Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 septembre 2012 3 12 /09 /septembre /2012 05:47

Dar Assabah en grève, des soutiens politiques sur place

Les journalistes de Dar Assabah sont entrés en grève mardi matin afin de protester contre les récentes nominations au sein de leur établissement et l'ingérence du nouveau directeur général , Lotfi Touati, dans leur ligne éditoriale.

 
Des constituants tels que Khemaies Ksila et Issam Chebbi étaient présents sur les lieux afin de soutenir les journalistes : "Je ne pensais pas qu'un an et demi après la révolution, les journalistes allaient demander la liberté d'expression ! Je crois que c'est une bataille perdue d'avance par le gouvernement. Certes, il y a des choses à améliorer dans le secteur mais je pense qu'il a vraiment changé depuis le 14 janvier".
 
De son côté, Ksila estime que la nomination de Lotfi Touati à la tête de la direction générale de Dar Assabah est "un coup monté par le gouvernement pour contrôler les médias". Quant à Youssef Seddik, il a déclaré que "le peuple tunisien a besoin de savoir la vérité maintenant pas après 23 ans comme ce fût le cas avant", "Laissez-nous vivre" a-t-il crié avant de traiter Touati de "menteur".
 
Suite à l'échec des réunions de conciliation entre le syndicat de base d'Assabah, le syndicat général de la culture et de l’information au sein de l’UGTT d’un côté et un membre du conseil d’administration de Dar Assabah et le Directeur Général de l’autre, la grève annoncée la semaine dernière a eu lieu et les journaux de Dar Assabah ne paraîtront pas mercredi. Les journalistes semblaient tout de même un peu optimistes puisque selon les dernières informations qu'ils ont obtenues, le gouvernement a commencé à chercher le successeur de Touati depuis la semaine dernière.
 
Des journalistes qui ne travaillent pas au sein de Dar Assabah sont venus soutenir leurs confrères estimant que ce qui se passe avec ces derniers n'est que le début d'une campagne qui vise à faire main basse sur tout le secteur : "La bataille a commencé ! Ils veulent nous faire taire car le nombre de chômeurs a augmenté alors qu'ils avaient promis de faire travailler 400 000 personnes !" a scandé un journaliste, avant d'ajouter : "Je voudrais envoyer un message au nouveau Abdelwahhab Abdallah, Lotfi Zitoun : Où étais-tu le 14 janvier à 8H du matin ?"
 
Le président de l'Union des chômeurs, Salem Ayari a pris ensuite le relais et s'est adressé aux présents: "Ils veulent arrêter la seule chose qui a changé depuis la révolution en Tunisie : Les médias. Au lieu d'améliorer votre situation, ils veulent que vous vous taisiez ou que vous ne parliez que de leurs réalisations" avant de céder le micro, Ayari a ouvertement visé Lotfi Touati : " Il faut écarter ce lâche ".  gnet.tn

Reportage et Vidéo d'Anis Ben Othman et Selim Slimi

 

__________________________________________________________________________________________

Les quotidiens Assabah et Le Temps en grève


Un mouvement de grève était observé mardi au sein des quotidiens tunisiens Assabah et Le Temps pour la défense de leur liberté éditoriale au lendemain de l'échec de pourparlers avec le gouvernement dominé par les islamistes du parti Ennahda.

 

"Nous sommes en grève pour défendre notre droit à exercer librement et celui des Tunisiens à une information crédible", a indiqué à l'AFP Sana Farhat, journaliste responsable du syndicat de la maison "Dar Assabah" qui édite les quotidiens arabophone Essabah et francophone Le Temps.

 

La grève d'une journée est appuyée par les syndicats de la presse qui avaient annoncé lundi la suspension des réunions avec le gouvernement pour dénoncer l'absence de progrès dans la recherche d'une solution à la crise qui secoue les médias, notamment les deux quotidiens en grève.

"Nous avons décidé de nous retirer, ces discussions ne servaient plus qu'à faire gagner du temps au gouvernement", avait indiqué Nejiba Hamrouni, présidente du Syndicat national des journalistes (Snjt).

 

Selon elle, "le gouvernement n'a montré aucune volonté de revenir sur la nomination récente de responsables controversés à la tête de certains médias", en l'occurrence les quotidiens en grève et les deux chaînes de la télévision publique.

