine du 17 /12).


Le 30 /12/12 : Gafsa, Beja, Kef, Siliana, Zaghouan. (Inscriptions au début de la semaine du 24/12)


Le 6/1/13 : Ben Arous, Bizerte, Ariana, Manouba, Nabeul, Tunis. (Inscriptions au début de la semaine du 31/12)


Le 13/1/13 : Medenine, Kasserine, Kebili, Tataouine, Tozeur, Sidi Bouzid. (Inscriptions au début de la semaine du 7/1/13).


Pour y participer il faut s'inscrire sur le site de l'assemblée : www.anc.tn


Les inscriptions se font par mail le début de la semaine (les 3 premiers jours) correspondant à la région sélectionnée.

Les premières 300 inscriptions pour chaque région seront acceptées. tekiano

 

 

_____________________________________________________________________________________________________

Le franc-parler de Iyadh Ben Achour ! 

M.Iyadh Ben Achour a toujours brillé par son franc parler et ses analyses pertinentes.

Connu pour sa probité intellectuelle, il a su garder ses distances vis-à-vis des partis politiques pour avoir cette indépendance qui lui permet de formuler ses critiques. Il ne s’est jamais départi de cette ligne, lui qu’on peut classer comme un libéral mais comme un démocrate convaincu. Mercredi dernier il était l’invité d’une chaîne de télévision pour parler politique et notamment de la Constitution.

Sans fard ni fioriture il a donné son point de vue étayant le tout par des preuves matérielles incontestables.

Le président de la défunte Instance supérieure de la révolution, n’a pas caché son étonnement voire son indignation devant la lenteur qui caractérise les travaux de l’A.N.C dans la rédaction de la Constitution, sans omettre de rappeler que tous les partis sauf un se sont engagés à finir ce travail une année après les élections qui ont eu lieu le 23 octobre 2011. Il a son explication à cela et elle est celle-là même qu’on retrouve sur presque toutes les langues : les constituants «font tout pour demeurer le plus longtemps possible là où ils sont » !

Parlant de la Constitution dans sa première mouture et qui est encore sujette à des amendements, il n’a pas manqué de relever les contradictions entre les articles d’où il en déduit que nos constituants sont ignorants de la chose constitutionnelle. Son reproche devient pertinent quand il affirme que la Tunisie regorge de spécialistes en la matière et qu’on retrouve plusieurs d’entre-eux exerçant même à l’étranger. Pourquoi n’a-t-on pas fait appel à ces compétences ?

Cette question trouve sa réponse dans l’esprit partisan qui règne au sein de l’A.N.C dominée par trois partis qui, en dépit des protestations persévèrent sur la voie qu’ils se sont tracée partant de la majorité confortable dont ils disposent au sein de cette assemblé. Certes il y a le travail des commissions, mais celles-ci ne peuvent présenter que des projets d’articles qui demeurent sujets à des amendements en plénière et soumis au vote qui pourrait faire tomber tout le travail fait au sein de ces mêmes commissions.

Sur le fond, Iyadh Ben Achour ne mâche pas ses mots et ne cache pas son amertume voire sa colère, car il est sûr que la Tunisie aura à l’issue de tout ce temps une très mauvaise constitution qui fera la risée de tout le monde ! attendons pour voir !

Parlant de la situation dans le pays, Iyadh Ben Achour ne s’est pas fait prié pour crier toute sa colère affirmant que la Tunisie méritait mieux que cela. Par la faute de qui ?

De ceux qui sont aujourd’hui au pouvoir et qui ont tourné le dos aux revendications de la population pour ne s’occuper que de leurs sièges et comment ne pas les quitter. Tant d’affirmations qui méritent réflexions, surtout quand elles émanent d’un personnage qu’on ne peut soupçonner de la moindre complaisance envers un quelconque parti politique et qui jouit d’un grand crédit pour le travail accompli par quelconque parti, politique et qui jouit d’un grand crédit pour le travail accompli par l’Instance qu’il a présidée où toute la Tunisie y était et où la démocratie réelle était exercée.

Tous Les décrets préparés et proposés par cette instance l’étaient après des débats francs et parfois houleux mais où personne ne s’était senti exclu, et étaient le fruit souvent d’un consensus entre les différents courants politiques et idéologiques. Jamais l’homme ne s’était rangé en faveur d’une partie au détriment d’une autre, ce qui donne au constat fait toute sa crédibilité et le bien fondé qu’il mérite, d’autant qu’il n’hésite à pas à voir dans tout des prémices annonciatrices d’une nouvelle dictature !

