Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 février 2011 7 20 /02 /février /2011 17:12

Lybie_Benghzi_enterre_ses_morts_20-02-2011.png

 

Des centaines de milliers de personnes se sont rassemblées dimanche à Benghazi, deuxième ville de Libye, pour porter en terre les manifestants tués par les forces de sécurité, ont rapporté des témoins. Les violences de la nuit de samedi à dimanche ont porté à 173 le nombre de personnes tuées en quatre jours d’affrontements, centrés sur Benghazi et les villes avoisinantes, selon un bilan établi par l’organisation de défense des droits de l’homme Human Rights Watch (HRW), dont le siège est à New York.

« Cent mille manifestants se rendent actuellement au cimetière pour les obsèques de dizaines de martyrs. Nous craignons un nouveau massacre car la route menant au cimetière est proche des casernes des forces de sécurité », a dit un habitant de la capitale de la Cyrénaïque. « Nous ne céderons pas tant que le régime ne sera pas tombé. Nous appelons les Nations unies à intervenir tout de suite pour arrêter ce massacre », a dit cet homme. Un autre témoin a indiqué que des centaines de milliers de personnes, dont des femmes et des enfants, s’étaient réunies pour prier devant 60 corps, exposés près d’un tribunal du nord de Benghazi, qui compte 700.000 habitants. « Un massacre a été commis ici hier soir », a déclaré dimanche un habitant qui a requis l’anonymat. Les forces de sécurité ont eu recours à des armes lourdes et, a-t-il ajouté, « nombre de soldats et de policiers sont passés dans le camp des manifestants ».

Les forces de sécurité retranchées

Des comptes-rendus contradictoires de la situation ont été donnés par des témoins, mais il semble que les rues de Benghazi soient sous le contrôle des manifestants et que les forces de sécurité se soient retranchées dans un complexe appelé le « Centre de commandement », d’où elles ont tiré sur la foule. Un chef de tribu qui a requis l’anonymat a lui aussi laissé entendre que les forces de sécurité étaient confinées dans ce centre de commandement. « Il n’y a plus aucune présence des autorités dans la ville, les forces de sécurité sont retranchées dans leurs casernes et la ville est dans un état de mutinerie civile », a-t-il dit.

D’après un témoin italien présent à Benghazi, cité par l’agence de presse italienne Ansa, la situation « est complètement hors de contrôle ». « Tous les bâtiments gouvernementaux et institutionnels et une banque ont été incendiés et des voyous saccagent et détruisent tout. Il n’y a personne dans les rues, pas même la police », a raconté cet Italien. Selon le quotidien britannique The Independent, deux cents personnes auraient trouvé la mort à Benghazi, ville traditionnellement frondeuse, lors de la répression du mouvement de contestation. Les autorités libyennes n’ont publié aucun bilan et n’ont fait officiellement aucune déclaration sur les troubles.

Situation incertaine

La répression sanglante de la contestation populaire du régime de Kadhafi, au pouvoir depuis septembre 1969, a poussé une cinquantaine de dignitaires musulmans à publier un appel qui exhorte les membres des forces de sécurité, en tant que musulmans, à mettre un terme au massacre. « C’est un appel pressant de dignitaires religieux, d’intellectuels, de chefs de clan de Tripoli, de Bani Walid, de Zintan, de Jadu, de Msalata, de Misrata, de Zawiah et d’autres villes et villages de l’ouest du pays », peut-on lire. « Nous appelons chaque musulman, qui se trouve au sein du régime ou l’aidant de quelque façon que ce soit, de reconnaître que le massacre d’êtres humains innocents est interdit par notre créateur et par son prophète (…). Ne tuez pas vos frères et vos soeurs. Arrêtez le massacre immédiatement. »

Il est difficile de confirmer de source indépendante les témoignages sur la situation à Benghazi. Les journalistes étrangers ne sont pas autorisés à se rendre en Libye depuis le début des violences et les reporters libyens ne peuvent pas aller à Benghazi. Les liaisons téléphoniques sont fréquemment coupées et l’accès à internet est bloqué, selon une société américaine de surveillance du réseau. « Kadhafi va voir du mal à faire des concessions pour survivre. Je pense que l’attitude du régime libyen, c’est tout ou rien », a estimé Sir Richard Dalton, ancien ambassaeur britannique en Libye.

Vers des négociations ?

Certains observateurs ont indiqué toutefois qu’il pourrait y avoir des négociations entre le régime de Kadhafi et les chefs des tribus de l’Est. Un SMS adressé samedi soir aux abonnés de téléphones portables libyens semblait aller dans le sens d’une certaine conciliation. « Tous les citoyens et les jeunes de Benghazi, les civils et les policiers tués sont tous des fils de notre pays. Cela suffit maintenant, halte au bain de sang! », lisait-on dans ce SMS collectif. En dehors de Benghazi, située à 1.000 km à l’est de Tripoli, le reste de la Libye semble relativement calme.

L’agence officielle libyenne Jana évoque cependant des actes de vandalisme et des incendies criminels dans certaines villes et les impute à « un réseau étranger qui cherche à provoquer des affrontements et le chaos pour déstabiliser la Libye ». A Tripoli, plusieurs milliers de partisans du régime se sont rassemblés sur la place Verte, près de la médina, aux premières heures de la matinée de dimanche. « Dieu, Libye et Mouammar! », ont-ils scandé, ou encore: « Mouammar est le pionnier du nationalisme arabe! » Samedi déjà, plusieurs centaines de personnes s’étaient rassemblées sur la même place en brandissant des portraits de Kadhafi et en scandant des slogans favorables au régime. Le secrétaire au Foreign Office, William Hague, a invité dimanche la communauté internationale à condamner la répression des manifestations en Libye.

 

Lien : http://actualutte.info/?p=2005

Partager cet article

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Lybie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : thala solidaire.over-blog.com
  •  thala solidaire.over-blog.com
  • : ThalaSolidaire est dédié à la ville de Thala, ville phare de la Révolution tunisienne. Thala est une petite agglomération du centre-ouest de la Tunisie. Elle est connue pour son histoire antique, ses sources, ses carrières de marbre, devenues une sorte de tragédie écologique et économique, sa résistance et sa misère. Thala solidaire a pour objectif de rassembler toutes les voix INDIGNÉES pour donner à cette terre ainsi qu'à toutes autres terres un droit à la vie et à la dignité…
  • Contact

Recherche

Vidéos

Catégories