 

Sana Farhat a accusé le gouvernement de vouloir "imposer un directeur pour aligner les rédactions sur son discours de propagande en prévision des prochaines élections".

 

L'ensemble des personnels journalistes, techniciens et administrateurs participent à la grève et ont exprimé leur mécontentement après l'impasse des pourparlers engagés avec le gouvernement.

 

"C'est un dialogue de sourd, le gouvernement ne veut pas nous reconnaître le droit d'être (...) consultés sur la ligne éditoriale, ou sur le sort des deux quotidiens", a affirmé Mme Farhat.

 

Le directeur nouvellement désigné, Lotfi Touati, était absent de son bureau et la direction de Dar Assabah n'était pas joignable mardi. france24

 

 

_______________________________________

La FIJ soutient les journalistes de Dar Assabah

 

La Fédération Internationale des Journalistes (FIJ) a exprimé, dans un communiqué publié ce mardi 11 septembre, son soutien pour  les revendications des journalistes et le personnel de Dar Assabah, qui ont entamé aujourd'hui une grève pour exiger l'indépendance éditoriale des trois publications de l'organe de presse, à savoir le quotidien arabophone Assabah, le quotidien francophone Le Temps et l'hebdomadaire arabophone Assabah Al-Ousbouî.


 « L'indépendance éditoriale constitue un gage pour la liberté de la presse et nous soutenons  les revendications légitimes de nos collègues tunisiens », a déclaré  Jim Boumelha, le président de la FIJ. « Nous déplorons les tentatives du nouveau pouvoir de  perpétuer l'ingérence politicienne dans les affaires des journalistes, une pratique courante sous l'ancien régime de Ben Ali ».

 
 
Selon le Syndicat National des Journalistes Tunisiens (SNJT), les journalistes et le personnel de la maison de presse exigent le départ de Lotfi Touati, récemment nommé directeur général de  Dar Assabah.


Le communiqué de la FIJ souligne : «M. Touati, qui fut commissaire de police et rédacteur en chef du quotidien francophone Le Qotidien, était un fervent défenseur de la politique de Ben Ali. Sa nomination a été perçue comme une tentative du nouveau gouvernement de maintenir le contrôle sur Dar Assabah qui était connu pour son indépendance sous la direction de son fondateur Habib Cheikhrouhou». La maison de presse était par la suite tombée sous l'emprise de la famille Ben Ali après son rachat par Sakhr Al-Materi, gendre de l'ancien président, d'après le SNJT.


assabah

Les employés de Dar Assabah demandent également que les arriérés dus à la maison de presse soient convertis en actions à son capital et qu'ils aient la priorité pour acheter les actions détenues par l'état qui les  a confisquées à la famille Ben Ali.

 
 
La FIJ note que cette grève est l'un des signes de la dégradation de la situation de la liberté de la presse dans les médias publics et parapublics en Tunisie, plus d'une année après la révolution populaire qui a renversé le pouvoir de Ben Ali.

 
 
« Cette grève traduit le malaise qui persiste au sein de la communauté des journalistes qui déplorent la dérive autoritaire en matière de la liberté de la presse », a ajouté M. Boumelha. « Nous saluons la vigilance de nos collègues pour faire échouer les tentatives de ravir au public tunisien leur droit à une presse libre et aux informations objectives sur les affaires de leur pays ». mag14

 

__________________________________________Pour mieux comprendre le cas de Dar Essabah

 

Partager cet article

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Censure_Journalisme_Éditions_Libertés
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : thala solidaire.over-blog.com
  •  thala solidaire.over-blog.com
  • : ThalaSolidaire est dédié à la ville de Thala, ville phare de la Révolution tunisienne. Thala est une petite agglomération du centre-ouest de la Tunisie. Elle est connue pour son histoire antique, ses sources, ses carrières de marbre, devenues une sorte de tragédie écologique et économique, sa résistance et sa misère. Thala solidaire a pour objectif de rassembler toutes les voix INDIGNÉES pour donner à cette terre ainsi qu'à toutes autres terres un droit à la vie et à la dignité…
  • Contact

Recherche

Vidéos

Catégories