L’alerte est sonnée, aux Tunisiens d’en saisir la portée ! letemps

 

__________________________________________________________________________________________________________

Entretien avec : Pr Mohamed Haddad, président de l’Observatoire arabe des religions et des libertés


« L’esprit de la constitution et de la compétition politique ne doit pas être l’esprit des croisades... »

 Au-delà des doutes sur l’efficacité réelle du dialogue national sur la Constitution dans les régions, le texte est vivement critiqué par les constitutionnalistes qui y voient «une régression». Quelle vision de la Tunisie future véhicule-t-il ? Reflète-t-il l’esprit revendicatif du 14 janvier ou l’idéologie conservatrice de la classe politique au pouvoir après le 23 octobre ? Protège-t-il suffisamment les droits et les libertés fondamentales ou prépare-t-il à l’institution progressive de l’Etat théocratique ?

 Pr Mohamed Haddad, président de l’Observatoire arabe des religions et des Libertés, répond aux questions de La Presse. Il est enseignant chercheur, spécialiste en civilisation arabe et histoire des religions. A son actif, trente ans de travail sur le discours religieux... 


L’Observatoire arabe des religions et des libertés que vous dirigez participe à l’élaboration de la constitution avec des propositions qui se veulent conciliantes entre la vision islamiste et celle des droits et des libertés. Vos propositions sont-elles prises en compte ? 
 

Nous avons travaillé sur un rapport qui compte dix zones d’ombre avec des propositions concrètes qui essaient de prendre en considération les exigences de la future constitution et les équilibres politiques actuels. Mais, c’est seulement dans le deuxième projet de préambule que l’ANC a pris en compte une de nos propositions; celle qui concerne l’article 10. L’ancienne version liait à tort les droits de la femme aux droits de la famille. Dans notre proposition, nous avons demandé à scinder l’article en deux, à dégager nettement les droits de la femme  et à éliminer la notion  «droits de la famille» parce que ces «droits» n’existent pas juridiquement. 
Pour le reste, je pense que la société civile et plusieurs députés sont conscients que le texte actuel doit être amélioré. Il reste très vague et ce n’est dans l’intérêt de personne. Avec toutes les ambiguïtés qu’il y a, on aura besoin de faire des interprétations très divergentes exactement comme si on n’avait pas de constitution... 

Nos constitutionnalistes pensent que les zones d’ombre de ce projet viennent justement de la recherche d’un compromis entre deux visions profondément divergentes. Pensez-vous que ce compromis soit possible, notamment sur les dissensions autour de la relation Etat/religion ? 
 

Il existe deux types de compromis : le compromis positif et le compromis négatif. Le compromis positif est atteint lorsqu’on discute du fond d’un problème pour aboutir à une formulation adéquate. A l’opposé, le compromis négatif est bricolé pour masquer et éluder les divergences qui persistent. On s’aligne sur des expressions bateau où chacun peut trouver une interprétation à son goût. Sur plusieurs sujets, l’ANC a choisi le compromis négatif. Or, ce n’est pas ce qu’attend le peuple d’une constituante qui lui coûte cher. On attendait un travail beaucoup plus rigoureux. Ce manque de rigueur a une autre raison qui est l’absence des spécialistes en droit constitutionnel; il n’y en a qu’un seul dans la Constituante. On aurait pu trouver d’autres solutions comme d’avoir un comité d’experts. On aurait pu en constituer un avec des personnalités comme le Pr Kaïs Saïed et bien d’autres constitutionnalistes prêts à travailler bénévolement.
 

 

L’article 1er ne fait pas de référence à la charia, mais pensez-vous qu’il soit suffisamment explicite sur le caractère civil de l’Etat ?
 

Nous proposons justement d’introduire le terme «Etat civil» qui manque dans l’article 1er. Cette mention est indispensable et centrale à l’article 1er. C’est vrai que dans un raisonnement juridique, la mention n’a pas de sens ; l’Etat est par définition une institution civile, non religieuse. Mais on est dans un contexte spécial qui nous impose d’être explicite. La formule «Etat civil» a d’ailleurs été inventée par le réformiste musulman Mohamed Abdou, mais les frères musulmans continuent de la refuser; «civil» signifie «laïc» pour eux. 
 

Nous précisons donc : «La Tunisie est un Etat civil, libre, indépendant, souverain, sa religion est l’Islam, sa langue est l’arabe». La raison de cette précision est qu’en 59, elle n’était pas nécessaire; la menace était dirigée contre l’indépendance du pays, alors que ce qui est menacé, aujourd’hui, c’est le caractère civil de l’Etat, même s’il y a visiblement consensus sur cela et pas du tout sur la charia. Il y a consensus sur le caractère civil de l’Etat, sur la liberté et l’indépendance de la Tunisie, sur la souveraineté, sur l’islam et sur l’arabité... Nous proposons qu’on mette tout cela à l’article 1er et qu’on mentionne que cet article n’est pas amendable, plutôt que de mentionner cinq éléments disparates. Dans l’avant-projet, il y a un article qui énumère cinq éléments non amendables, parmi lesquels «l’Islam comme religion de l’Etat». En réalité, c’est une tricherie avec laquelle on casse le consensus de l’article premier de la constitution de 59 sur lequel a été construit l’Etat civil. 
 

 

Il est notamment reproché à ce texte de ne pas faire référence aux droits de l’Homme alors qu’il les mentionne plus d’une fois. Pourquoi? 
 

Parler des droits de l’Homme dans l’absolu ne signifie rien. Aucun régime de la planète aussi dictatorial soit-il ne dit qu’il est contre. Donc le fait de les mentionner sans référentiel ne signifie rien. Sur ce plan, nous avons proposé une disposition claire qui précise : «Les droits de l’Homme dans leur acception universelle et tels que définis par les conventions et les traités internationaux ratifiés». Après, les gouvernements auront toujours la latitude de ne pas ratifier un texte s’ils considèrent qu’il est inacceptable, ou de faire des réserves sur des articles. Mais normalement dans une constitution, la règle générale c’est de s’inscrire dans l’universel. L’exception c’est de refuser certaines dispositions si elles se révèlent contraires à la culture du pays et cela relève du particulier. Donc, la règle c’est d’être dans l’universel et l’exception est d’être dans le particulier et non pas le contraire. Il n’y a aucune raison pour que le citoyen tunisien ait des droits moindres que ceux d’un Français ou d’un Anglais... Nous remarquons que lorsqu’il y a eu des persécutions, les islamistes n’ont pas choisi de se réfugier au Soudan ou en Afghanistan mais ils se sont réfugiés à Paris et à Londres; dans les pays où les droits de l’Homme sont appliqués dans leur acception universelle... 

 Mais, les députés islamistes refusent cette référence, invoquant l’absence de référence à la charia... 

C’est un faux argument parce qu’il n’y a pas de relation entre les deux. Les deux références sont incomparables. Les droits de l’Homme ne sont pas une législation, ce sont des principes d’ordre universel qui sont censés être donnés à la personne humaine en tant que personne humaine. Nous n’avons pas demandé de s’appuyer sur le code français ou le code suisse. Il ne s’agit pas de se référer à une législation mais à des principes de base. Lorsqu’on dit que la personne humaine ne doit pas être torturée, elle ne doit pas l’être quelles que soient sa nationalité, sa religion et sa culture. On ne peut pas comparer un ensemble législatif comme la charia avec un ensemble de principes généraux comme la Charte universelle des droits de l’Homme.

Une autre référence est éludée dans le projet de Constitution : le Code du statut personnel. Pourquoi cette omission et comment y parer ?
 

 Là aussi, on parle des droits de la femme dans l’absolu, ce qui n’est pas suffisant car même les groupes les plus obscurantistes en parlent. D’un autre côté, il y en a qui demandent à constitutionnaliser le Code du statut personnel comme référence à ces droits. Si on passe au vote, les équilibres politiques étant ce qu’ils sont, il y aura une majorité nette qui va refuser cette constitutionnalisation et mener à un blocage. Nous avons proposé une solution médiane qui consiste dans la formule suivante : «Il incombe à l’Etat de protéger les droits de la femme, notamment ceux acquis après l’indépendance». Je travaille depuis trente ans sur les discours islamistes et je les comprends de l’intérieur. La revendication du parti islamiste est de dire qu’il y a des droits antérieurs à l’indépendance. Dans notre formulation, nous reconnaissons implicitement ces droits, mais nous précisons que l’enjeu se rapporte surtout aux droits instaurés après l’indépendance. Le parti Ennahdha ne prend pas position contre le CSP en général mais contre la question de l’adoption. 


Outre la polémique sur la complémentarité, pensez-vous que le texte actuel soit explicite sur l’égalité entre les hommes et les femmes ?
 

L’emploi de la formule «égalité hommes-femmes» a été évité. On explique ce refus par le fait qu’il n’y a pas d’égalité absolue et que les inégalités sont naturelles. Mais, dans une Constitution, nous ne parlons pas d’égalité naturelle. Nous parlons précisément d’égalité juridique. Dans le texte, il y a cette formule vague qui dit : «Tous les citoyens sont égaux en droits et devoirs»... Oui, mais encore faut-il que les droits et les devoirs soient instaurés selon le principe de l’égalité. On peut être égaux devant une loi qui n’est pas égalitaire. Si la loi permet d’avoir un recrutement selon le sexe et les pourcentages, nous serons égaux devant la loi, mais c’est la loi qui ne sera pas égalitaire...
 

Il faut que la formule «égalité hommes-femmes» soit mentionnée. Nous insistons sur l’égalité hommes-femmes en termes d’éducation, de travail... pour qu’on ne vienne pas un jour empêcher les femmes de travailler en raison du chômage, ou bâtir les politiques de recrutement sur la base du sexe et des pourcentages comme cela se fait dans certains pays du Golfe. 
 

Au fond, en évitant de parler d’égalité, ils pensent à la question de l’héritage qui est une exception  et veulent mettre les exceptions au niveau de la constitution. C’est grave que la constitution soit construite sur les exceptions et non sur les principes généraux. 
 

 

L’article 4 continue à faire polémique. Quelles sont ses principales zones d’ombre et comment les dépasser ?
 

Dans le projet on lit : «L’Etat est le protecteur de la religion, le garant de la liberté de croyance et de la pratique des rites religieux, le protecteur de ce qui relève du sacré, le garant de la neutralité des mosquées quant à la propagande partisane». Nous proposons une formule qui pourrait faire l’objet d’un consensus positif. Elle précise d’abord ceci : «L’Etat veille sur les cultes », parce que la religion c’est quelque chose de très vaste avec une grande part d’intime où l’Etat ne doit pas s’ingérer. L’Etat ne doit s’occuper que de l’expression collective de la religion, d’ailleurs aussi bien pour la religion musulmane que pour les religions des minorités. «Protecteur», c’est un mot très fort, comme s’il y avait des croisades, comme si la religion était en état de se défendre. Or, on n’est pas dans une guerre religieuse. Il suffit que l’Etat veille sur le culte. 
 

«L’Etat garantit la liberté de croyance» vient en effet de la constitution de 59. Nous l’avons étudié et en revenant aux débats de la Constituante de l’époque, nous avons trouvé qu’il y avait une divergence entre ceux qui proposaient liberté des religions et ceux qui préféraient l’expression liberté de croyance. Ceux qui proposaient liberté de religions voulaient qu’elle soit définie dans le cadre du monothéisme. Les autres préféraient liberté de conscience pour englober ceux qui n’ont pas de religion. La présence des communistes. Finalement, la constituante de 59 a retenu la formule liberté de croyance qui signifie ce qu’on appelle aujourd’hui liberté de conscience. C’est pour cela que nous proposons d’ajouter «liberté de croyance et de conscience». En fait on ajoute rien mais c’est l’état d’esprit qui a changé. A l’époque, lorsqu’on parlait de liberté de croyance, on comprenait liberté de conscience, ce qui n’est plus évident aujourd’hui. Maintenant, croyance  signifie religion.

Après les nombreux débats qui l’ont entourée, la notion de sacré est quand même retenue avec toutes les possibilités d’interprétation qu’elle implique...
 

On aurait préféré qu’il n’y ait pas du tout d’allusion au sacré dans la constitution. Mais,  pour arriver à un compromis, nous demandons d’ajouter après la disposition «l’Etat protecteur de ce qui relève du sacré» la précision suivante : «Tel que défini par la loi». On ne peut pas laisser aux groupes la définition du sacré. Et puis, contrairement à ce qu’on dit, les lois tunisiennes protégeaient déjà suffisamment le sacré. Dans les lois en vigueur depuis l’indépendance, on considère que l’atteinte au sacré est une atteinte à l’ordre public où l’Etat peut intervenir. Nous avons aussi les lois sur les bonnes mœurs... Malheureusement on veut tromper l’opinion publique et on veut installer un climat de peur pour dire que notre religion et nos valeurs sont menacées. En réalité, il n’y a pas de croisades... Par ailleurs, si l’Etat se charge de protéger le sacré, il doit aussi protéger la personne. Il doit interdire l’atteinte à la personne, au nom de la protection du sacré. Nous proposons alors d’ajouter «L’Etat interdit d’agresser autrui en l’accusant de mécréance».
Au sujet de la neutralité des mosquées, nous demandons de mentionner la propagande politique en général et non seulement la propagande partisane.

 

Dans le projet, on a parlé de neutralité dans l’absolu pour l’administration, pour l’armée... Pourquoi, à propos des mosquées, on change le terme de propagande politique par celui de propagande partisane ? Les mosquées doivent être exemptes de toute propagande !
 

Outre les ambiguïtés et les zones d’ombre, vous critiquez l’usage des termes inappropriés. Quels sont ces termes ?
 

Nous avons une objection particulière sur le terme «Tadafoô». D’abord ce n’est pas un terme juridique, ensuite c’est un terme connoté de violence. En consultant les références absolues en matière de lexicologie arabe, on le définit avec une connotation de violence. Ceux qui l’ont utilisé disent que c’est un terme inspiré du Coran. En vérité, le verset 51 de la sourate «El Baqara» et le verset 40 de la sourate «El Haj» n’évoquent pas une compétition politique mais ils évoquent un combat entre la foi et la mécréance. Projeter une expression utilisée dans le cadre du combat pour la foi sur la constitution et sur la compétition politique qui n’est pas une compétition entre croyants et mécréants, ni entre un parti qui tient seul la vérité et d’autres partis qui sont dans l’erreur, est très grave. Nous avons montré que les grands exégètes depuis Ettabari jusqu’à Fadhel Ben Achour, ont tous été d’accord pour dire que ce terme est lié à un combat pour la foi et pas du tout à une compétition politique. L’esprit de la Constitution et de l’organisation de la compétition politique n’est pas du tout l’esprit des croisades ou du prosélytisme, sinon on ne s’en sortira plus. 
 

Vous relevez aussi l’usage inapproprié de la notion de droit. Quels risques y a-t-il ? 

Dans une constitution, il faut que le terme droit soit employé précisément et exclusivement comme terme juridique. Sinon on risque la banalisation et le nivellement par le bas des droits. Si on met sur un même niveau les droits de l’Homme et le «droit au mariage», comme on peut le lire dans le texte, on fait une grave erreur. S’il y a atteinte aux droits de l’Homme, on va devant les tribunaux, si on n’arrive pas à trouver partenaire, on ne peut pas aller devant le tribunal administratif et astreindre l’Etat à nous marier... Ce serait une aberration juridique... lapresse.tn

 


______________________________________________________________________

Des leçons tunisiennes

Le leader du mouvement islamique Ennahda en Tunisie semblait être très sûr de lui-même en affirmant que le différend constitutionnel égyptien actuel ne se répétera pas en Tunisie.

Rached Ghannouchi ne craint donc pas un conflit autour de la Constitution, alors que l’assemblée nationale constituante travaille sur son projet depuis plus d’un an. Selon Ghannouchi, les différends autour du projet seront réglés de manière consensuelle.


Cependant, certains de ces différends suscitent des polémiques bruyantes.

Ghannouchi n’aurait pas pu être certain de l’avenir de la voie constitutionnelle de son pays si ses collègues qui dirigent Ennahda n’avaient pas adopté depuis le début une méthode consensuelle malgré les pressions exercées par certains secteurs dans le mouvement pour s’accaparer de la situation.


C’est pourquoi l’expérience tunisienne dans la rédaction de la Constitution mérite d’être observée surtout que c’est en Tunisie que l’étincelle du Printemps arabe a eu lieu pour atteindre ensuite l’Egypte. 3 leçons importantes concernant l’entente nationale, le dialogue social et la charia peuvent être observées sur la scène tunisienne.


La Tunisie a entamé la rédaction de sa nouvelle Constitution dans un climat d’entente entre les forces islamiste, libérale et gauchiste. Cette entente a donc permis au conseil élu en 2011 d’élaborer le projet de Constitution et d’assumer en même temps le rôle du Parlement pendant un an, avant d’organiser des élections parlementaires. C’est pourquoi il n’était pas inquiétant qu’Ennahda obtienne la majorité des sièges de l’assemblée nationale constituante, bien que le mouvement ait pu s’allier avec un petit parti ou quelques indépendants afin de s’accaparer de l’Etat et du processus de rédaction de la Constitution. Or, le mouvement a tenu à instaure une entente nationale tripartite, se contentant de présider le gouvernement alors que la présidence de la République et celle de l’assemblée ont été du ressort de 2 autres partis, l’un libéral et l’autre gauchiste.


Cette entente a réalisé un climat favorable au processus de rédaction du projet de Constitution malgré la tension politique et sociale qui n’a pas atteint le niveau égyptien. Cette entente a protégé l’assemblée contre l’attaque et les pressions exercées par d’autres partis salafistes et libéraux. C’est une leçon importante qui assure l’importance de l’entente nationale pour toute démocratie naissante surtout en ce qui concerne sa structure constitutionnelle.


C’est grâce à cette entente que l’assemblée constituante en Tunisie a élaboré un agenda permettant non seulement de discuter de chaque article, mais aussi d’entamer un dialogue social sous le nom de « campagne nationale pour la connaissance de la Constitution ». L’assemblée tient à prolonger son travail pour garantir le maximum de dialogue social et a pris au sérieux ses possibles conséquences.


C’est ainsi que l’assemblée ne semble pas s’engager dans une course contre la montre pour assumer cette grande mission nationale. C’est pour cela que quand le délai a été atteint en octobre dernier, l’assemblée a demandé au président de la République de le prolonger de 6 mois. Et cela, sans craindre d’être attaquée puisque l’entente lui a procuré un soutien populaire. C’est là que réside la valeur réelle de l’entente qui garantit les facteurs nécessaires à l’action nationale dans les conditions difficiles qui accompagnent les étapes transitoires de l’histoire des peuples.


Dans ce climat d’entente, il était alors facile d’aller au-delà des grands différends idéologiques ou de les régler dans la tolérance. Ainsi, la question de la relation entre l’Etat et la religion n’a pas été sujette à différends dans l’assemblée constituante et la direction d’Ennahda a traité cette question dans l’esprit réel de l’islam, sans faire de la charia un sujet de propagande électorale ou politique. Et ce bien que des forces salafistes et des groupes extrémistes tentent d’impliquer le parti dans cette question.


C’est ainsi que le projet de Constitution tunisienne s’est limité à la détermination de l’identité de l’Etat dans le premier chapitre portant sur les principes généraux, stipulant que la Tunisie est un Etat libre, indépendant et souverain, dont l’islam est la religion et l’arabe la langue. Et l’article 4 stipule que l’Etat protège la religion, garantit la liberté de croyance et de pratiques religieuses ainsi que l’intégralité des lieux de culte.

 

Comme il est noble cet Etat qui croit en l’islam et protège les autres religions et croyances en garantissant à leurs adeptes les pratiques religieuses sans aucune discrimination ! Et ce, tout en étant parfaitement conscient du caractère sacré des lieux de prière, en les éloignant de tout ce qui peut leur nuire, en particulier la propagande politique. Et encore une fois dans le chapitre des droits et libertés, le projet de Constitution assure la liberté de croyance et de pratiques religieuses.


A la lumière de cette compréhension noble de la charia, le projet de Constitution comprend de grands textes concernant les droits et libertés comme la protection des droits de la femme considérée comme un partenaire réel de l’homme dans la construction de la patrie. De plus, le projet stipule l’égalité des chances entre l’homme et la femme quant à toutes les responsabilités, tout en éliminant les formes de discrimination contre la femme. Ceux qui ont rédigé la Constitution et qui sont dans leur majorité des islamistes n’ont pas oublié de garantir le droit des citoyens à la diversité culturelle. Alors que nous vivons une crise réelle, il est important d’observer ces leçons constitutionnelles qui pourront nous servir demain si nous ne pouvons pas en profiter aujourd’hui. hebdo.ahram

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Tunisie : Constituante
commenter cet article
12 décembre 2012 3 12 /12 /décembre /2012 02:00

Mustapha Ben Jaâfar appelle l’UGTT à réfléchir quant à la grève générale

Lors d’une intervention télévisée diffusée, ce soir 11 décembre, Mustapha Ben jaâfar, président de l’Assemblée Nationale Constituante , s’est exprimé sur la situation actuelle du pays, sur la crise engendrée par le conflit entre l’UGTT et le gouvernement et sur l’éventualité d’une grève générale.


M. Ben Jaâfer, s’est dit, jusque-là, optimiste quant à l’avenir du pays. Cependant, les derniers incidents qui ont marqué l’opinion publique et la scène politique, à savoir les attaques perpétrées sur le siège de l’UGTT, la situation qu’a connue la ville de de Siliana et le décès de l’adjudant Jelassi, lors des récents affrontements à Feriana imposent le besoin de réfléchir sur une feuille de route pour la gestion du pays, pour les jours à venir.

S’exprimant sur la possible grève générale prévue pour le 13 décembre, M. Ben Jaâfar a légitimé la réaction de la centrale syndicale estimant que le droit à la grève est un droit fondamental.

Néanmoins, le président de l’ANC a précisé que les répercussions de la grève seront graves, par rapport à la situation économique et à l’image de la Tunisie sur le plan international et essentiellement, sur les secteurs du tourisme et celui des investissements. Il a appelé les dirigeants de l’UGTT à réfléchir sur les points positifs et surtout négatifs qu’une telle décision pouvait engendrer. businessnews

 

 

_____________________________________________________________

Ben Jaâfar sort de son silence, et la grève n’aurait pas lieu !

Mustapha Ben Jaâfar.

Mustapha Ben Jâafar, président de l’assemblée nationale constituante, a déploré les événements survenus le mardi 4 décembre, place Mohamed Ali, les qualifiant de "douloureux", tout autant que les événements de Siliana et les incidents survenus hier dans une localité de la région de Fériana, gouvernorat de Kasserine, ayant provoqué la mort de l’adjudant Anis Jelassi. 

"Ce qui s’est passé le 4 décembre est douloureux, et je pense que l’UGTT sous le choc a opté pour la grève générale", a-t-il souligné, affirmant que "le droit à la grève est un droit constitutionnel, et personne ne peut l’interdire ou le criminaliser".

Le président de l’ANC a néanmoins souligné que "la grève générale n’est pas une chose simple, et a des répercussions directes sur l’économie et les investissements, et indirectes sur l’image de la Tunisie à l’étranger et ses relations avec ses partenaires extérieurs". 

Mustapha Ben Jaâfar a révélé la démarche de médiation qu’il a entreprise de sa position de président de l’ANC, qui "tend à faciliter le processus démocratique, afin d’arriver au moindre coût à l’organisation des prochaines élections et la rédaction de la constitution dans les meilleures conditions, et de s’éloigner des tiraillements politiques, et des dangers qui guettent la Tunisie". "Je tends à rapprocher les avis, et à dissiper les malentendus", a-t-il souligné, indiquant avoir trouvé chez le chef du gouvernement, Hamadi Jebali,  et le Secrétaire Général de l’UGTT, Houcine Abassi,  une volonté et une détermination pour parvenir à une solution idoine à cette situation. 'La décision définitive relève de l’UGTT et de sa commission administrative", a-t-il martelé, formulant l’espoir que cette décision soit dans l’intérêt de la Tunisie.

Mustapha Ben Jaâfar a plaidé pour l’organisation de dialogue, et la réactivation de l’initiative de l’UGTT. Il s’est dit disposé à parrainer ce dialogue dans l’enceinte de l’assemblée nationale constituante, en faisant participer les groupes parlementaires, les partis représentés à l’Assemblée nationale constituante, et les forces de la société civile, en prime l’union générale tunisienne du travail (UGTT) et la ligue tunisienne des droits de l’Homme (LTDH). Ce dialogue aura pour optique de préparer une feuille de route, autour de l’achèvement de la rédaction de la constitution, l’adoption de la loi électorale, et la date des élections. "La date de juin comme échéance de la tenue du prochain scrutin est possible, mais n’est pas sacrée", a-t-il précisé.

Ben Jaâfar a mis l’accent sur l’importance du consensus : "la légitimité électorale est essentielle, mais nous avons besoin d’une légitimité consensuelle", a-t-il dit. 

Ceci étant, l’UGTT et le gouvernement sont parvenus ce mardi à un projet d’accord qualifié de "positif" à même d’amener à l’annulation de la grève générale décrétée pour le jeudi 13 décembre. "Ce projet d’accord sera soumis à la commission administrative et à la présidence du gouvernement pour approbation, et en cas d’avis favorable, il sera signé demain mercredi entre les deux parties gouvernementale et syndicale, et la grève générale sera ainsi annulée", ont  déclaré en substance, Khalil Zouia, ministre des Affaires sociales et Belgacem Ayari, membre du bureau exécutif de l’UGTT. 

Les délégations gouvernementale et syndicale ont mené ce mardi de longs pourparlers au palais du gouvernement de la Kasbah sur cette affaire qui a profondément divisé les Tunisiens entre pro et anti-UGTT. gnet.tn

 

 

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Tunisie : Constituante
commenter cet article
2 décembre 2012 7 02 /12 /décembre /2012 01:45

Les travaux de l'Assemblée nationale constituante ! 

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Tunisie : Constituante
commenter cet article
23 novembre 2012 5 23 /11 /novembre /2012 04:17

Accord sur l'article 7 du projet de loi de l'ISIE : les RCDistes exclus

 

alt

 

Les présidents des groupes parlementaires de l'Assemblée Nationale Constituante sont parvenus, jeudi 22 novembre, à un accord sur l'article 7 du projet de loi organique de l'Instance Supérieure Indépendante pour les Elections (ISIE).

 

 

L'accord stipule que toute personne ayant adhéré ou milité dans un parti politique au cours des 5 années précédant la date d'ouverture des candidatures n'a pas le droit de se présenter à l'instance électorale.


L'article 7 énonce que quiconque ayant occupé une responsabilité au sein du RCD dissous, un poste au gouvernement ou le poste de gouverneur, de secrétaire général ou de délégué durant la période précitée, est interdit de candidature.

Demeurent toutefois des divergences sur la composition de l'ISIE.


Ennahdha veut une représentativité proportionnelle aux blocs parlementaires, alors que les autres groupes plaident pour une répartition équitable pour éviter les tiraillements politiques et pour en faire une instance réellement indépendante. espacemanager

 

 

______________________________________________________________________________________________

Les travaux de l'ANC

Partie I

 

Partie II

 

Partie III

 


 

 


 

 

 

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Tunisie : Constituante
commenter cet article
8 novembre 2012 4 08 /11 /novembre /2012 04:37

L’Instance Supérieure Indépendante pour les Élections (ISIE) : Débat ! 

 

 

_____________________________________________________________________________________

L’Instance Supérieure Indépendante pour les Élections (ISIE) vue par  l'Assemblée Nationale Constituante (ANC)


 

 

______________________________________________________________________________

Le projet de loi de l'Isie tourne-t-il le dos aux jeunes ?

 

L'association Union pour la Tunisie (Uni*T)s'insurge, dans un communiqué, contre le projet de loi de création de l'instance indépendante électorale qui tourne le dos aux jeunes et consacre l'élitisme politique. Voici le texte du communiqué...

«Que la révolution tunisienne ait montré la voie aux autres pays arabes, plus personne ne le conteste.

 

Que la jeunesse tunisienne soit à l'initiative de cette révolution est aussi incontestable.
 

Si ce rôle a été salué en Tunisie et partout dans le monde, il est inquiétant de voir qu'aujourd'hui on continue malgré tout à tourner le dos à ces jeunes.

Il n'est pas question de disserter sur leurs attentes et la mise en place de réformes les concernant, mais de mettre en lumière une mesure apparemment sans importance, introduite dans le projet de loi de création de l'instance supérieure indépendante des élections (Isie) qui trahit les auteurs de notre révolution.

En effet, ce projet exclut ni plus ni moins les moins de 40 ans.

Pourquoi 40 et non pas 35 ou 45? Rien ne semble justifier cette barrière d'âge!

Si une personne est en âge de voter, d'avoir entre ses mains le destin du pays, d'avoir une conscience politique, elle est en droit de demander à pouvoir participer à la mise en place de ces élections.

Il nous parait inconcevable de voir cette mesure votée en l'état.

Autre inquiétude, l'adoption de la compétence affichée comme seul critère de sélection; ce qui (sans vouloir simplifier les compétences qui incombent aux membres des instances qui vont être désignés, jugées indispensables ou non) revient, il va sans dire, à écarter des citoyens dans la mise en place des élections sous le prétexte d'un manque de compétences.

Plus encore, comment ne pas voir dans cette mesure, une mise au banc d'une partie de nos compatriotes, la politique devenant l'affaire d'une minorité élitiste; une trahison d'un des slogans de la révolution «sont plus forts que toi ô bourreau, les fils de paysans et de travailleurs», bourreau à qui était cher le modèle élitiste.

Créer un tel précédent trahit sans aucun doute l'esprit de la révolution.

Il convient donc de revoir cette loi discriminante et d'élargir le nombre de membres en invitant des membres de la société civile sans prendre en compte leur âge ou leur niveau de qualification mais leur motivation et leurs expériences dans le domaine.» www.kapitalis


Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Tunisie : Constituante
commenter cet article

Présentation

  • : thala solidaire.over-blog.com
  •  thala solidaire.over-blog.com
  • : ThalaSolidaire est dédié à la ville de Thala, ville phare de la Révolution tunisienne. Thala est une petite agglomération du centre-ouest de la Tunisie. Elle est connue pour son histoire antique, ses sources, ses carrières de marbre, devenues une sorte de tragédie écologique et économique, sa résistance et sa misère. Thala solidaire a pour objectif de rassembler toutes les voix INDIGNÉES pour donner à cette terre ainsi qu'à toutes autres terres un droit à la vie et à la dignité…
  • Contact

Recherche

Vidéos

Catégories